Harvey Weinstein : Quentin Tarantino, "sous le choc", parlera bientôt

HARVEY WEINSTEIN - La réaction du réalisateur Quentin Tarantino concernant l'affaire Weinstein était attendue depuis plusieurs jours et celle-ci ne fait pas l'unanimité chez les internautes...

[Mis à jour le 13 octobre 2017 à 12h16] Ami de longue date avec Harvey Weinstein, le metteur en scène Quentin Tarantino n'avait pas encore souhaité commenter les agissements terribles du producteur hollywoodien. C'est désormais (presque) chose faite. Le réalisateur de Pulp Fiction, Kill Bill ou encore Inglorious Basterds a fait passer un message aux internautes par le biais du compte Twitter de son amie Amber Tamblyn. "Depuis la semaine dernière, je suis sous le choc et j'ai le cœur brisé suite aux révélations qui concernent Harvey Weinstein, mon ami depuis 25 ans. J'ai besoin de quelques jours supplémentaires pour gérer la douleur, l'émotion, la colère, mes souvenirs et ensuite je m'exprimerai en public." Comme on peut le constater, il ne condamne pas les agissements du producteur dans ce tweet, ce qui a fortement déplu à certains de ses fans sur les réseaux sociaux.

Florence Darel pousse un coup de gueule contre Harvey Weinstein

La comédienne Florence Darel, qui fait partie des victimes qui ont eu le courage de témoigner contre les agissements de Harvey Weinstein, était présente sur le plateau de l'émission de Yann Barthès jeudi 12 octobre. Comme vous pouvez le découvrir grâce à la vidéo ci-dessous, cette dernière a poussé un coup de gueule contre le producteur et les prédateurs sexuels en général : "D'une certaine façon les femmes, on est toujours dans le porte-à-faux de... 'Vous êtes séduisantes, vous faites tout pour séduire, donc après ne vous plaignez pas si vous êtes séduites, vous devriez êtres flattées'. J'ai entendu ça une fois. Quelqu'un qui a essayé de m'embrasser et qui m'a dit 'Tu devrais être flattée'. Mais flattée de quoi ? C'est comme si nous on était des tentatrices et ce qu'il nous arrivait était bien fait pour nous. C'est absolument immonde. Nous dans le cinéma on peut en parler, là vous m'invitez j'ai un coup de projecteur, on peut dire ce qu'il se passe. Mais c'est dans tous les milieux [...] Pourquoi les gens continuent à se taire ? C'est insupportable ! Ça ne bouge pas !  Quand est-ce qu'ils vont comprendre que les religions depuis des siècles ont fait que les femmes portent un poids d'être celles par qui le péché arrive ? Quand est-ce que les hommes vont être adultes et considérer que les femmes ne sont pas un trophée, ne sont pas un butin qu'on ramasse quand on a le pouvoir."

Une enquête ouverte pour agression sexuelle présumée

Selon l'Agence France Presse, une enquête aurait été ouverte à New York sur une agression sexuelle présumée commise par le producteur Harvey Weinstein. Pour l'heure, l'agence ne précise pas de quelle agression il s'agit mais on sait d'ores et déjà qu'elle daterait de 2004. Il y a fort à parier qu'elle concerne une des victimes sorties du silence ces derniers jours. Depuis la publication d'une enquête du New Yorker, les langues se délient et les témoignages affluent à propos du producteur Harvey Weinstein. Il est en effet accusé d'avoir harcelé sexuellement mais aussi agressé des actrices, mannequins et employées pendant une vingtaine d'années, abusant ainsi de sa position de pouvoir dans le milieu de Hollywood.

