Linternaute.com > Biographie > Henri IV

Rechercher un nom
 
Thème | Pays | Nom au hasard | Abécédaire | Top recherche | Mettre en favori

 Henri IV
© LL / Roger-Viollet

Rois - France

Henri IV

Le vert galant

Roi (14/12/1553 - 14/05/1610)


Henri IV

Né à Pau (France) le 14/12/1553 ; Mort à Paris (France) le 14/05/1610

Premier Bourbon roi de France, Henri IV s’est illustré, avant son accession au trône, dans les guerres de Religion en tant que chef des huguenots. C’est lui, en effet, qui a mis fin à plusieurs décennies de combats en abjurant le protestantisme et en promulguant l’édit de Nantes. Ralliant d’abord le peuple derrière la couronne, il s’est ensuite efforcé de redresser le pays d’une main de fer.

La lutte protestante


Né à Pau, Henri de Navarre subit très tôt l’influence de sa mère, Jeanne d’Albret, une calviniste convaincue qui n’hésite pas à lui faire courir le risque d’assister au siège de La Rochelle en 1568. Ainsi, il ne lui faut pas longtemps pour prendre part à la lutte des réformés et, sous la protection de Coligny, il devient le chef des protestants.

Au terme de la paix de Saint-Germain, il est convenu de son mariage avec Marguerite de Valois, afin de sceller la réconciliation religieuse. Mais le massacre de la Saint-Barthélemy en décide autrement. Henri de Navarre est contraint d’abjurer pour sauver sa vie puis est retenu prisonnier à la Cour. Il ne parvient à s’en échapper qu’en 1576, abjure aussitôt la foi catholique et retrouve la tête des huguenots pour reprendre la lutte.

L’accession au trône


Lorsque le duc d’Alençon, seul héritier catholique du roi, meurt, la lutte contre la Ligue catholique devient encore plus virulente. Le roi de France, Henri III, après s’être rallié aux catholiques, décide finalement de rejoindre Henri de Navarre pour reprendre les villes de Paris et de Rouen. Mais le monarque est tué et, avant de mourir, désigne son allié comme seul héritier légitime.

Sous le nom d’Henri IV, Henri de Navarre s’attelle alors à asseoir sa légitimité. Face à la détermination de la Ligue, qui a fait appel à Philippe II d’Espagne, il ne réussit pas à prendre la capitale. Il décide alors d’abjurer une nouvelle fois et de se convertir au catholicisme. Ainsi, les catholiques sont pris de court et leurs projets n’ont plus lieu d’être. De plus, il profite des dissensions au sein même de la Ligue et finit par faire son entrée à Paris.

À lui désormais de réunir la France derrière la couronne. Il met définitivement un terme à la guerre contre les ligueurs par sa victoire à Fontaine-Française, puis assure la paix avec l’Espagne par le traité de Vervins. En ce qui concerne la cause protestante et pour pacifier le royaume, il signe l’édit de Nantes, octroyant aux réformés une grande liberté.

Règne et redressement de la France


Prévenant et jovial, tout en étant autoritaire, Henri IV s’attire la sympathie des Français, à l’exception, toutefois, des religieux extrémistes. À peine détient-il les rênes du royaume qu’il fait annuler son mariage avec Marguerite de Valois et épouse Marie de Médicis un an plus tard. Multipliant les maîtresses, il hérite même du surnom de "vert-galant".

Mais ses aventures ne le détournent pas de ses objectifs. D’une main ferme, il redresse le royaume en s’entourant de personnages efficaces, qu’il choisit lui-même. Barthélemy de Laffemas se charge de l’Industrie et du Commerce ; le duc de Sully s’occupe de l’Agriculture et des Finances et Villeroy des Affaires étrangères. Un nouveau système est mis en place par l’édit de Paulette, qui institue la vénalité et l’hérédité des offices et lui permet d’obtenir la faveur des fonctionnaires. Le roi s’applique surtout à diminuer les pouvoirs des gouverneurs et des parlements. Il ne convoque même plus les États généraux, empruntant la voie de l’absolutisme. C’est sans doute la raison pour laquelle de nombreux nobles mécontents continuent de comploter contre lui.

Peu à peu, la France prospère et s’enrichit. Henri IV est un pacifiste, qui continue toutefois à se méfier de l’Espagne. La stabilité du royaume reste fragile. En 1610, le roi décide une intervention militaire contre les Habsbourgs, qui ont envahi Clèves et Juliers. Mais l’idée d’une guerre contre l’Espagne ne plaît pas aux catholiques. Il n’aura pas le temps de la mettre en œuvre puisqu’il est assassiné par Ravaillac le 14 mai 1610.

La fin tragique du roi a sans conteste contribué à redorer son image et à faire de lui le "bon roi Henri IV" aux yeux des générations futures. Quoiqu’il en soit, par son règne de plus en plus autoritaire, il a ouvert la voie à l’absolutisme de Louis XIV.


