Contrôle technique : les points soumis à contre-visite

Le contrôle technique automobile est soumis à des critères très stricts. 124 points de contrôles sont recensés et représentent autant d'inspections à réaliser. Mais quelles sont celles qui peuvent occasionner la si crainte contre-visite ?

C'est la crainte de nombreux automobilistes qui arrivent au garage pour le contrôle technique de leurs véhicules : la contre-visite. Le contrôle technique automobile est strictement encadré et doit être réalisé par un opérateur agréé. Il existe près de 5000 centres agréés répartis sur l'ensemble du territoire français. Vous pouvez en retrouver la liste sur le site de l'UTAC. L'UTAC Ceram est l'organisme technique central chargé du contrôle technique des véhicules. C'est donc lui qui détermine les critères du contrôle technique. Depuis 2011, il est effectué selon 124 points de contrôle. Ceux-ci sont répartis par l'agence UTAC-Ceram en 10 catégories.

Mais sur ces 124 points, 72 peuvent conduire l'opérateur à demander une contre-visite. L'automobiliste a alors un délai de deux mois pour effectuer les réparations avant de soumettre de nouveau son véhicule au contrôle technique lors de la contre-visite. Dans le cas contraire, l'automobiliste qui n'a pas validé son contrôle technique (visible sur le timbre de la carte grise) s'expose à une amende de 135 euros. En cas de vente, le nouvel acquéreur ne pourra pas obtenir de nouvelle carte grise… Il convient donc de vérifier si votre véhicule est en mesure de passer le fameux contrôle technique sans encombre. Vous souhaitez consulter tous les points soumis à contre-visite ? Cliquez sur la photo ci-dessus pour retrouver les catégories et les 72 points correspondants.

Voir aussi : les meilleures voitures au contrôle technique :

 

 

 

Contrôle technique