L'Internaute > Citations > Condition humaine > Blaise Pascal


Rechercher une citation
 

Le silence éternel de ces espaces infinis m'effraie."

Blaise Pascal
Donnez votre avis
 Auteur Blaise Pascal
 Avis des internautes
 Theme Condition humaine
 pays France


  Vos avis  
 26 avis | DONNEZ VOTRE AVIS 
L'avis de Amaury  (Lyon) 
"Je ne suis pas d'accord avec vous Mutin. Le pari n'est pas la base de la Foi pour Pascal , celle-ci est un don de Dieu via la grâce , c'est là l'origine de son soutien aux jansénistes. Voyez à ce propos son "Mémorial " rédigé la nuit de sa première expérience mystique." (18 février 2009)
 
L'avis de Cyrile Breton (Bordeaux) 
Fortune
"Incontournable...Pascal un génie..." (19 janvier 2009)
 
L'avis de Liziane Hakizimana (Quebec) 
L'inconnu
"Je dirais que M. Blaise fait  référence à l'univers et ses mystères, qui certains sont à découvrir et d'autres seront à jamais cachés de la conscience humaine. Ce qui est certain c'est que les êtres humains ont peur de l'inconnu. La remède contre cette peur, selon moi, serait l'éveil spirituel acquis par la pratique et l'étude des écrits sacrés qui nous ont été transmis par les grands prophètes de notre existence telles que : Krishna, Abraham, Zoroastre,  Moïse, Bouddha, Jesus, Muhammad et Bahaullah." (04 décembre 2008)
 
L'avis de Sibylle  (Vancouver) 
"Je n'ai pas vraiment compris cette citation avant que j'ai pris du salvia." (17 novembre 2008)
 
L'avis de Waiting In Vain  (Chez Moi) 
Trop de questions, sans réponses
"Pauvre Blaise, je le comprend. Vous vous promenez un jour seul, dans la campagne, et se réfugier en haut d'une colline où vous pouvez apercevoir à perte de vue la plaine, et pas loin un cours d'eau tranquille, pas un mot .. Que la nature est bavarde en ces moments, silence assourdissant. Là plusieurs questions traversent l'esprit : mais qu'est ce qu'on fait sur la terre ? Le Big bang ? le hasard , ha ha ! bande de farceurs. Ce silence de ces espaces démesurés effraie. L'homme n'est rien, vraiment !" (19 août 2008)
 
L'avis de Sonia  (Paris) 
"que dire de plus devant ce silence ... chut !" (16 avril 2008)
 
L'avis de Frédéric Horiszny (Mulhouse) 
"Pascal essaie de penser le rapport entre la science et l'angoisse métaphysique: science et métaphysique appartiennent à des ordres différents au sens où l'univers ne comporte plus aucun signe qui nous conduise à dieu. L'univers inhumain des espaces galactiques n'est plus un cosmos, il ne ne nous renseigne pas sur le sens de la vie à moins d'avoir déjà la foi. A l'époque des lumières on essaiera de prouver l'existence de dieu grâce à la physique, cherchant des preuves rationnelles physico-théologique. Pour Pascal c'est une confusion des ordres de connaissance. Le dieu des philosophes et des savants n'est plus celui qui parle au cœur de toute manière. Dieu est caché. C'est pourquoi les théologiens n'ont pas non plus à intervenir dans les questions scientifiques comme l'a fait le saint Office en condamnant Giordano Bruno au bucher ou Galilée au silence. Mais cette peur de l'homme abandonné dans un monde étranger, c'est le gouffre qu'ouvre la science moderne, c'est la prise de conscience d'un monde déserté par le sens qui, justement, par un renversement du pour au contre, peut nous conduire à nous poser des questions sur le sens de la vie. L'astrophysicien cherche des réponses sur lui même: mais sa seule richesse est dans le questionnement auquel le conduit l'univers." (17 mars 2008)
 
L'avis de Courtois Luc (Louvain-la-neuve) 
La fin de la pensée analogique
"En fait, ce qui est visé par cette phrase de Pascal, c'est la fin de la pensée "analogique" telle que l'avait pratiquée les hommes de la Renaissance. Pour ce dernier, le monde était encore un monde de signes inscrits par Dieu dans l'univers et lui révélant le sens caché des choses. C'est ainsi que Pic de la Mirandole, par exemple, recommande de soigner les maux de tête avec de la chair de noix pilée. Pourquoi ? Parce que la cervelle humaine a une forme "analogique" à celle de la chair de noix. C'est donc qu'il y a une liaison de sens entre les deux… Ce que Pascal constate ici, c'est que la nouvelle pensée rationnelle vide l'observation du monde de ses "signes". Les étoiles ne "parlent" plus, comme elles le faisaient aux anciens, du sens du monde : donc, "Le silence éternel de ces espaces infinis m'effraie"…" (28 février 2008)
 
L'avis de Jose Da Cunha (Ezanville) 
Eclairant !
"Je traduirai volontiers par: " d'où venons nous? où allons-nous? pourquoi?" pour les espaces infinis. Et enfin aucune réponse audible, ni la philosophie, ni la science ne répondent. Quand à la religion, elle se contente de nous faire croire que le monde est tel qu'elle le désire. Il s'agit bien évidement d'un avis non autorisé." (30 janvier 2008)
 
L'avis de Jacques Bertin (Louvain-la-neuve (belgique)) 
Peur et objectivation (berdiaev)
"Selon le philosophe Nicolas Berdiaev, la peur que ressentait Pascal devant les espaces infinis est la peur de l'objectivation, en l'occurrence l'écrasement de l'homme-personne par la nature et par les techniques. (Métaphysique eschatologique, pp.75-77). Mais personnellement, je pense aussi que Berdiaev a perdu de vue le silence éternel des espaces infinis, c’est-à-dire l'absence de réponses aux questions existentielles que nous ne pouvons éviter de poser dés que nous réfléchissons." (10 septembre 2007)
 
Page précédente
Pages 1 | 2 | 3 sur 3
Page suivante


Rechercher une citation