VMC : installation et entretien d'une VMC double flux, simple flux et hygro...

VMC : installation et entretien d'une VMC double flux, simple flux et hygro... Qu'elle soit simple ou double, hygroréglable ou autoréglable, la VMC (Ventilation mécanique contrôlée) est un dispositif incontournable pour renouveler l'air d'un logement. Installation, branchement et entretien, tout sur la VMC.

[Mis à jour le 19 avril 2017 à 9h17] Renouveler l'air d'une habitation, tel est le principe de la Ventilation Mécanique Contrôlée (VMC). Elle apporte également son lot d'économies d'énergie et de confort pour les habitants. VMC simple flux ou double fux, hygroréglable ou autoréglable, voici quelques conseils pour bien choisir sa VMC. On vous guide également pour l'installation qui n'est pas une mince affaire et qui demande quelques qualités techniques. Bien sûr, le bon entretien de la VMC lui assurera une longévité et de meilleures performances. Pourquoi le branchement d'une VMC dans la salle de bains est-il primordial ? On vous donne la réponse dans cet article spécial Ventilation Mécanique Contrôlée.

Le choix d'une VMC dépend principalement des avantages et des inconvénients présentés par les différents modèles. Une VMC simple flux autoréglable est ainsi beaucoup plus économique à l'installation que les autres modèles, mais entraîne souvent des courants d'air et un gaspillage important du chauffage. La VMC simple flux hygroréglable est un peu plus performante que la simple flux autoréglable, mais ne permet pas de filtrer l'air entrant. Plus coûteuse à l'installation et nécessitant un entretien régulier, la VMC double flux reste le système de ventilation qui permet de réaliser des économies d'énergie importantes. Elle apporte un meilleur confort, avec la disparition des courants d'air et une filtration de l'air entrant. 

VMC double flux

Présentée comme plus performante que d'autres systèmes de VMC comme la VMC simple flux, la VMC double flux est également beaucoup plus coûteuse à l'installation. Voici donc quelques conseils pour ne pas vous tromper dans le choix de ce système.

  • Les modèles de VMC double flux

Le système de Ventilation Mécanique Contrôlée double flux est déjà en lui-même un modèle de VMC parmi d'autres comme la VMC autoréglable ou la VMC simple flux hygroréglable, etc. A la différence d'une VMC simple flux, elle s'appuie sur deux réseaux de conduit et ne requiert pas plusieurs entrées d'air extérieur. Le renouvellement de l'air est en effet réalisé à partir de bouches d'insufflation en provenance d'une entrée d'air unique, située sur le toit. Le fonctionnement du modèle de VMC double flux repose sur la récupération des calories de l'air sortant qui permettent de réchauffer l'air entrant. Ce type de VMC double flux est alors dit "classique". Lorsque ce système de ventilation est équipé d'une pompe à chaleur qui chauffe l'air entrant, on parle alors de VMC double flux thermodynamique. 

  • Les critères de choix d'une VMC double flux

Le choix d'une VMC double flux doit être réalisé en comparaison avec les autres systèmes de ventilation. Avant d'opter pour une VMC double flux, il est donc nécessaire de connaître les principaux avantages et les inconvénients de ce type de VMC.
Les avantages d'une VMC double flux : le confort intérieur est rehaussé par la filtration de l'air et par l'absence de courants d'air. En raison de l'absence d'entrées d'air vers l'extérieur, ce système offre également une meilleure isolation acoustique. Enfin, la VMC double flux est le système de ventilation qui permet de réaliser le plus d'économies sur la facture de chauffage.
Les inconvénients d'une VMC double flux : souvent considéré comme un critère important, le coût d'installation d'une VMC double flux est assez élevé. En outre, ce système demande un entretien régulier, et le fait d'ouvrir les fenêtres pour aérer diminue fortement son efficacité.

  • La gamme de prix

Les premiers modèles de VMC double flux se trouvent en moyenne à des tarifs qui se situent aux alentours de 700 euros. Mais le coût de l'installation d'une VMC double flux performante, pose comprise, pourra facilement dépasser les 2 000 euros. 

VMC simple flux

La ventilation mécanique contrôlée, ou VMC, lutte contre l'humidité et les polluants. Parmi les différents types de dispositifs, on trouve la VMC simple flux dont le fonctionnement hygroréglable ou autoréglable permet de s'adapter à tous les intérieurs. Voici quelques clés pour bien choisir votre installation.

  • Les modèles de VMC simple flux

La VMC simple flux, grâce à son fonctionnement en continu, permet de maintenir un logement sain et ce, notamment, dans les pièces humides comme les cuisines, les salles de bains et les toilettes. Plus efficace que la ventilation naturelle, la VMC simple flux se décline en deux modèles : la version hygroréglable qui permet d'ajuster le débit d'air en fonction du taux d'humidité présent dans chaque pièce, et la version autoréglable qui maintient constant le débit d'air, peu importe le taux d'humidité, la saison ou le nombre de personnes présentes à l'intérieur du logement

  • Les critères de choix

Si la solution autoréglable permet une installation autonome et économique, ce type de VMC peut s'avérer bruyant et occasionner des courants d'air et donc une déperdition énergétique qui fait grimper la facture de chauffage. La VMC simple flux hygroréglable est quant à elle peu efficace pour lutter contre la pollution extérieure et plus couteuse que la version autoréglable. Elle permet toutefois d'effectuer des économies d'énergie et donc un amortissement rapide. De plus, la VMC hygroréglable permet de maintenir les fenêtres du logement ouvertes.

