Partager cet article

RSS

L'Internaute > Dictionnaire > Noms Propres > Biographie > Arthur Rimbaud > Biographie

Rechercher un nom
 
Thème | Pays | Nom au hasard | Abécédaire | Top recherche | Mettre en favori

Arthur Rimbaud
© Roger-Viollet

Poètes - France

Arthur Rimbaud

Poète (20/10/1854 - 10/11/1891)


Arthur Rimbaud est LE poète par excellence. Enfant précoce et élève brillant, il remporte des prix de littérature dès son adolescence. Jeune homme révolté contre l’ordre des choses, il voit la poésie comme un moyen de les faire évoluer. Son abandon de la poésie à partir de dix-neuf ans est pour certains l’aveu de cet échec. D’autres pensent que c’est simplement pour gagner sa vie qu’il arrêta d’écrire et se tourna vers le commerce. Le poète du Bateau ivre a eu une vie mouvementée faite de fugues, de vie de bohème, d’errance et de voyages.
 

Une plume exceptionnelle


Jean Nicolas Arthur Rimbaud est né le 20 octobre 1854 à Charleville-mézières dans les Ardennes. Arthur est le deuxième enfant de la famille qui en comptera cinq. Son père, capitaine d’infanterie, est souvent absent jusqu’au moment où il abandonne femme et enfant. Sa mère l’élèvera seule, suivant des principes stricts. Le jeune Arthur est un élève brillant. Il sautera la classe de cinquième et entrera directement en quatrième. Grâce à sa plume talentueuse, il remporte divers prix dont le premier prix du Concours académique en 1869.

C’est en 1870 qu’est publié son premier poème Les Etrennes des orphelins. Un nouveau professeur, Georges Izambard, vient enseigner dans le lycée d’Arthur. Grand amateur de poésie, l’enseignant l’initiera à cet art. Rimbaud découvrira notamment la poésie parnassienne. En mai, Arthur adresse quelques-uns de ses poèmes à Théodore de Banville, afin d’être publié dans le Parnassien contemporain. Mais cette tentative reste infructueuse.

En août, la France entre en guerre contre la Prusse. Arthur, alors âgé de 16 ans, fait sa première fugue à Paris. C’est son professeur Georges Izambard qui le fera sortir de prison. Libéré début septembre, il fait une deuxième fugue vers la Belgique début octobre. Il envoie à Paul Demeny deux Lettres dites « du voyant ». Dans l’une d’elle, il exprime sa volonté de devenir un voyant, et ce par un « long, immense et raisonné dérèglement de tous les sens ».

Une relation orageuse avec Verlaine


Verlaine, à qui Rimbaud a envoyé ses écrits, est touché par les vers du jeune homme et l’invite à Paris : "Venez, chère grande âme, on vous appelle, on vous attend". Rimbaud s’y rend aussitôt, emportant avec lui son poème Le bateau ivre. S’en suivront deux années d’errance et de vagabondage. Ils vivront à Paris chez Verlaine (lui-même étant marié et vivant en ménage) et mèneront une vie de bohème en fréquentant les bars du quartier Latin. Puis, les deux amants passeront par Bruxelles et Londres. Leur liaison s’achèvera violemment. Le 8 juillet 1873, Verlaine et Rimbaud se disputent et décident de se séparer. Verlaine, en état d’ébriété, tire sur Rimbaud et le blesse. Verlaine sera condamné par la justice belge à deux ans de prison. Peu après, Rimbaud achève et publie Une saison en enfer.

L’appel irrésistible vers un ailleurs


Celui que Verlaine avait surnommé « l’homme aux semelles de vent » poursuivit seul ses voyages. Il écrit Illuminations. Mais à dix-neuf ans, il choisit d’abandonner la poésie. Il enchaîne les destinations : Hollande, Suisse, Allemagne, Italie, Chypre… En 1880, il devient gérant d'un comptoir commercial en Abyssinie. En 1886-87, il se lance dans le trafic d’armes dans l’espoir de devenir riche. L’affaire se révèlera un désastre. En 1891, il souffre de douleurs au genou et se fait rapatrier en France. A Marseille, les médecins découvrent une tumeur au genou. Rimbaud doit immédiatement se faire amputer de la jambe droite. La maladie progresse et Rimbaud meurt le 10 novembre 1891 à Marseille. Il est alors âgé de trente-sept ans.

Il y a un doute quant à la version finale de certaines lettres et écrits de Rimbaud. Plusieurs versions de poèmes ont été retrouvées sans savoir laquelle était la version finale. Poussé par une volonté de créer une langue nouvelle, « de l'âme pour l'âme, résumant tout, parfums, sons, couleurs, de la pensée accrochant la pensée et tirant (Lettre du voyant) », Arthur Rimbaud a créé un style moderne, loin de la poésie traditionnelle et de son lyrisme.

 
Voir aussi : Poètes - Poètes de France - Personnages de France - France

Sommaire

Dates


Copyright Benchmark Group
  Envoyer à un ami |  Imprimer  
Haut de page

Rechercher un nom
 



Sondage

Remaniement : Hollande a-t-il eu raison d'exclure Montebourg du gouvernement ?

Tous les sondages

 
 CE JOUR-LA...