L'Internaute > High Tech
>  DIVX
 DOSSIER 
(Juin 2004)

"DivX est en passe de devenir un standard."

L'inventeur du DivX a dialogué avec les lecteurs de L'Internaute. Où il est question de peer-to-peer, de salaire annuel, de cravate et d'avenir du DVD. .
Envoyer à un ami | Imprimer cet article

Quel est le "business model" d'un produit comme le DivX ? Comment gagner de l'argent avec un format ouvert ?
Jérôme Rota. Il y a plusieurs volets : du codec, aux applications comme DrDivX en passant par notre système de vidéo à la demande jusqu'aux licences pour les partenaires "software" ou jeux vidéo.

Est-ce que le DivX est à vos yeux le format de compression standard ou est-ce qu'il y a encore du travail à accomplir pour en faire un standard reconnu mondialement ?
DivX est en passe de devenir un standard. Son intégration dans les platines DVD en fait un standard de fait, incontournable pour beaucoup de diffuseurs de contenus.

Très en pointe sur le terrain de la qualité, vous semblez quelque peu en retrait sur celui du streaming , et du contenu visionnable à la volée. La bataille face à Microsoft est perdue d'avance ?
Non, le streaming est une technologie qui a eu son heure de gloire avec le bas débit. Avec plus de bande passante, les problèmes résolus par le streaming ne se posent plus. La vraie bataille avec Microsoft est sur le terrain des fournisseurs de contenus.

Pourquoi vous êtes-vous installé aux Etats-Unis ? Pour vous rapprocher de Microsoft ?
La société a été montée aux Etats-Unis en un temps record, financée en un temps record, ce qui aurait été très difficile à faire en Europe.

Une fois pour toutes, pour que les choses soient claires, la paternité du DivX à qui faut-il l'attribuer ?
DivX 3.11 est un hack d'un codec Microsoft, DivX 4.x et 5.x sont 100 % DivXNetworks.

Aujourd'hui, vous mettez toujours les mains dans le code ou vous avez troqué votre casquette de développeur contre le costard du businessman manager ?
Non, pas de costard, ni de cravate, même s'il m'arrive d'aller voir des clients ou des partenaires. Et oui, toujours les mains dans le code (ça ne tache pas).

Qui vous finance exactement ?
Nous avons fait deux tours de table et aujourd'hui nos revenus égalent nos dépenses, nous sommes équilibrés.

Le DivX signe-t-il la fin du DVD ? Et pensiez vous à son impact lors de sa création ?
Non le DivX n'est pas la fin du DVD. Je vois plus le DivX comme un format de diffusion orienté Internet. Le DVD aura sa place encore longtemps dans les salons. Et non, je ne pensais absolument pas à tout ça lorsque je l'ai créé.

Quels types de rapports entretenez-vous avec Microsoft ?
Aucun.

Combien de films codés DivX trouve-t-on sur le Net ? (en gros)
15.000 films dans notre système de vidéo à la demande. On estime à plus d'un million les films encodés DivX sur les réseaux P2P.

Pour négocier la diffusion des films avec les grands studios, ne souffrez-vous pas de votre succès auprès des pirates ?
Nous avons rencontré les studios dès le lancement de la société et nous leur avons expliqué quels sont nos objectifs et notre technologie. Les studios font la différence entre DivX et Kazaa.

Au contraire, c'est grâce en grande partie aux pirates que le DivX connaît son succès, non ?
Oui, nous sommes conscients que cela est en partie vrai, mais nous voyons se développer de plus en plus d'usage personnels et légaux.

Combien de DivX pro sont téléchargés chaque mois ?
Environ trois millions.

En savoir plus
DivXNetworks
Quels sont vos rapports avec la MPAA ?
Jack Valenti, parlant de DivX (boss de la MPAA), a dit : "I think the technology is wonderful. I don't see it as a tool of piracy. I see it as a convenience to consumer" [Je pense que la technologie est excellente. Je ne la vois pas comme un outil pour le piratage. Je la vois plutôt comme un service au consommateur, ndlr]. La MPAA, le lobby du cinéma, est beaucoup moins bornée que la RIAA, celui de la musique.

Aux USA, je ne peux pas dire, mais vu d'ici, votre offre de vidéo à la demande passe relativement inaperçue. Vous comptez changer ça ? Et développer des offres spécifiques pour la France, ou du moins pour l'Europe ?
Oui, bien sûr : nous allons avoir des versions française, allemande et italienne du codec et du site Web ainsi que des serveurs cache en Europe pour avoir une bonne qualité de service.

En raison des débits qui augmentent, comment voyez vous la suite du DivX en sachant que la compression ne sera peut être plus un argument de vente ?
Pas du tout : c'est un équilibre économique, plus de bande passante, plus de compression signifient une distribution encore moins chère.

A quand les caméscopes qui enregistrent directement en DivX ? L'électronique grand public ça vous fait rêver ?
Nos premiers produits "encoders" temps réel 100 % hardware arrivent (avec Plextor). Ce type de "chip" sera bientôt dans des caméscopes. Il ne restera plus qu'à trouver de la Compact Flash pas chère...

