Des figues en avril

Date de sortie
Mercredi 4 avril 2018  (0h58)
Réalisé par
Nadir Dendoune
Les internautes
5/5 (3 votes)
Déjà vu ce film ?
Ma note :

Synopsis

Le film « Des Figues en Avril » dessine le portrait drôle et bouleversant de Messaouda Dendoune, filmé par son fils Nadir. Au delà de la personnalité attachante, malicieuse, déterminée et passionnée de la vieille dame de 82 ans, on la découvre au quotidien dans son deux pièces de l'Ile Saint Denis, ponctué par la présence invisible de l'absent. Elle apprend désormais à vivre seule depuis que son mari Mohand, atteint de la maladie d'Alzheimer, a été placé en maison médicalisée. Messaouda, bercée par ses chanteurs kabyles emblématiques, comme Slimane Azem, raconte avec fierté, sa France des quartiers populaires et le devenir de ses enfants.

Bandes annonces Des figues en avril

Trouver une séance Des figues en avril

Trouver une séance
Palaiseau (1 cinéma) ,  Sens (1 cinéma)

Photos Des figues en avril



Avis Des figues en avril

Déjà vu ce film ?
Ma note :
Note moyenne
5
(3 votes)
Signaler un abus
Utile
+0
Sara - 4 avril 2018

Merveilleux hommage plein de pudeur et d'humour à cette femme, à ces femmes qui dans l'ombre ont élevé leurs enfants, porté leur homme et leur foyer, avec la nostalgie du pays. Il ne s'agit pas -seulement-de déracinement, de mémoire et d'émigration, il s'agit de ces classes populaires, de ces prolétaires restées dignes toute leur vie malgré les difficultés et il s'agit surtout d'amour, d'un fils ... Lire la suite

Signaler un abus
Utile
+0
Sara - 4 avril 2018

Merveilleux hommage plein de pudeur et d'humour à cette femme, à ces femmes qui dans l'ombre ont élevé leurs enfants, porté leur homme et leur foyer, avec la nostalgie du pays. Il ne s'agit pas -seulement-de déracinement, de mémoire et d'émigration, il s'agit de ces classes populaires, de ces prolétaires restées dignes toute leur vie malgré les difficultés et il s'agit surtout d'amour, d'un fils ... Lire la suite

Signaler un abus
Utile
+0
Sara - 4 avril 2018

Merveilleux hommage plein de pudeur et d'humour à cette femme, à ces femmes qui dans l'ombre ont élevé leurs enfants, porté leur homme et leur foyer, avec la nostalgie du pays. Il ne s'agit pas -seulement-de déracinement, de mémoire et d'émigration, il s'agit de ces classes populaires, de ces prolétaires restées dignes toute leur vie malgré les difficultés et il s'agit surtout d'amour, d'un fils ... Lire la suite

Répondre au sujet
Ma note :
0 caractère

Annonces Google