Revenu de base : Il a été attribué à 3 personnes pour un an

Revenu de base : Il a été attribué à 3 personnes pour un an En novembre, l'association MonRevenuDeBase initiait une campagne de financement participatif pour reverser un revenu de base à des personnes tirées au sort. Trois personnes se sont vues attribuer un revenu de base pour un an.

[Mis à jour le 7 décembre 2017 à 10h41] Que feriez-vous d'un revenu de base ? Travaillerez-vous toujours ? Mangeriez-vous mieux ? Ou reprendriez-vous des études ? C'est justement pour tenter de répondre à ces questions que l'association MonRevenuDeBase, créée par Julien Bayou, le porte-parole d'Europe-Écologie-Les-Verts (EELV), a lancé au début du mois de novembre la première expérimentation citoyenne à l'échelle nationale sur le sujet.

L'idée ? Offrir un revenu de 1 000 euros mensuels pendant un an à une personne majeure tirée au sort, sans condition d'âge ou de revenus. Pour cela, l'association a lancé une campagne de financement participatif en novembre 2017. "A chaque fois que nous collecterons 12 000 euros, nous les redistribuerons en désignant par tirage au sort une personne qui s'est inscrite sur le site, et qui recevra 1 000 euros par mois pendant un an, sans contrepartie", explique l'association, sur son site Internet. Au jour du tirage au sort, près de 80 000 personnes se sont inscrites pour l'opération, "soit plus d'une personne sur 500 en France", précise l'association. La campagne de financement a quant à elle déjà permis de réunir plus de 36 000 euros, soit trois revenus de base annuels.

L'objectif affiché de l'opération : relancer le débat sur le revenu universel en France. Plus encore, de faire taire les a priori. Souvent critiqué, à droite comme à gauche, l'instauration d'un revenu de base est généralement jugée impossible ou trop chère... Elle générerait même une société de fainéants et de paresseux. "Balayons les idées reçues ! Le revenu de base est une nécessité, pas un caprice", clame MonRevenuDeBase. L'association tend à démontrer les bienfaits humains, sociétaux et économiques d'un revenu universel. C'est pourquoi elle organise un suivi scientifique de son expérimentation.

Selon les premiers résultats de l'étude conduite par Suzanne Bellue, directrice du comité scientifique de l'association et chercheuse au sein du J-PAL, un laboratoire de recherche sur la pauvreté spécialisé dans l'évaluation des politiques sociales, sur les 80 000 participants, une majorité sont des jeunes actifs. La moyenne d'âge se situe à 37 ans, avec 54% de femmes. L'association a par ailleurs recueilli les témoignages de près de 37 000 inscrits. "Payer mes factures", "améliorer les conditions de vie de mon foyer", "vivre dignement"... Les confessions sont diverses mais vont pour beaucoup dans le même sens. Une large majorité des inscrits ayant répondu à cette enquête verrait en ce revenu de base un moyen de faire des choix de vie

Le revenu de base, universel ou d'existence, selon l'appellation qu'on lui confère, "est un revenu versé par une communauté politique à tous ses membres", précise MonRevenuDeBase. L'association le définit comme étant universel (tout le monde le reçoit, quelle que soit sa situation), individuel (il est versé à tous les membres du foyer), cumulable (avec les autres sources de revenus) et permanent (il est versé de la naissance à la mort).

Tout le monde y aurait donc droit : étudiants, salariés, chômeurs, retraités, etc. Longtemps jugé utopiste, ce concept s'est récemment invité dans le débat public, notamment lors de l'élection présidentielle, sous l'impulsion du projet de Benoît Hamon. "Aujourd'hui, nous souhaitons aller plus loin en expérimentant concrètement la mise en place d'un tel revenu ", déclarait Julien Bayou à BFMTV, lors du lancement de l'opération.

Le tirage au sort s'est tenu mercredi 6 décembre à Paris, au soir. Trois personnes se sont ainsi vues attribuer un revenu de base de 1 000 euros par mois, pour une année complète. La cagnotte est déjà relancée et il sera bientôt possible de s'inscrire pour les prochains tirages au sort. Sachez par ailleurs qu'il est possible de soutenir l'opération par un don, même sans participer au tirage au sort. Ce don ouvre bien sûr droit à une réduction d'impôt à hauteur de 66% des sommes versées.

EN VIDEO - Le revenu de base, quelle définition ?

Autour du même sujet

Annonces Google