"J'ai besoin d'être une meilleure personne"

Attaqué de toutes parts, Harvey Weinstein reste silencieux et se concentre sur la contre-attaque avec une avocate pénaliste de renom, Blair Berk. Elle a défendu de nombreuses personnalités du show business américain parmi lesquelles Mel Gibson ou encore Lindsay Lohan. Elle sera accompagnée de trois autres avocats pour la défense des intérêts du producteur récemment licencié de la Weinstein Company. Un premier communiqué a été relayé par le Daily News, Harvey Weinstein y invoque son âge et le fait qu'il ait été éduqué à "l'époque des années 1960 et 1970, où les règles en matière de comportement au travail étaient différentes. C'était une autre culture." Il y explique également avoir réalisé qu'il avait "besoin d'être une meilleure personne" et qu'il lui fallait désormais "maîtriser ses démons".

La porte-parole du producteur, Sallie Hoffmeister, a pris la parole pour annoncer que "toutes les accusations de relations sexuelles non consenties sont réfutées par M. Weinstein." Dans une interview beaucoup plus personnelle accordée à Page Six TV, Harvey Weinstein se dit "dévasté" et annonce avoir besoin de se faire soigner : "je suis une thérapie intensive. Je ne sais pas si je vais aller en Europe pour une cure. Je ne sais vraiment pas où je vais." TMZ annonce par ailleurs que Weinstein s'est rendu en Arizona dès ce mercredi pour suivre une thérapie contre l'addiction au sexe.

"Des fêtes avec partouzes et cocaïne"

Au Parisien, des professionnels du cinéma montent également au créneau pour affirmer que ses comportements lubriques étaient connus dans le milieu. Un professionnel souhaitant rester anonyme explique par exemple que : "à Cannes, Weinstein est connu pour deux choses : les hôtels et les loueurs de yachts. Chaque année, il y organise des fêtes avec partouzes et cocaïne. Harvey a même sur place un surnom très parlant : the Pig [le Porc en anglais]."

Dominique Besnehard, producteur qui a longtemps été agent de comédiens, y est lui aussi allé de son commentaire. "Je ne connais pas personnellement Harvey Weinstein, que j'ai juste croisé deux ou trois fois, et aucune histoire d'agression ne m'a été rapportée directement. Mais j'ai entendu des actrices raconter qu'elles avaient été convoquées dans sa chambre et qu'elles étaient parties en courant ! Il semble être, à l'égard des femmes, dans un rapport de pouvoir digne d'un Pygmalion pervers."

Ben Affleck entraîné dans le scandale

L'affaire Harvey Weinstein éclabousse d'autres membres de l'industrie hollywoodienne. Alors que de nombreuses femmes révélaient dans la presse leur témoignage de harcèlement sexuel voire d'agressions sexuelles par le producteur, Ben Affleck a publié un commentaire à l'encontre de Weinstein. Il y explique être "attristé et en colère" à l'encontre de cet homme avec qui il a travaillé et que "les accusations d'agressions [...] me donnent la nausée." Toutefois, la comédienne Rose McGowan, qui figure dans la longue liste des victimes de Harvey Weinstein, n'a pas goûté à cette mise au point de la part de l'acteur. Elle lui a en effet rappelé que le comédien lui avait lui-même dit "Je lui avais dit d'arrêter de faire ça !" Ben Affleck était donc au courant d'après McGowan qui, après quelques sorties virulentes sur Twitter, a été bannie du réseau social. Par ailleurs, des internautes ont fait resurgir une vidéo montrant Ben Affleck toucher l'actrice Hilarie Burton au niveau de la poitrine. Cette vidéo datant de 2003 a causé la publication d'excuses de la part du comédien sur Twitter.

Les Oscars, les BAFTA et Cannes réagissent

Les académies récompensant le cinéma ont, pour beaucoup d'entre elles, réagi au scandale sans précédent et certaines ont d'ores et déjà pris la décision de bannir les productions Weinstein de leur palmarès cette année. C'est le cas des BAFTA, l'académie britannique a annoncé que le statut de membre de Harvey Weinstein était désormais suspendu suite à un comportement jugé "inacceptable". L'académie des Oscars a elle aussi réagi, désignant les actions du producteur comme "répugnantes". Une réunion de crise aura lieu samedi prochain afin que les membres de l'académie décident si Weinstein doit pouvoir présenter des films à la nomination cette année ou non. Le Festival de Cannes a également expliqué que "ces faits relèvent d'un comportement impardonnable qui ne peut susciter qu'une condamnation nette et sans appel." En revanche, aucune référence à une potentielle mise à pied du producteur lors des prochains festivals.

