Partager cet article

RSS
Rechercher un thème :
Argent >   
Toute l'encyclo pratique

Le compte bancaire joint

Fiche pratique
DONNEZ VOTRE AVIS
Pratique pour régler les dépenses communes, le compte joint a été adopté par de nombreux couples. Voici quelques indications pour mieux connaître son fonctionnement.
 
 
Dernière mise à jour : juillet 2014
 
Qu'est-ce qu'un compte joint ?
Un compte joint est un compte ouvert au nom de plusieurs co-titulaires (avec ou sans lien de parenté). Il peut prendre trois formes :
- le compte joint ouvert au nom de X ou de Y fonctionne sous la signature de l'un ou de l'autre co-titulaire ;
- le compte joint ouvert au nom de X et de Y fonctionne sous la signature des deux co-titulaires pour toutes les opérations effectuées sur le compte ;
- le compte joint ouvert au nom de X et/ou Y fonctionne sous la signature de l'un ou de l'autre co-titulaire pour les opérations courantes et sous la signature des deux co-titulaires pour certaines opérations précises (par exemple pour des opérations excédant un certain montant, à définir).

Comment fonctionne le compte joint ?
Il peut être effectué sur le compte joint les mêmes opérations (compte chèques, retrait, virement...) que sur tout autre compte bancaire. Le compte joint fonctionne sur le principe de solidarité entre les co-titulaires du compte. Chacun des co-titulaires peut utiliser les fonds disponibles sur le compte joint. En cas de solde négatif du compte joint, chacun des co-titulaires est considéré comme débiteur. L'interdiction bancaire, s'il y a lieu (en cas d'incident de paiement ou de chèque impayé), s'applique à chacun des co-titulaires et à chacun de leurs comptes. Il est possible de désigner au préalable, lors de l'ouverture du compte joint, grâce à la convention de compte joint, le co-titulaire responsable en cas d'incident de paiement ou de chèque impayé. Alors, l'interdiction bancaire, s'il y a lieu, s'applique au compte joint et uniquement aux autres comptes du co-titulaire responsable.



Comment clôturer le compte joint ?
Chacun des co-titulaires peut à tout moment clôturer son compte, même sans l'accord des autres titulaires. Le contrat prévoit généralement l'envoi d'une lettre recommandée avec accusé de réception. La banque procède alors au blocage du compte et avise les co-titulaires. Les chèques émis après cette date ne sont donc plus acceptés par la banque. La répartition du solde ne pourra se faire qu'avec l'accord des co-titulaires. En cas de désaccord, la banque tiendra le solde bloqué dans l'attente d'une décision judiciaire.

Que se passe-t-il en cas de décès du co-titulaire ?
Pratique au quotidien, le compte joint l'est aussi dans les moments graves, et notamment si l'un de vous décède. Tous les comptes personnels du disparu seront en effet automatiquement bloqués, et ne pourront plus servir à régler les dépenses courantes. Mais le compte joint, lui, continuera de fonctionner. Le survivant est libre de s'en servir, aussi longtemps que les héritiers du défunt ne s'y opposeront pas. Car ces derniers ont le droit de demander à la banque par lettre recommandée avec accusé de réception de le bloquer. Le notaire peut aussi être chargé de cette démarche.

ATTENTION : Même si le survivant continue à se servir du compte, l'argent qui s'y trouve ne lui appartient pas pour autant en totalité. La moitié des sommes qui y figuraient au jour du décès est présumée appartenir au défunt et donc faire partie de sa succession. Le co-titulaire du compte peut certes disposer de cet argent, mais il devra le restituer aux héritiers lors du règlement de la succession. Sauf s'il prouve que ces fonds lui appartenaient en partie ou en totalité.
Voir aussi la fiche de droit-finances.net surLe compte bancaire joint
 
 
Copyright Benchmark Group   Envoyer à un ami | Imprimer   Haut de page
 
 
 
 
Autour du même sujet
 
Pages 1 | 2 sur 2 Page suivante >>

Informations différentes au Québec - Canada L'avis de G. L A
  L'information sur les comptes conjoints dans cet article ne s’applique pas au Québec. Au Québec, lorsqu'un des deux conjoints décède, le compte bancaire est automatiquement gelé et le survivant n'y a plus accès jusqu'au règlerment de la succession.

