Essai Hyundai Tucson : un nouveau rival pour le Renault Kadjar

Essai Hyundai Tucson : un nouveau rival pour le Renault Kadjar Hyundai abat sa nouvelle carte sur le marché du SUV et relance le nom Tucson pour remplacer l'iX35. Sur un segment devenu ultra concurrentiel, ce modèle plus premium et au design moderne aura-t-il la carrure pour s'imposer face aux Renault Kadjar, Volkswagen Tiguan ou Peugeot 3008 ? Linternaute.com l'a essayé pour vous.

Revoilà le Tucson ! 11 ans après le lancement de son 4x4 efficace mais un peu pataud par rapport à son grand frère le Santa Fe, Hyundai relance le nom Tucson pour succéder à l'ix35. Le choix est fort sur un segment C qui a pris l'allure depuis plusieurs mois d'une vraie foire d'empoigne. Face à la concurrence, le constructeur sud-coréen a aiguisé ses armes avec ce SUV compact au design audacieux et particulièrement soigné. Tout sauf un hasard si l'on écoute les derniers retours clients. "Le premier argument d'achat sur un SUV compact, c'est le design, explique le constructeur. Les équipements ne viennent qu'après." Pour ne pas rater le coche, le constructeur sud-coréen mise sur ce véhicule européen, dessiné, conçu et testé en Europe. Le premier coup d'œil vous donne l'impression de voir un SUV allemand ? Ce n'est pas anodin puisque le designer du nouveau Tucson est un Français passé chez Volkswagen. Avec le Tucson, Hyundai entend se faire une place sur un marché premium. Le SUV représentait 25% des ventes du groupe en Europe en 2014.

Pari réussi ? Presque ! Derrière ce design racé, dynamique à l'image de sa calandre, que cache ce nouveau Tucson ? A bord, les sensations sont agréables avec notamment une insonorisation performante mais on regrettera un intérieur un brin austère et aux plastiques de qualité moyenne. Sans charme particulier donc au premier abord mais on se sent vite chez soi une fois le moteur lancé. Nous avons eu l'occasion de tester le bloc diesel 2.0 CRDI 136 chevaux qui représente le milieu de gamme et sera à coup sûr l'une des motorisations les plus vendues derrière le 115 chevaux d'entrée de gamme. Très souple, plutôt silencieux en dehors des phases d'accélération marquées, il remplit parfaitement son rôle, épaulé par une boîte de vitesse manuelle à six rapports bien étagée mais parfois un peu rude à commander.

L'habitabilité est au rendez-vous avec une longueur accrue de 6 centimètres par rapport à son prédecesseur, l'ix35. Le coffre atteint 513 litres, un volume conséquent et à la hauteur de la concurrence (472 litres pour le récent Renault Kadjar) et l'espace aux jambes n'est pas en reste. Même avec un conducteur de grande taille, le passager à l'arrière ne sera pas délaissé. Un bon point qui compense des finitions sans chichis, une direction parfois un peu trop sensible qui contraint à des corrections fréquentes dans sa version 2 roues motrices (rien à dire sur le 4x4 aux assistances électroniques bien réglées), une boîte de vitesses un peu rude et un siège conducteur trop ferme. Mais le niveau d'équipements par rapport au prix, son design, sa garantie 5 ans et son habitabilité en feront, à n'en pas douter, un sérieux challenger sur ce marché. Hyundai tente de se faire une place dans la cour des grands avec un modèle plus premium illustré par un prix en hausse par rapport à la concurrence. Cela tombe bien, deux autres prétendants ne devraient plus tarder à le défier : le nouveau Peugeot 3008 et le Volkswagen Tiguan. Pour monter à bord, connaître les détails de la gamme, les atouts et faiblesses de ce Hyundai Tucson, cliquez sur la photo ci-dessus !

Hyundai / Test auto