Florence Darel et Léa Seydoux témoignent également

Gwyneth Paltrow, Angelina Jolie, Emma de Caunes, Judith Godrèche, et maintenant Léa Seydoux, Florence Darel ou encore Cara Delevingne... Les témoignages affluent ces derniers jours. Parmi les derniers en date, celui de la comédienne française Florence Darel est édifiant. Dans le Parisien, celle qui fut portée sur le grand écran par Eric Rohmer à la fin des années 1980, raconte deux rencontres avec le producteur américain. Des entrevues que, déjà, elle avait tenté d'éviter. En 1995, Harvey Weinstein l'a invitée au Ritz pour lui parler "d'un film qu'il voulait faire sur la guerre 39-45". La conversation a vite dérapé  "Il s'est mis à me dire qu'il me trouvait très attirante et qu'il voulait avoir des relations avec moi", raconte Florence Darel. "Je lui ai dit que j'étais très amoureuse de mon compagnon. Il m'a répondu que ça ne le gênait pas du tout et m'a proposé d'être sa maîtresse quelques jours par an", poursuit-elle.

Hier, c'est Léa Seydoux qui apportait son témoignage sur Harley Weintstein. "Nous étions en train de parler sur le canapé quand il s'est soudainement jeté sur moi en essayant de m'embrasser", s'est-elle confiée au Guardian ce mercredi soir, précisant : "J'ai dû me défendre. Il est grand et gros, donc j'ai dû mettre beaucoup d'énergie pour lui résister." Selon l'actrice française, Harvey Weinstein a essayé "plus d'une fois". Alors "très dominateur", le célèbre producteur américain aurait complètement "perdu le contrôle". L'ex-James Bond girl explique par ailleurs que l'incident aurait eu lieu à l'Hôtel Plaza Athénée, lors de la Fashion Week parisienne, probablement en 2012. Lors de son interview, Léa Seydoux n'était plus certaine de l'année. Par ailleurs, cette dernière a déclaré penser qu'Harvey Weinstein a fini par la respecter, car elle lui a résisté. Elle rejoint quant à elle la désormais longue liste de femmes ayant fait les frais des agissements du producteur américain. 

Cara Delevingne "impuissante et effrayée"

Cara Delevingne est également sortie du silence ce mercredi soir. Sur son compte Instagram, la jeune actrice britannique de 25 ans a livré un témoignage pour le moins glaçant. "Quand j'ai commencé à travailler en tant qu'actrice, je travaillais sur un film et j'ai reçu un appel d'Harvey Weinstein me demandant si j'avais couché avec n'importe laquelle des femmes avec qui j'ai été vue dans les médias. C'était un appel vraiment bizarre et gênant... Je n'ai répondu à aucune de ses questions et je me suis précipitée de raccrocher, mais avant que je le fasse, il m'a dit que si j'étais gay ou décidée à être publiquement avec une femme, je n'obtiendrais jamais le rôle d'une femme hétéro et je ne serais jamais actrice à Hollywood", explique-t-elle, avant de revenir sur une seconde rencontre, un ou deux ans plus tard, cette fois-ci dans un hall d'hôtel pour parler du futur film en présence du réalisateur. 