Compte joint L'avis de Edouard
  Quels sont les art. de Loi ou de Règlement liés ?

Arnaque bancaire L'avis de Gigi Prizzon
  Mon père a été complètement dépossédé par une de ses filles qui s'est rendue à sa banque au Luxembourg  juste après le décès de notre mère et qui a été à elle seule révoquer son compte-joint . Notre père avait demandé conseil à cette banque et c'est la banque qui lui avait conseillé de mettre ses biens en compte-joint . Jamais la banque l'a averti qu'une de ses filles pouvait révoquer ses comptes . De plus ses comptes étaient soit-disant secrets car numérotés. Depuis 10 ans, ce compte-joint est bloqué et notre Père n'avait même plus le droit de gérer ces comptes. Et même s'il fallait considérer que mon Père n'avait plus que 50 % de par ce compte-joint , la banque et ma soeur lui a volé en plus son droit d'usufruitier . Résultat depuis 10 ans, la banque paie 0,5 % d'intérêt au lieu de 6% comme c'était le cas de placements avant la révocation.

Le compte joint ne regle pas tout L'avis de Marc Lefort
  Il nous est refusé (à nous héritier), par la banque et  la sourde oreille du notaire, l'accès aux relevés bancaires (suspicion de détournements) , au motif que le co-titulaire n'est pas décédé.nous ne pouvons donc pas nous défendre face à notre belle mère...et après 10 ans comment pourrons prouver notre bonne foi ?

Compte joint L'avis de Jean-Marie Romain
  L'avertissement en fin d'explication est-il valable pour les trois formes de compte joint.

Pages 1 | 2 sur 2 Page suivante >>
Suite >> Le chèque

Argent
 Banque
Fiches pratiques
 Le fonctionnement d'un compte bancaire Les différents moyens de paiement Le compte bancaire joint
 Le chèque Petit lexique bancaire Tout le monde a le droit à un compte bancaire
 Le découvert bancaire La carte bancaire Les moyens de paiement alternatifs

Lettres types
 Accorder une procuration ponctuelle Accorder une procuration Annuler un prélèvement automatique
 Acte de cautionnement : se rétracter Annuler une procuration Demander la clôture d’un compte
 Confirmer la perte ou le vol d’une carte bancaire ou d’un chéquier Contester l’amende liée à l’émission d’un chèque sans provision Contester le montant des agios réclamés
 Contester les débits liés à une carte volée Contester l’encaissement d’un chèque malgré une opposition Contester la fermeture d’un compte bancaire sans préavis
 Contester une interdiction bancaire abusive Contester le non respect d’une autorisation de découvert Demande d’autorisation pour un découvert ponctuel
 Refuser le paiement d’une caution Refuser le renouvellement d’une carte bancaire 
 Crédits-prêts
Fiches pratiques
 Prêt immobilier : les règles du crédit immobilier Le remboursement anticipé d’un prêt Crédit consommation : préparer votre simulation de crédits à la consommation
 Le surendettement La caution Bien gérer ses crédits
 Le crédit hypothécaire rechargeable Quel crédit pour quelle consommation ? 

Lettres types
 Contestation des pénalités suite à un remboursement anticipé Refuser le renouvellement d’un crédit permanent Demande de report d’une échéance de crédit
 Crédit à la consommation : remboursement anticipé Remboursement anticipé d’un crédit immobilier Crédit à la consommation : rétractation
 Transformer un crédit permanent en crédit classique  
 Epargne
Fiches pratiques
 Le plan épargne logement CEL : les clés pour utiliser le compte épargne logement Le livret jeune
 Epargne retraite : le Plan d’Epargne Retraite Populaire (PERP) Le plan d'épargne pour la retraite collectif (Perco) A chacun son compte d’épargne
 Epargne : les société civiles de placement immobilier (SCPI) L’assurance vie Les actions
 Epargne : les obligations Les SICAV 

Lettres types
 Annuler un contrat d’assurance-vie Racheter son assurance-vie 
 Transmission de patrimoine
Fiches pratiques
 Concubinage : droits, devoirs, certificat de vie commune Faire une donation Succession : la réserve héréditaire et la quotité disponible
 Le testament  
 Divers
Fiches pratiques
 Le tiers payant La vente à distance La vente à domicile
 




A VOIR EGALEMENT