Les feux de cheminée à nouveau autorisés à Paris

Les feux de cheminée à nouveau autorisés à Paris Depuis le 1er janvier 2015, la préfecture de Police de Paris a annulé l'interdiction des feux de cheminée qui devait entrer en vigueur en ce début d'année.

Suite à l'intervention de Ségolène Royal, les feux de cheminée sont à nouveau autorisés dans la capitale. La ministre de l'Ecologie, qui jugeait la mesure "ridicule" s'est dite "surprise des chiffres utilisés par Airparif", l'association à l'origine de cette interdiction. Un revirement de situation qui reste encore à confirmer dans le reste de la région parisienne, tant qu'un nouvel arrêté préfectoral n'est pas établi. Dans la même optique, le Conseil de l'Environnement et des Risques sanitaires et technologiques s'est réuni le 13 janvier et aurait rendu un avis favorable à l'autorisation de feux d'agréments dans les cheminées franciliennes. Les modalités d'application de la nouvelle réglementation devraient être communiquées par le ministère dans les semaines à venir. 


Pourquoi une telle mesure ? Cette réglementation, qui tombait sur le joug d'un arrêté préfectoral, devait contribuer à réduire la pollution de l'air ambiant. La combustion du bois dans les cheminées serait en partie responsable des émissions de particules fines. Des microparticules néfastes pour notre organisme, à l'origine de diverses maladies dont l'asthme. D'après la Direction Régionale et Interdépartementale de l'Environnement et de l'Energie d'Île-de-France, les feux de cheminée produiraient 23% de ces émissions. Un pourcentage équivalent à celui des gaz d'échappement des véhicules.

insert2
Insert © Elenathewise-Fotolia.com
Les équipements et les communes ciblés. Alors qu'à Paris, le chauffage au feu de bois est interdit depuis 2007, l'arrêté prévoyait également l'interdiction des feux d'agrément dans la quasi-totalité des cheminées, mais aussi dans les poêles à bois et les inserts. Seuls quelques équipements très performants et éligibles à une dérogation du préfet de police auraient pu être autorisés à fonctionner au feu de bois. Dans le reste de l'Île de France, seules les cheminées à foyer ouvert étaient ciblées par cette mesure. Les inserts, les cheminées à foyer fermé, les poêles et autres chaudières à bois n'étaient pas concernés à la condition d'afficher un rendement supérieur ou égal à 70 %, un taux d'émission de monoxyde de carbone inférieur ou égal à 0,12% ou d'être visé par le label flamme verte. Si la plupart des villes de la grande et de la petite couronne étaient concernées par cette mesure, seules quelques communes rurales d'île de France avaient la chance d'y échapper.

Reste à voir ce que nous réserve le ministère de l'Ecologie pour la nouvelle réglementation à venir sur les feux de cheminée.  

EN VIDEO - Cheminées : le chauffage au bois représente 30% des émissions de particules fines

Annonces Google