 

When I first started to work as an actress, i was working on a film and I received a call from Harvey Weinstein asking if I had slept with any of the women I was seen out with in the media. It was a very odd and uncomfortable call....i answered none of his questions and hurried off the phone but before I hung up, he said to me that If I was gay or decided to be with a woman especially in public that I'd never get the role of a straight woman or make it as an actress in Hollywood. A year or two later, I went to a meeting with him in the lobby of a hotel with a director about an upcoming film. The director left the meeting and Harvey asked me to stay and chat with him. As soon as we were alone he began to brag about all the actresses he had slept with and how he had made their careers and spoke about other inappropriate things of a sexual nature. He then invited me to his room. I quickly declined and asked his assistant if my car was outside. She said it wasn't and wouldn't be for a bit and I should go to his room. At that moment I felt very powerless and scared but didn't want to act that way hoping that I was wrong about the situation. When I arrived I was relieved to find another woman in his room and thought immediately I was safe. He asked us to kiss and she began some sort of advances upon his direction. I swiftly got up and asked him if he knew that I could sing. And I began to sing....i thought it would make the situation better....more professional....like an audition....i was so nervous. After singing I said again that I had to leave. He walked me to the door and stood in front of it and tried to kiss me on the lips. I stopped him and managed to get out of the room. I still got the part for the film and always thought that he gave it to me because of what happened. Since then I felt awful that I did the movie. I felt like I didn't deserve the part. I was so hesitant about speaking out....I didn't want to hurt his family. I felt guilty as if I did something wrong. I was also terrified that this sort of thing had happened to so many women I know but no one had said anything because of fear.

Une publication partagée par Cara Delevingne (@caradelevingne) le

Quand celui-ci fut parti, Harvey Weinstein lui aurait proposé de rester pour discuter. Une fois seuls, il aurait commencé à lui parler de toutes les actrices avec qui il avait couché et comment il avait fait leur carrière, avant de l'inviter dans sa chambre. La jeune femme aurait rapidement décliné et lorsqu'elle aurait demandé à l'assistante du producteur si sa voiture était dehors, celle-ci lui aurait conseillé d'aller dans la chambre. "À ce moment précis, je me sentais impuissante et effrayée, mais je ne voulais pas le montrer. J'espérais que je me trompais sur la situation. En arrivant dans la chambre, j'ai d'abord été rassurée en voyant qu'une autre femme était présente. Il nous a demandé de nous embrasser et elle a commencé à l'aguicher", explique-t-elle avant de poursuivre : "Je me suis rapidement levée et lui ai demandé s'il savait que je chantais. Et j'ai commencé à chanter... Je pensais que cela améliorerait la situation, en la rendant... plus professionnelle... comme une audition... j'étais tellement nerveuse. Après avoir chanté, j'ai répété que je devais partir. Il m'a raccompagné à la porte de sa chambre et a essayé de m'embrasser sur les lèvres. Je l'ai arrêté et j'ai réussi à sortir de la pièce." Pourquoi a-t-elle gardé le silence tout ce temps ? "Je ne voulais pas faire de mal à sa famille, je me sentais coupable comme si j'avais fait quelque chose de mal", explique-t-elle à la fin de son message.

Le fils de Woody Allen et Mia Farrow dénonciateur de Harvey Weinstein

Accusé de plusieurs viols et d'harcèlement sexuel par de nombreuses femmes, le célèbre producteur Harvey Weinstein est en pleine tourmente depuis la parution de premières accusations par le New York Times, rapidement suivies par une enquête diffusée dans le New Yorker. Derrière ces révélations, plusieurs noms parmi lesquels un semble plus interpeller que les autres : celui d'un avocat de formation devenu journaliste, loin d'être méconnu : Ronan Farrow. Il n'est autre que le fils de Mia Farrow, mais également de... Woody Allen. Ce militant des droits de l'homme, ex-porte-parole de l'Unesco, ou encore ex-conseiller de Hillary Clinton au Département d'État américain, est l'auteur de l'enquête parue mardi 10 octobre dans les colonnes du New Yorker. À tout juste 29 ans, ce n'est pas la première fois que le journaliste fait parler de lui. Si on lui prête parfois une filiation à Franck Sinatra, avec lequel sa mère a été mariée et aurait maintenu une liaison jusque dans les années 80, Ronan Farrow est surtout connu pour ses accusations répétées à l'encontre de son propre géniteur officiel : Woody Allen, accusé notamment d'attouchements sexuels sur sa fille adoptive Dylan, alors tout juste âgée de 7 ans, au début des années 90. Une affaire de famille donc, qui a depuis poussé le jeune homme à s'efforcer, tant bien que mal, de briser la loi du silence qui règne dans le monde du cinéma.

