Bourdes, malaises, scandales... Le pire du Festival de Cannes

Maurice Pialat © BATTISTINI/SIPA

Chaque année, le Festival de Cannes contient son lot d'histoires. Bourdes, chutes, scandales... La Croisette regorge d'anecdotes en tous genres. 


En 1987, le réalisateur français Maurice Pialat remporte la palme d'or pour son film controversé "Sous le soleil de Satan".
Lorsqu'il reçoit la prestigieuse récompense, le réalisateur est hué dans l'assemblée. 

Lors de son discours de remerciement, il ne manque pas de répliquer à cet accueil controversé par une phrase qui est restée dans les annales du Festival : "Si vous ne m'aimez pas, je peux vous dire que je ne vous aime pas non plus".
Suggestions de contenus