Pensez-vous faire évoluer le DivX pour qu'il s'adapte à la future HDTV ?
DivX est aujourd'hui le meilleur compresseur pour la HDTV (malgré les efforts FUD - Fear, Uncertainty and Doubt - et marketing de Microsoft). Nous pouvons encoder 720 pixels à 2mbps et 1080 pixels à 4-6 mbps. Certains studios ont testé et approuvé la qualité.

C'est quoi la différence de fond entre le DivX et ses cousins, XviD,3 ivX, etc. ?
DivX c'est l'original, les autres c'est le Canada Dry ! Sérieusement, XviD a repris notre codec open source lorsque nous avons évolué et a continué son développement. 3ivX est une initiative plutôt orientée Mac. Les différences fondamentales sont que XviD et 3ivX sont 100 % Mpeg4, là ou DivX ajoute certaines fonctions spéciales.

Le travail sur le codec se fait-il de façon communautaire à la manière de Linux ou est-il simplement entre les mains d'une minorité de développeurs ?
Nous avons une équipe de développeurs/chercheurs qui travaille sur le codec. Sans rentrer dans une discussion philosophique sur les techniques de développement, nous préférons confier le développement à un petit groupe de développeurs soudés et complices plutôt qu'à une communauté, qui peut partir dans tous les sens.

Suivez-vous avec attention les nouvelles technologies en France ?
Le minitel ? Plus sérieusement, à part peut être la TV sur ADSL qui est un truc franco-français, on voit très bien le paysage technologique aux Etat-Unis. Pas besoin d'aller chercher ailleurs.

C'est quoi votre salaire (dollars, euros, francs, on prend tout) ?
150.000 dollars par an.

Avez-vous la nostalgie de la France ou comptez-vous rester toujours aux Etats-Unis ?
Certaines choses me manquent un peu, comme des bon films ou des concerts, mais pas de nostalgie. Quant à rester là-bas pour toujours, je ne pense pas.

Vous êtes plutôt Bush ou Kerry ?
Stupide question : comment être pour Bush ?

En parlant de R&D, ne pensez-vous pas qu'une ouverture de capital (voire une entrée au Nasdaq) décuplerait cette branche de DivXNetworks ? L'envisagez-vous ?
Une entrée en bourse est une opération complexe et risquée. Nous y pensons mais le timing n'est pas encore parfait.

Que pensez-vous du développement du DivX sur les téléphones portables pour permettre de voir des films sur son mobile ?
Mis à part la taille ridicule de l'écran, il n'y a pas de frein technologique à cela.

Avez-vous des développeurs français ?
Oui, nous avons un autre développeur français (salut Damien). Les autres membres de l'équipe sont Chinois (3), Britanniques, Russes, Italiens... Etrangement pas un Américain.

Que pensez-vous du parcours de Google ?
Très en vogue Google en ce moment. Google a fait un très bon travail avec sa technologie, mais est un peu en retard aujourd'hui. D'autres systèmes de recherche plus cohérents pointent le bout du nez. La suite ne va être de tout repos pour eux.

Le DivX, c'est bien mais ne manque-t-il pas un lecteur aussi performant que le codec ?
Notre lecteur a des fonctionnalités spécifiques, comme le "progressive download", ATI hardware accélération ou autre. Mais j'avoue qu'il manque d'optimisation "bas niveaux". On y travaille, vous serez bientôt surpris.
En savoir plus
DivXNetworks
Quel avenir pour votre société ?
Radieux je l'espère. On se concentre beaucoup en ce moment sur les platines DivX de salon et sur notre système de vidéo à la demande, pour permettre à tout un chacun d'accéder au contenu directement via une platine DivX, connectée ou non.

La Silicon Valley est-elle toujours aussi "new technology" ?
Je ne suis pas situé dans la Silicon Valley, mais à San Diego. Il y a eu beaucoup de "problèmes" après l'éclatement de la bulle Internet, mais c'est toujours la plus haute densité d'ingénieurs informatiques.

C'est quoi votre film préféré en DivX ?
405 the movie.

Avez-vous des propositions d'entreprises françaises ?
Nous travaillons avec pas mal de boîtes françaises en tant que partenaire au niveau software ou hardware, mais pas de propositions de rachat, et de toutes façons Messier n'a plus de cash...

Parcours

Jérôme Rota, 32 ans, est l'inventeur d'une nouvelle technologie de compression vidéo qu'il appellera DivX. Ce format est aujourd'hui utilisé par plus de 100 millions d'internautes. Il est le co-fondateur de la société DivXNetworks. Originaire de Marseille, il vit et travaille maintenant à San Diego aux Etats-Unis.

< Retour

 
 [Rédaction, L'Internaute]
 
Magazine High-Tech
Envoyer | Imprimer
Haut de page
 
 
newsletter
High Tech Voir un exemple
L'internaute Voir un exemple
Photo Voir un exemple
Toutes nos newsletters