Harvey Weinstein : "Un gros porc puant" pour Antoine de Caunes

Outre Léa Seydoux et Cara Delevingne, les témoignages affluent au sujet d'Harvey Weinstein depuis ce week-end. Parmi les dernières prises de parole marquantes, il y a celle d'Antoine de Caunes en France ce mercredi. Suite au témoignage de sa fille Emma dans le New Yorker, qui annonce avoir été harcelée sexuellement par le producteur il y a plusieurs années, l'animateur a décidé de répondre à la polémique qui secoue Hollywood sur l'antenne de France Inter. "Je suis un père comblé, j'ai trois beaux enfants auxquels je trouve toutes les vertus même si ces trois petits démons sont loin de toutes les posséder. Mais enfin bon, même s'ils ont chacun leur petit caractère, j'en suis globalement satisfait. Il s'agit de deux beaux gaillards et d'une jeune fille prénommée Emma qui exerce le beau métier d'actrice. Enfin, merveilleux je me comprends. Comme pour tous les métiers il y a des hauts, il y a des bas, des moments de pure exaltation, d'épiphanie dirais-je même quand toutes les planètes s'alignent et que les vents sont favorables."

"Et des moments plus difficiles quand des propositions de rôles se bousculent moins. Le lot commun en somme. Il y a toutefois une différence entre les acteurs et les actrices. Ces dernières [...] sont souvent victimes d'hommes de pouvoir prédateurs sexuels qui abusent de leur position et parfois des femmes tout court. Mais il arrive que les femmes se rebiffent et rendent publics de tels agissements. C'est ce que vient de faire ma fille en même temps qu'Asia Argento, Angelina Jolie, Judith Godrèche, Rosanna Arquette et plein d'autres en dévoilant les turpitudes d'un tout puissant producteur hollywoodien, ce gros porc puant d'Harvey Weinstein pour bien le nommer. Tout le monde le sait, il faut avoir du courage quand on est une femme pour mettre sur la place publique de telles histoires et j'espère que l'exemple de cet aréopage de comédienne aidera à libérer la parole d'autres victimes plus anonymes. Voilà pourquoi aujourd'hui je suis fier d'avoir trois beaux enfants mais je suis aussi fier d'avoir une fille comme elle."

Le témoignage d'Emma de Caunes sur Harvey Weinstein

Emma de Caunes s'était exprimée dans le New Yorker, au milieu des témoignages de dix femmes victimes du producteur. La comédienne française n'avait pas hésité à parler aux journalistes de la publication américaine, au même titre qu'Asia Argento ou encore Mira Sorvino. Voilà ce que l'on peut lire dans le New Yorker : "Emma de Caunes, une actrice française, a rencontré Weinstein en 2010, lors d'une soirée du Festival de Cannes. Quelques mois plus tard, il lui a proposé un repas à l'hôtel Ritz à Paris. Lors de ce rendez-vous, Weinstein a dit à de Caunes qu'il allait produire un film avec un réalisateur important, qu'il prévoyait de le tourner en France, et qu'il y avait un rôle féminin fort. C'était l'adaptation d'un livre a-t-il expliqué, mais a affirmé qu'il ne se souvenait pas du livre. "Mais je vais te le donner" a dit Weinstein selon de Caunes. "Je l'ai dans ma chambre".

