Tout savoir sur la peinture

Tout savoir sur la peinture Vous souhaitez réaliser des travaux de peinture vous-même ? Pour éviter les couches épaisses, les pinceaux qui dégoulinent et les raccords pas très nets, suivez nos précieux conseils. La peinture n'aura bientôt plus de secret pour vous.

Préparer un pinceau que vous utilisez pour la première fois

  • Cette méthode simple peut vous éviter de semer les poils d'un pinceau neuf que vous utilisez pour la première fois.
  • Commencez par éliminer les poils du pinceau qui ne tiennent pas en place en rebroussant les poils à la main.
  • Faites tremper les poils du pinceau dans un récipient contenant de l'huile de lin pendant une poignée d'heures.
  • Faites le ensuite sécher.
  • Passez maintenant votre pinceau sur du papier de verre pour éliminer les dernier poils qui pourraient tomber.

Comment éviter que le pinceau ne dégouline sur le manche, puis sur votre main, puis sur votre bras... ?

C'est très simple : les poils du pinceau ne doivent être trempés dans la peinture que de 1/3 à 1/2 de leur longueur. Ainsi, la peinture reste dans la brosse et ne coule pas sur le manche. L'inconvénient est qu'il faut le recharger plus souvent, mais...

Comment éviter de recharger le pinceau trop souvent ?

Prendre un pinceau plus large (bon, pas trop large non plus, hein !), ce qui lui permet de contenir plus de peinture à chaque fois.

Comment éviter que la peinture ne dégouline le long des arêtes ?

Par exemple, vous peignez l'arête sortante d'un angle de mur, ou une porte, et à chaque coup de pinceau, la peinture s'accumule le long et coule...
La solution consiste à peindre de la surface vers l'arête (vers "'extérieur" de la pièce à peindre), et non de l'arête vers la surface. Seul petit inconvénient : au moment où le pinceau va se dégager de l'arête, quelques micro-gouttelettes vont s'échapper et finir par terre, d'où la nécessité de protéger votre chantier en prenant une bonne marge.

Quand faut-il étaler une couche épaisse de peinture ?

Jamais ! Il n';y a aucun avantage à le faire. Il vaut mieux faire 2 couches fines plutôt que 1 couche épaisse. Cela ne consomme pas plus de peinture, et ce n'est guère plus long (en travail et en attente de séchage). Pour bien comprendre cela, une petite explication s'impose. La peinture est un fluide qui contient des pigments colorés, un solvant, et un durcisseur. Vous étalez votre peinture, et elle tient sur le mur ou sur le plafond grâce à sa "tension superficielle" (c'est une propriété physique pour tous les fluides). Puis le solvant s'évapore. La peinture est sèche, et cela correspond à la mention "sec au toucher" que vous lisez sur le pot.

Étape suivante : le durcisseur se combine avec l'oxygène de l'air pour modifier la formule chimique de la peinture qui va alors se "coller" au support. Cela correspond à la mention "entre deux couches". Ce qui est important de comprendre, c'est que tant que la peinture n'a pas "durci" ou "pris", si vous remettez du solvant, elle va redevenir liquide. Alors qu'une fois qu'elle a "pris", vous pouvez mettre tout ce que vous voulez dessus, elle ne redeviendra plus liquide. Ainsi, si vous n'attendez pas le temps nécessaire "entre deux couches", la nouvelle couche va imbiber l'ancienne de solvant, et elle va redevenir liquide. Tout se passera comme si vous n'aviez mis qu'une couche (plus épaisse). Et...

Pourquoi ne faut-il jamais étaler une couche épaisse ?

Parce que l'oxygène de l'air réagit en premier avec les molécules de peinture situées à la surface en contact avec l'air. Cette surface durcit, et petit à petit, l'oxygène a de plus en plus de mal à pénétrer à l'intérieur de votre couche de peinture.
De fait, une couche fine sera vite "dure" et prête à recevoir une seconde couche, alors qu'une couche épaisse va mettre beaucoup plus longtemps à "durcir", malgré une apparence sèche "au toucher".
Résultat, imaginons que vous souhaitiez repeindre un plafond avec des tâches d'humidité. Vous vous dites "je vais mettre une couche épaisse pour bien masquer les tâches". Le lendemain, les tâches reviennent (car la peinture n'a pas durci). Vous remettez une seconde couche épaisse pour bien masquer les tâches... qui reviennent le lendemain, etc. parce que la peinture n'a jamais réussi à durcir. Alors qu'avec 2 ou 3 couches fines, les tâches disparaissent définitivement.

Comment obtenir des raccords nets ?

Exemple de raccord pas net

Ce raccord a été fait par un amateur, en masquant le mur par du ruban adhésif de protection et en peignant le plafond en débordant sur le ruban adhésif. Le problème, c'est que la peinture "bave" sous le ruban adhésif, et que lorsqu'on l'enlève, le raccord n'est pas très net.

Exemple de raccord net

Ce raccord a été fait par un professionnel de la manière suivante :

  • mise en place du ruban adhésif de protection,
  • pose d'une fine couche de joint acrylique à peindre, à cheval sur le ruban adhésif et le plafond,
  • mise en peinture du plafond,
  • retrait immédiat du ruban adhésif (avant que la peinture ne sèche).

Comment conserver ses pinceaux (et rouleaux) jusqu'au lendemain ?

Pour la peinture "à l'eau", un lavage simple suffit. Pour la peinture "à l'huile" (glycéro, ou non soluble dans l'eau), plutôt que de tremper les pinceaux dans le white spirit, on peut les mettre dans un sachet plastique alimentaire, en prenant soin de le rendre étanche. Cela empêche le solvant de s'évaporer, et à l'oxygène de l';air de durcir la peinture. Le lendemain, le pinceau est prêt à reprendre du service, puisqu'il n'y a pas de white spirit à évacuer. Cette méthode est également plus économe.

Comment éviter qu'une couche de peinture ne se solidifie dans le pot (stockage longue durée) ?

On ne peut pas. Dès que le pot a été ouvert, il y a de l'air qui va durcir la surface.
En revanche, on peut limiter le phénomène en stockant les pots à l'envers, de sorte que la peinture vienne colmater les éventuelles micro-fuites au niveau du couvercle. De plus, la couche solide se trouvera au fond du pot, ce qui ne vous dérangera pas lorsque vous le réouvrirez.

Peinture

Annonces Google