Malin Gilles Jacob


En 1980, Stalker d'Andrei Tarkovski ne devait pas être présenté à Cannes. Or il fait l'objet d'une projection surprise qui ne fut pas du goût des autorités soviétiques. A la vision des premières images, la délégation d'URSS sort de la salle, se précipite vers la cabine de projection préalablement fermée à clé, puis vers le bureau de Gilles Jacob, le délégué général du festival, qui voulait gagner du temps. On fait croire aux Russes que cette décision est du ressort du Président du Festival de Cannes, lequel les invite à boire et à parler... pendant que le film est projeté tranquillement dans son intégralité !

Suggestions de contenus