Le récit se poursuit, avec Emma de Caunes qui explique à Harvey Weinstein qu'elle doit partir, car elle est en retard pour présenter une émission avec Eminem comme invité. Le producteur a insisté pour qu'elle l'aide à retrouver le livre, ce qu'elle a accepté. Arrivée dans la chambre, elle reçoit un coup de fil, tandis que Weinstein se rend dans la salle de bain, en laissant la porte ouverte. L'actrice pense alors qu'il est en train de se laver les mains. "Quand j'ai raccroché le téléphone, j'ai entendu la douche" explique-t-elle. "Je me suis dit : 'C'est quoi ce bordel, il prend une douche ?'" C'est alors que Weinstein sort nu, dévoilant son érection. Il lui a demandé de s'allonger sur le lit expliquant que beaucoup d'autres femmes ont fait la même chose avant elle.

"J'étais pétrifiée" explique de Caunes. "Mais je ne voulais pas lui montrer que j'étais pétrifiée, parce que je sentais que plus j'étais mal à l'aise, plus il était excité. C'était comme un chasseur face à un animal sauvage. La peur l'excite." Elle parvient tout de même à rassembler son courage et à quitter la chambre, avant de se rendre à son émission de télévision. Quelques heures après l'incident, Weinstein n'a cessé d'appeler Emma de Caunes, lui offrant des cadeaux et lui répétant que rien de grave n'était arrivé. Le témoignage de la comédienne se termine par ces mots : "Je sais que tout le monde, je dis bien tout le monde, à Hollywood est au courant de ce qu'il se passe. Il ne se cache pas vraiment […] Mais tout le monde a trop peur pour dire quoi que ce soit."

Omar Sy trop compréhensif avec Weinstein ?

En France, Omar Sy a également été au cœur de toutes les discussions après ses propos concernant le scandale. L'acteur venu faire la promotion de son film Knock sur le plateau de Quotidien mardi n'a pas voulu entrer dans le débat. Il a simplement confirmé qu'il connaissait le producteur, puisque c'est lui qui a permis le succès d'Intouchables aux Etats-Unis. Au début, il a juste ajouté "c'est surprenant, très surprenant. Après, je ne vais pas le charger encore plus (…) il aimait les femmes, comme beaucoup d'hommes". L'acteur a ensuite ajouté "mais là ce que j'entends, c'est dingue". Ne retenant que "il aimait les femmes, comme beaucoup d'hommes", les internautes ont très vite accusé l'acteur de minimiser ce qui se passait et certains l'ont même accusé à tort d'avoir eu vent des faits, sans jamais en parler.

Mercredi soir, le Festival de Cannes a à son tour réagi. Dans un communiqué, les dirigeants du célèbre rendez-vous cinématographique de la Croisette, Pierre Lescure et Thierry Frémaux, ont dénoncé le "comportement impardonnable qui ne peut susciter qu'une condamnation nette et sans appel." Et de conclure : "Notre pensée va aux victimes, à celles qui ont eu le courage de témoigner et à toutes les autres. Puisse cette affaire contribuer à dénoncer une nouvelle fois des pratiques graves et inacceptables."

Les agissements de Weinstein passés sous silence ?

En début de semaine, c'est une ancienne journaliste du New York Times, fondatrice du site The Wrap, qui a réagi au scandale Harvey Weinstein. Elle assure que tout cela aurait pu prendre fin bien plus tôt si le journal qui l'employait à l'époque avait accepté de publier son enquête sur le producteur et surtout si deux acteurs hollywoodiens n'avaient pas tenté de le couvrir. En 2004, Sharon Waxman décide d'enquêter sur les agissements d'Harvey Weinstein. Elle interviewe alors une jeune femme qui avait été payée pour son silence après avoir eu des relations sexuelles non désirées avec le producteur. Au cours de son investigation en Europe, elle rencontre également le responsable de Miramax Italy qui lui confie être chargé de trouver des escorts pour son patron quand il vient en Italie. Même si elle ne récolte aucune information concernant des actrices qui auraient été victimes de harcèlement ou d'agression sexuelle, la jeune journaliste décide de dévoiler tout cela dans un article.

