Partager cet article

RSS

L'Internaute > Dictionnaire > Noms Propres > Biographie > Gérard de Nerval

Rechercher un nom
 
Thème | Pays | Nom au hasard | Abécédaire | Top recherche | Mettre en favori

Gérard de Nerval
© Albert Harlingue / Roger-Viollet

Écrivains - France

Gérard de Nerval

Écrivain (22/05/1808 - 25/01/1855)


Gérard de Nerval

Né à Paris (France) le 22/05/1808 ; Mort à Paris (France) le 25/01/1855

L'enfance dans le Valois

Gérard de Nerval naît sous le nom de Labrunie. Il doit grandir en l'absence d'une mère, morte peu de temps après sa naissance. C'est dans le Valois, lieu qui inspirera particulièrement ses oeuvres, qu'il passe son enfance. Après ses études parisiennes, il s'adonne à l'écriture et, attiré par l'Allemagne, réalise une traduction réussie du Faust de Goethe.

Les premières oeuvres

Durant sa jeunesse, de Nerval s'inspire des grands romantiques qu'il côtoie (Hugo, Nodier) et se lie d'amitié avec Théophile Gautier. Il participe même à la célèbre bataille d'Hernani. Dès 1836, il s'éprend passionnément de Jenny Colon, qui en épousera un autre. Nerval en fera alors l'une de ses égéries. Mais l'esprit de l'écrivain commence à défaillir.

Victime de la folie

Dès 1841, il est sujet à des hallucinations et à des crises de folie dont il s'inspire dans ses écrits. Paraissent ainsi Voyage en Orient (1851), puis les Filles du feu (1854). Dans ce recueil de nouvelles, dont chacune d'entre elles porte un nom féminin, l'auteur cherche à atteindre la figure de la femme inaccessible. Le recueil porte également une dizaine de sonnets regroupés sous le titre les Chimères. De Nerval est retrouvé pendu en 1855. Après sa mort, une dernière oeuvre paraît : Aurélia, qui marque sa volonté de fuir le réel par le rêve.


  Dates  

1854

 

Edition du livre Les Chimères et Les Filles du feu de Gérard de Nerval.
L'écrivain Gérard de Nerval écrit le recueil de nouvelles et de poésie nommée "Les filles du feu". Le livre est édité en 1854 pendant que l'écrivain est interné dans la clinique de Passy à cause de ses problèmes de santé. Le recueil contient une dédicace à Alexandre Dumas ainsi que huit nouvelles et douze sonnets. C'est l'une des plus grandes œuvres de l'écrivain qui meurt l'année suivante en se suicidant.

1855

26 janvier

Gérard de Nerval se suicide
A 47 ans, le poète Gérard de Nerval, de son vrai nom Gérard Labrunie, se pend à une grille, rue de la Vieille-Lanterne, près du Châtelet, à Paris. Figure emblématique du romantisme, Nerval souffrait depuis 14 ans de crises d'hallucinations et de délire. Bouleversé par la mort de sa mère dans sa petite enfance, il donnera une place prépondérante dans sa vie et son oeuvre au mythe féminin. "Fantaisies" (1832), "les Filles du feu" (1854), mais aussi "Aurélia ou le rêve de la vie" (1855) publié après sa mort, en sont le parfait témoignage.


  Citations  

 


"Le premier qui compara la femme à une rose était un poète, le second un imbécile."  
 
 7 avis
 Donnez votre avis
Gérard De Nerval
 
 
"Avec le temps, la passion des grands voyages s'éteint."  
 Donnez votre avis
Gérard De Nerval
 
 


  Plus d'infos  

La folie du Desdichado : Gérard de Nerval

Figure emblématique du Romantisme, Gérard de Nerval est surtout connu pour ses crises de folie qui ont donné naissance à une œuvre particulièrement torturée... Lire la suite

Le prénom Gérard : origine & statistiques

Voir aussi : Écrivains - Écrivains de France - Personnages de France - France


Copyright Benchmark Group
  Envoyer à un ami |  Imprimer  
Haut de page

Rechercher un nom
 



 
 CE JOUR-LA...