Bouillie bordelaise : composition et utilisation

Initialement utilisée pour protéger les vignobles, la bouillie bordelaise est un pesticide de la famille des fongicides qui s'est très largement développé au jardin pour traiter efficacement de nombreuses plantes. Focus sur sa composition et ses conditions d'utilisation.

A voir aussi : la recette du purin d'ortie

Composition de la bouillie bordelaise

La particularité de la bouillie bordelaise est sa magnifique couleur turquoise, obtenue par mélange entre du sulfate de cuivre, de la chaux et de l'eau. Pour être efficace sans toutefois être nocive, le jardinier doit la préparer en respectant scrupuleusement les quantités indiquées. Pour cela, diluez 10 à 20 grammes maximum du produit, disponible sous forme de poudre ou de microgranules, dans un litre d'eau. Par ailleurs, si elle n'est pas toxique pour les végétaux si vous respectez les doses prescrites, la bouillie bordelaise l'est cependant pour les animaux. Enfin, il convient de la conserver dans un endroit hors de portée des enfants.

Utilisation de la bouillie bordelaise

La bouillie bordelaise est particulièrement adaptée pour lutter contre certaines maladies, aussi bien de manière préventive que curative. Pour les vignes, elle permet de protéger contre le mildiou. Dans ce cadre, pulvérisez la solution tous les quinze jours à partir du mois d'avril et jusqu'en juillet. Certains fruits et légumes comme les fraises, les tomates ou encore les pommes de terre sont aussi traités, car ils peuvent être atteints de cette même maladie, ou de la bactériose par exemple. Appliquez alors le fongicide tous les quinze jours à partir du mois de mai, en évitant toutefois tout traitement juste avant la récolte et la consommation. Enfin, la bouillie bordelaise est aussi efficace pour les arbres fruitiers comme les pêchers, les pommiers et les pruniers, sensibles aux champignons et nécessitant un traitement contre le chancre, la tavelure ou la cloque du pêcher. Le produit doit leur être apporté deux à trois fois à quinze jours d'intervalle, à l'automne quand les feuilles sont tombées, puis avant le début du printemps et les premiers bourgeons. Dans tous les cas, prenez soin d'éviter de traiter vos plantes les jours de pluie.
A voir aussi : Jachère : comment bien la pratiquer

Produits de jardin