C'est alors que seraient entrées en scène deux vedettes d'Hollywood, Matt Damon et Russell Crowe. La journaliste a confié sur son site qu'"après d'intenses pressions de Weinstein, et notamment par le biais de Matt Damon et Russell Crowe qui m'ont appelée personnellement, l'affaire a été étouffée et n'a jamais été rendue publique". Face à ses accusations, le New York Times a répondu au site Vulture, affirmant que la journaliste n'avait à l'époque pas assez d'éléments pour pouvoir porter de telles accusations. Selon le journal, ce serait la seule raison pour laquelle l'article n'a pas été publié.

Kate Beckinsale sort du silence

Dans un long post publié sur Instagram, l'actrice Kate Beckinsale a elle aussi expliqué qu'elle avait été victime de Harvey Weinstein lorsqu'elle avait 17 ans. Celle-ci a été convoquée dans sa chambre à l'hôtel Savoy. "Je supposais que c'était une salle de conférence, ce qui était très commun." Le producteur a finalement ouvert la porte en peignoir. "J'étais incroyablement naïve et jeune et ça ne m'est pas passé par l'esprit qu'un vieil homme repoussant puisse attendre que j'ai un intérêt sexuel pour lui." La jeune femme refuse sa proposition de boire de l'alcool et lui explique qu'elle doit se rendre à l'école le lendemain matin. Une excuse qui lui permettra de se retirer de la chambre, "mal à l'aise mais saine et sauve". Plusieurs années plus tard, Harvey Weinstein retrouvera Beckinsale et lui demandera "s'il avait tenté quoi que ce soit le jour de cette premier rendez-vous. Je me suis rendu compte qu'il ne se souvenait pas s'il m'avait agressée ou pas."

Kate Beckinsale raconte ensuite qu'elle a dû "lui dire non de façon professionnelle plusieurs fois tout au long des années, parfois cela se terminait par des hurlements de sa part, lui me traitant de conn*** ou me menaçant, parfois cela se terminait avec lui qui s'amusait en disant aux gens 'Kate vit pour me dire non'." Kate Beckinsale termine son témoignage en essayant de motiver le milieu du cinéma à changer de paradigme. Elle finit par une anecdote : "J'avais un ami qui, apprenant mon expérience, a encouragé une jeune actrice qui disait aller dîner avec Harvey à être prudente. Il a reçu un coup de fil le lendemain pour lui dire qu'il ne travaillerait plus jamais sur un film Miramax." En réalité, la jeune femme couchait déjà avec Weinstein et l'a mis au courant...

Matt Damon se défend dans "L'affaire Harvey Weinstein"

Dans une interview au site Deadline, l'acteur Matt Damon a donné son point de vue : "Je n'essaierai jamais de faire pression sur une histoire comme cela. Je ne ferais pas ça. Ce n'est pas quelque chose que je ferais. Pour personne". L'acteur a confirmé qu'il avait eu un appel d'Harvey Weinstein à l'époque, mais qu'il lui avait alors dit "Sharon Waxman écrit une histoire sur Fabrizio (responsable de Miramax Italy) et c'est vraiment négatif. Peux-tu l'appeler pour lui raconter ton expérience avec Fabrizio". L'acteur l'a alors fait, ne sachant pas le contenu exact de l'article. Quelques heures après, Sharon Waxman est revenue sur ses déclarations à propos de l'acteur sur Twitter. "Je suis d'accord avec la déclaration de Matt Damon. Il m'a appelée brièvement et il n'était pas informé (...) de l'investigation que je menais dans le cadre de mon article". Pour l'instant, seul Russell Crowe n'a pas réagi à ces nouvelles révélations.

