Partager cet article

RSS

L'Internaute > Dictionnaire > Noms Propres > Biographie > André Breton

Rechercher un nom
 
Thème | Pays | Nom au hasard | Abécédaire | Top recherche | Mettre en favori

André Breton
© Lipnitzki / Roger-Viollet

Écrivains - France

André Breton

Écrivain (19/02/1896 - 28/09/1966)


André Breton

Né à Tinchebray (France) le 19/02/1896 ; Mort à Paris (France) le 28/09/1966

Entre guerre, folie et poésie

Issu de la petite bourgeoisie parisienne, André Breton se destine à la médecine à laquelle il consacre ses études dès 1913. Cependant, dès sa jeunesse, il se passionne également pour la poésie, notamment celle de Stéphane Mallarmé et Paul Valéry. Il entre en contact avec ce dernier dès 1914. Un an plus tard, alors que la guerre fait rage, Breton est déclaré « bon pour le service » et doit faire ses classes.

Si ces études lui permettent au départ d’échapper aux tranchées, elles ne lui interdisent pas la vue des horreurs. Affecté aux services de santé, il travaille à l’hôpital de Nantes avant de rejoindre un centre de neurologie puis le front en tant que brancardier. Entre-temps, il a fait la rencontre de Jacques Vaché, un soldat convalescent passionné de littérature qui le tourne vers de nouvelles influences littéraires telles qu’Arthur RimbaudAlfred Jarry ou Guillaume Apollinaire. Mais la médecine a également ouvert son esprit aux travaux de Sigmund Freud. Breton rencontrera d’ailleurs le neurologue viennois en 1921.

« Dérèglement des sens », pataphysique et inconscient : les influences majeures de Breton sont déjà là.


La naissance du surréalisme

A la fin de la guerre, Breton rencontre Philippe Soupault et Louis Aragon. Ils fondent la revue Littérature en 1919. Depuis 1917 et malgré la censure, ils parviennent à être en contact avec le mouvement Dada de Zurich. Un de ces initiateurs, Tristan Tzara, les rejoint d’ailleurs en 1920.

Cette même année, la première œuvre majeure du surréalisme est publiée : Les champs magnétiques. Signé par Breton et Soupault, le livre est le fruit de « l’écriture automatique ». A la confluence des notions d’inspiration et d’inconscient, ce procédé écarte la raison pour laisser transparaître le « fonctionnement réel de la pensée ». Cet objectif devient celui de l’école « surréaliste » que Breton théorise en 1924 dans son Manifeste du surréalisme. Tout au long des années 1920, Breton s’impose comme le chef de file du mouvement et publie notamment Clair de Lune et Nadja.

De Freud à Marx

Alors que la revue Révolution surréaliste commence sa parution en 1924, Breton se brouille progressivement avec ses compagnons. Après Tzara, c’est au tour de Soupault ou encore de Desnos de s’éloigner de Breton en 1927. Entré au Parti communiste, le « Pape du surréalisme » fait rentrer le communisme dans ses théories, modifiant ainsi les enjeux du surréalisme. Cela lui vaut le pamphlet collectif « Un cadavre », rédigé par ses anciens amis.

Désireux de « transformer le monde » et de « changer la vie »
, André Breton s’engage politiquement au-delà de l’écriture. Cependant, le PC ne prend pas véritablement au sérieux les ambitions des surréalistes. En 1935, Breton quitte les institutions mais pas les idées. En 1938, il rencontre d’ailleurs Trotsky et écrit Pour un art révolutionnaire indépendant. Entre temps, il a publié une de ces œuvres majeures : L’Amour fou.

Exilé à New-York à partir de 1941, André Breton rejoint la France en 1946 et prend part aux débats houleux entre existentialistes, surréalistes et humanistes. Jusqu’à sa mort en 1966, il défend fermement le surréalisme qu’il continue à mettre en oeuvre.


  Dates  

1896

18 février

Naissance d'André Breton
André Breton naît le 18 février 1896, dans l'Orne. Il incorpore le mouvement dadaïste avant de rompre avec ce dernier, en même temps que son ami Paul Eluard. Il devient le théoricien du surréalisme qu'il analyse et définit dans son "Manifestes du surréalisme". Il adhère au parti communiste puis s'en éloigne comme Aragon. Parti aux Etats-Unis lors de la Seconde Guerre mondiale, il revient à Paris pour reformer le cercle des surréalistes. Il meurt en 1966.

1920

 

Publication des "Champs magnétiques"
André Breton, Louis Aragon et Philippe Soupault publient l’une des premières œuvres entièrement surréalistes. Intitulé "Champ magnétiques", le recueil paraît dans la revue "Littérature", périodique qu’ils ont fondé peu de temps auparavant. Ces textes courts sont dénués de signification proprement dite. Ils cherchent ainsi à se libérer des contraintes tout en respectant les règles syntaxiques.

1925

14 novembre

Les surréalistes exposent à Paris
La galerie Loeb à Paris accueille pour la première fois une exposition collective de peintres surréalistes. Les œuvres de Paul Klee, Man Ray, Juan Miro, Max Ernst et Pablo Picasso sont présentés au grand public. Le fondateur du mouvement, André Breton, et le poète Robert Desnos sont à l'origine de l'évènement.

1929

 

Queneau rompt avec Breton
Raymond Queneau rompt avec les surréalistes et son ami André Breton. Depuis quelques années, Raymond Queneau fréquentait assidûment le groupe parisien et participait à leurs travaux. Selon lui, le mouvement restait beaucoup trop artificiel et ne lui permettait pas d’approfondir ses considérations littéraires.


  Citations  

 


"Il s’agit de ne pas, derrière soi, laisser s’embroussailler les chemins du désir."  
 Donnez votre avis
André Breton
 
 
"L’homme, ce rêveur définitif."  
 Donnez votre avis
André Breton
 
 
"Nadja, parce qu’en russe c’est le commencement du mot espérance, et parce que ce n’en est que le commencement."  
 Donnez votre avis
André Breton
 
 
"Le seul mot de liberté est tout ce qui m’exalte encore."  
 Donnez votre avis
André Breton
 
 
"L’épingle la fameuse épingle qu’il n’arrive quand même pas à tirer du jeu, ce n’est pas l’homme d’aujourd’hui qui consentirait à en chercher la tête parmi les étoiles."  
 Donnez votre avis
André Breton
 
 
"Il semble que de toutes parts la civilisation bourgeoise se trouve plus inexorablement condamnée du fait de son manque absolu de justification poétique."  
 Donnez votre avis
André Breton
 
 
"Toutes les idées qui triomphent courent à leur perte."  
 Donnez votre avis
André Breton
 
 
"Ne pas alourdir ses pensées du poids de ses souliers."  
 Donnez votre avis
André Breton
 
 

André Breton : 62 citations


  Proches  

Louis Aragon (1897 - 1982) : ami
Antonin Artaud (1896 - 1948) : ami
Robert Desnos (1900 - 1945) : ami
Philippe Soupault (1897 - 1990) : ami
Tristan Tzara (1896 - 1963) : ami
Paul Valéry (1871 - 1945) : ami


Le prénom André : origine & statistiques

Homonyme : Nicolas Restif de la Bretonne
 

Voir aussi : Écrivains - Écrivains de France - Personnages de France - France


Copyright Benchmark Group
  Envoyer à un ami |  Imprimer  
Haut de page

Rechercher un nom
 



 
 CE JOUR-LA...