  • La gamme de prix

En entrée de gamme, une VMC simple flux autoréglable est accessible dès 400 euros pose comprise. Si vous effectuez l'installation vous-même et disposez des quelques outils nécessaires, le coût peut bien évidemment être revu à la baisse. Pour une VMC simple flux à fonctionnement hygroréglable, il faudra compter entre 700 et 1 300 euros pose incluse. Ceci dépend de la zone géographique, de la surface habitable du logement, de son année de construction et du professionnel sollicité.

VMC hygroréglable

Parmi les VMC, il existe deux technologies courantes : les VMC autoréglables et hygroréglables. La première est la plus basique. Les bouchées d'air s'adaptent à la pression pour garantir une bonne ventilation constante. Elle ne dépend pas de l'hygrométrie. On trouve aussi des VMC hygroréglables. Celles-ci régulent l'air intérieur en fonction du taux d'humidité.

VMC salle de bains

Pièce particulièrement humide, la salle de bains doit être bien ventilée pour éviter l'apparition de moisissure. Outre l'ouverture de la fenêtre et de la porte, une VMC est indispensable pour assurer une bonne circulation de l'air. En plus d'empêcher des taches noires d'apparaître sur les joints et les murs de la salle d'eau, l'aération de la salle de bains est une barrière aux mauvaises odeurs et permet d'éliminer les gaz toxiques présents. 

vmc-maison
Une maison bien ventilée est une maison saine. © Phil Holmes - 123RF

Installation d'une VMC

Pour garantir un renouvellement de l'air intérieur au sein de votre maison, l'installation d'une ventilation mécanique contrôlée, ou VMC, est indispensable. Cette opération nécessite le respect de certaines étapes. Voici comment procéder au branchement d'une VMC.

  • Les outils nécessaires :
    installation vmc
    © auremar - 123RF

- un mètre ;
- un détecteur de métaux ;
- une perceuse ;
- une scie cloche ;
- un tournevis ;
- une défonceuse.

  • Les équipements à prévoir :

- des bouches d'extraction sanitaires ;
- des bouches d'extraction cuisine ;
- un caisson d'extraction ;
- un conduit souple en PVC ;
- un chapeau de toiture ;
- des entrées d'air ;
- une cordelette ;
- des pitons ;
- des colliers de serrage.

  • Comment fonctionne une VMC ? 

Les entrées d'air doivent être placées dans les pièces sèches tandis que les bouches d'extraction sont positionnées dans la cuisine, la salle de bain et les toilettes. Ces bouches d'extraction sont connectées au caisson d'extraction par des conduits qui évacuent l'air vicié vers la toiture.

  • Les étapes de réalisation

Placez le caisson d'extraction de la VMC dans les combles de votre logement. Privilégiez un emplacement central par rapport aux bouches d'extraction que vous prévoyez d'installer. Cela vous permettra d'économiser du conduit. 
Pour éviter les nuisances sonores, évitez de poser le caisson directement sur le sol du comble. Suspendez-le à la charpente à l'aide des pitons et de la cordelette.
Raccordez les bouches d'extraction situées dans les salles d'eau ou les WC à des gaines de 80 mm de diamètre tandis que la bouche d'extraction d'une cuisine doit être reliée à une gaine de 125 mm de diamètre.
Pour choisir l'emplacement des bouches d'extraction de la VMC, utilisez éventuellement un détecteur de métaux pour repérer les fourrures métalliques situées dans le plafond.
Une fois cette étape accomplie, marquez le contour de la manchette au crayon en prenant soin de conserver une petite marge. Percez le trou à l'aide d'une scie cloche.
Insérez la manchette dans le trou puis placez la bouche d'extraction.
Raccordez la manchette au caisson d'extraction en les reliant à l'aide d'un conduit souple. Verrouillez les extrémités avec un collier de serrage.
Réalisez votre sortie en toiture avec une tuile à douille couverte par un chapeau de toiture avec bavette d'étanchéité. Préalablement, découpez l'isolant et l'écran d'étanchéité pour pouvoir passer le conduit. Reliez alors le conduit au caisson à l'aide de colliers de serrage.
Installez les entrées d'air dans le haut des fenêtres ou le coffre des volets roulants. Pour cela, creusez une mortaise à l'aide d'une défonceuse.

A lire aussi : poser une VMC simple flux et poser une VMC double flux.

Gaine VMC

La gaine d'une VMC est un conduit souple et modulable qui va permettre la ventilation. Elle permet de diminuer la nuisance entraînée par la fonction de la ventilation mécanique contrôlée. Dans le cas d'une VMC double flux, la gaine assure la liaison entre le groupe d'extraction et les bouches d'insufflation.
En général, la gaine d'une VMC mesure 80 mm, 125 mm ou 150 mm de diamètre et est en PVC. Elle peut résister à des températures variant de -10°C à +60°C.

Entretien d'une VMC

L'entretien d'une VMC passe par un nettoyage régulier de l'appareil et les conduits auxquels il est raccordé. C'est un excellent moyen de prolonger la durée de vie de l'installation et surtout maintenir son bon fonctionnement. L'entretien d'une VMC se fait toujours une fois le courant coupé pour éviter tout risque d'électrocution. Démontez les parties démontables et laissez-les tremper dans une bassine d'eau chaude savonneuse. Pour le reste, passez un chiffon microfibre humide pour chasser la poussière et essuyez bien avec un chiffon sec. Séchez les parties que vous avez mis à tremper. Il est important que chaque pièce ne soit pas humide avant d'être remise en place.

A voir aussi :

VMC