La colère de Rose McGowan, Ben Affleck visé

Dans le même temps, Rose McGowan qui fait partie des actrices qui ont accusé Harvey Weinstein de harcèlement sexuel, s'en est prise à Ben Affleck sur Twitter. Alors que l'acteur réagissait au scandale, l'actrice a répondu à son message sur les réseaux sociaux en lui disant d'"aller se faire foutre". Ensuite, elle a de nouveau envoyé un message à Ben Affleck révélant aux internautes que l'acteur était au courant de ce qui lui était arrivé. "'NOM DE DIEU! JE LUI AI DIT D'ARRÊTER DE FAIRE ÇA !' Tu m'as dit ça droit dans les yeux. À la conférence de presse à laquelle on m'a forcée à aller après l'agression. Tu mens". Rose McGowan reproche donc à Ben Affleck d'avoir eu connaissance des agissements d'Harvey Weinstein et d'avoir simplement parlé au producteur sans jamais avertir les médias ou la justice.

 Une énorme polémique à Hollywood

Réévélée par le New Yorker, l'affaire Harvey Weinstein secoue Hollywood depuis le 8 octobre. Harvey Weinstein est le co-fondateur de Miramax Productions et de la Weinstein Compagny. Depuis son premier Oscar reçu pour Shakespeare in Love, le producteur a enchaîné les récompenses et a porté  certains grands films au firmament, grâce notamment à ses talents de lobbyiste à Hollywood. Il sera notamment le grand promoteur aux Etats-Unis des films Amélie Poulain ou Intouchables plus récemmment. Mais sa carrière pourrait bien voler en éclats. D'après le journal, Harvey Weinstein aurait depuis plus de 25 ans harcelé sexuellement au moins huit de ses collègues. Plusieurs victimes ont témoigné dans l'enquête du New Yorker. La première fut l'actrice Ashley Judd, révélée dans le film Ruby in Paradise.

Elle a affirmé qu'il y a plus de vingt ans le producteur l'avait invitée à le suivre dans sa chambre d'hôtel avant de lui demander de le masser et de le regarder pendant qu'il prenait sa douche. Une autre actrice a relaté à peu près les mêmes faits qui se seraient produits en 1997 alors qu'elle n'avait que 23 ans. Rose McGowan, vedette du film d'horreur Scream, a ajouté que le producteur lui avait proposé un arrangement à l'amiable : 100 000 euros pour qu'elle ne raconte pas ce qui lui était arrivé. Une proposition qu'Harvey Weinstein aurait faite à d'autres femmes en échange de faveurs sexuelles, leur promettant de les aider à booster leur carrière. En 2015, une mannequin italienne avait déjà accusé l'homme d'agression sexuelle, mais aucune poursuite n'avait été engagée.

Les excuses de Harvey Weinstein

Le producteur a décidé de s'excuser dans un communiqué de presse envoyé au New Yorker en début de semaine. "Je réalise que la façon dont je me suis comporté avec des collègues par le passé a causé beaucoup de douleur, et je m'en excuse sincèrement". Selon Harvey Weinstein, il lui a fallu du temps pour comprendre "que les règles sur le comportement et les lieux de travail étaient différentes" de celles des années 60-70. Ses avocats, malgré ses excuses, ont réfuté certaines accusations, estimant que l'article du New York Times est "saturé d'affirmations fausses et diffamatoires". L'équipe qui entoure le producteur pourrait porter plainte contre le journal. 

Pour l'instant, Harvey Weinstein n'est pas poursuivi par la justice, mais il a tout de même annoncé qu'il quittait temporairement son poste à la Weinstein Company. L'homme de 65 ans compte travailler sur lui-même pour éviter que ce genre d'incident ne se reproduise. Dans le communiqué, il précise : "Bien que j'essaie de faire mieux, je sais que le chemin sera long. Mon chemin sera maintenant d'apprendre à me connaître et maîtriser mes démons. (...) Je prévois de prendre un congé de ma société et de m'occuper de ce problème en priorité". Pendant sa pause, il souhaite également se consacrer à la réalisation d'un film sur le président américain Donald Trump. Un moyen pour lui de peut-être réussir à se refaire à terme une place à Hollywood.

Article le plus lu : Tariq Ramadan accusé de viol et de menaces : voir les actualités

Antoine de Caunes / Matt Damon