  Dates  

1572

18 août

Mariage d'Henri de Navarre et de la Reine Margot
Pour tenter une réconciliation entre protestants et catholiques, Jeanne d'Albret et Catherine de Médicis décident de marier leurs enfants, Henri de Navarre et Marguerite de Valois. Les catholiques profiteront du rassemblement des protestants pour les noces à Paris, pour ordonner le massacre de la Saint-Barthélemy (nuit du 23 au 24 août 1572). Henri de Navarre, devenu roi de France sous le nom d'Henri IV en 1589 et voulant assurer sa descendance, fera annuler le mariage en 1599 et épousera Marie de Médicis en 1600.

1580

26 novembre

Signature de la paix de Fleix
Le duc d'Anjou et Henri de Navarre signent au château de Fleix le traité mettant fin à la septième guerre de religion. Il vient ainsi confirmer le traité de Bergerac, signé en 1577. L'équilibre entre les forces catholiques et protestantes est retrouvé. Cette septième guerre sera aussi appelée "guerre des Amoureux" car elle aurait été déclenchée par les amours de Marguerite de Valois, dite la reine Margot.

1587

20 octobre

Victoire d'Henri de Navarre à Coutras
Le roi Henri de Navarre, héritier de la couronne de France et chef du parti protestant, bat les ligueurs catholiques commandés par le duc de Joyeuse lors de la bataille de Coutras (Gironde). Le duc de Joyeuse meurt au combat. Mais la huitième guerre de Religion est loin d'être terminée. Après la journée des Barricades, le roi de France Henri III rompra définitivement avec la Ligue et se ralliera à Henri de Navarre pour assiéger Paris. Pour rétablir la paix et s’assurer le trône, Henri de Navarre, ayant succédé à Henri III sous le nom d’Henri IV, se convertira définitivement au catholicisme en 1593 et sera sacré à Chartres en 1594. Les nobles catholiques finiront par se rallier au roi, mettant ainsi fin aux guerres de Religion (1562-1598).

1588

12 mai

Journée des Barricades
Au cours de la huitième guerre de Religion, la population parisienne prend parti pour la Ligue, à la tête de laquelle se trouve Henri de Guise. Celui-ci se rend à Paris, à l’appel du conseil des Seize et suscite la méfiance du roi Henri III. Se sentant menacé par une telle présence, il appelle une force de 4000 Suisses et de 2000 Français pour assurer la sécurité dans la capitale. Aussitôt, les ligueurs poussent les Parisiens à l’insurrection. La population utilise des chaînes, des barriques et des tonneaux pour bloquer les rues et empêcher les forces royales d’intervenir. Henri III n’a pas d’autre choix que de fuir Paris. Cette journée marque sa rupture définitive avec la Ligue et aboutira à son ralliement avec Henri de Navarre, futur Henri IV. Les deux hommes mettront le siège devant Paris.

1590

14 mars

Henri IV gagne la bataille d'Ivry
En lutte avec les ligueurs catholiques conduits par le duc de Mayenne (famille des Guise), le protestant Henri IV remporte la bataille d'Ivry. L’année précédente, il avait déjà remporté une victoire similaire à Arques. Au cours d'une manoeuvre, le Béarnais s'exclame : "Si vos cornettes vous manquent, ralliez-vous à mon panache blanc, vous le trouverez toujours au chemin de la victoire et de l'honneur." Les partisans du roi de France attribuent cette victoire à une intervention divine.

Henri IV : 17 Dates


  Citations  

 


"Paris vaut bien une messe."  
 
 3 avis
 Donnez votre avis
Henri IV
 
 
"Bonne cuisine et bon vin, c'est le paradis sur terre."  
 
 5 avis
 Donnez votre avis
Henri IV
 
 
"Un peuple, c'est une bête qui se laisse mener par le nez, principalement les Parisiens."  
 
 2 avis
 Donnez votre avis
Henri IV
 
 
"Le naturel des Français est de n'aimer point ce qu'ils voient."  
 Donnez votre avis
Henri IV
 
 
"Les grands mangeurs et les grands dormeurs sont incapables de quelque chose de grand."  
 Donnez votre avis
Henri IV
 
 


  Proches  

Gaspard De Coligny (1519 - 1572) : allié
Henri de Guise (1550 - 1588) : ennemi
Marguerite de Valois (1553 - 1615) : femme
Henri III (1551 - 1589) : beau-frère


  Plus d'infos  


Homonyme : Henri IV du Saint-Empire
 

Voir aussi : Rois - Rois de France - Personnages de France - France


Copyright Benchmark Group
  Envoyer à un ami |  Imprimer  
Haut de page

Rechercher un nom
 



 
SavoirVoir un exemple
TélévisionVoir un exemple

 CE JOUR-LA...