L'Internaute > Histoire > Histoire de la Société > Histoire du Social

Histoire du Social

1200
15 janvier

Création de l'université de Paris


La première université de France est fondée à Paris sur ordre royal de Philippe Auguste. Elle se divise en quatre domaines d'enseignements : la médecine, le droit, la théologie et les arts. Une grande place est donnée à l'étude des textes anciens. L'université de Paris participera au renom de la ville en tant que capitale intellectuelle.
Voir aussi : Histoire de Paris - Fondation - Dossier histoire de l' enseignement - Philippe Auguste - Université - Histoire du Social

1803
12 avril

Apparition du livret ouvrier


La loi du 22 Germinal an XI réaffirme l’interdiction des rassemblements d’ouvriers et donc l’illégalité des syndicats. Elle fait aussi de la grève un délit. Mais surtout, elle instaure un nouveau système de contrôle plus stricte des travailleurs : le livret ouvrier. Sur celui-ci, les dates de début et de fin de chaque emploi doivent être inscrits. Dans les sources de motivation de cette mesure, la volonté de renforcer la dépendance du salarié vis-à-vis de son employeur et celle d'accentuer le contrôle policier figurent en bonne place.
Voir aussi : Dossier histoire du droit du travail - Histoire du Droit de grève - Livret ouvrier - Histoire du Social

1834
9 avril

Semaine sanglante à Lyon


Après les événements de 1831, Lyon est en proie à de nouveaux troubles insurrectionnels : c’est la seconde révolte des Canuts. Réagissant aux manœuvres des employeurs qui tentent de baisser les salaires, au procès de grévistes et à la restriction des droits d’association votée par les députés, les ouvriers des soieries défilent. Après des heurts avec les troupes, des barricades sont dressées dans toute la ville. Comme en 1831, le pouvoir fait preuve de la plus grande fermeté et envoie Thiers mater la rébellion dans le sang. La Semaine sanglante se termine le 15 avril lorsque l’armée prend le contrôle de la ville au prix de plus de 600 morts et de 10 000 prisonniers.
Voir aussi : Insurrection - Histoire de Lyon - Thiers - Histoire de la Monarchie de juillet - Canuts - Histoire du Social

1848
9 septembre

La limitation du temps de travail est ramenée à 12 heures


La loi du 2 mars n’a pas eu le temps d’être appliquée et l’Assemblée conservatrice fraîchement élue ne compte pas la mettre à exécution un jour. Au contraire, elle décide de l’abroger et d’instaurer une limitation à douze heures et non dix, partout en France mais uniquement dans certains secteurs. Après la répression sévère du Général Cavaignac sur les insurgés des Ateliers nationaux, l’Assemblée décide en fin de compte de supprimer les effets de la révolution de février sur le droit du travail.
Voir aussi : Dossier histoire du droit du travail - Répression - Temps de travail - Histoire des Ateliers nationaux - Histoire du Social

1854
22 juin

Le livret ouvrier généralisé


Craignant encore les agitations ouvrières, Napoléon III et l’Assemblée décident de renforcer les mesures de restrictions. Une loi est ainsi votée pour généraliser le livret ouvrier. Ce dernier a pour objectif de contrôler le travail et le déplacement des travailleurs, le maire ou le préfet étant maîtres de sa régularisation.
Voir aussi : Napoléon III - Dossier histoire du droit du travail - Livret ouvrier - Histoire du Social

1863
17 février

Création de la Croix-Rouge


Le suisse Jean-Henri Dunant fonde le Comité international de secours aux blessés de guerre, la Croix-Rouge. L'idée de fonder une organisation destinée à secourir impartialement les blessés vient du spectacle terrifiant auquel assista Dunant lors de la bataille de Solférino, le 24 juin 1859. La première convention de la Croix-Rouge se réunira en 1864. Elle accordera l'immunité au personnel de secourisme et sera reconnue par 14 pays. Le philanthrope suisse recevra le prix Nobel de la paix en 1901.
Voir aussi : Histoire du Prix Nobel - Création - Histoire de la Croix-Rouge - Dunant - Histoire du Social

1864
22 août

Première convention de la Croix-Rouge


La Conférence internationale réunie à Genève le 8 août pour élaborer une convention "pour l'amélioration du sort des militaires blessés", s'achève. La Convention prévoit : l'obligation de soigner les blessés sans distinction de nationalité, la neutralité du personnel et des établissements sanitaires et le signe distinctif de la croix rouge sur fond blanc. La Croix-Rouge a été inspirée par le philanthrope genevois Henri Dunant. Trois autres conventions (1906, 1929 et 1949) renforceront son rôle.
Voir aussi : Création - Histoire de la Croix-Rouge - Dunant - Histoire du Social

1897

Dürkheim s'intéresse au phénomène du suicide


Dürkheim est l’un des premiers sociologues à s’intéresser aux ravages du suicide. Il étudie ce phénomène à travers des tableaux statistiques de différents pays. Il recherche en isolant différentes variables (sexe, religion, taux de divorce) à mettre en évidence un lien pouvant expliquer le passage à l’acte. La conclusion de son étude révèle que le suicide est fonction des groupes sociaux et qu’il ne peut se réduire au seul fait individuel. Il met ainsi en exergue l’anomie, mise en évidence de l’absence ou d’un défaut d’intégration sociale. Son ouvrage "Le Suicide" parait en 1897 et apporte un regard approfondi sur les facteurs qui conduisent les individus au suicide.
Voir aussi : Suicide - Histoire du Social

1910
20 septembre

Naissance de l'assurance-chômage


Une conférence internationale sur le chômage se tient à la Sorbonne à Paris. Ce phénomène nouveau est apparu à la suite de la grande dépression des années 1890. Des spécialistes, soucieux de mettre un frein à ce fléau, proposent la création d'une assurance chômage dans chaque pays industriel.
Voir aussi : Histoire de Paris - Histoire de la Sorbonne - Histoire du Social

1932
11 mars

Création des allocations familiales


Afin de relancer la natalité, la Chambre vote la loi du gouvernement Tardieu rendant obligatoire l'affiliation aux caisses d'allocations familiales. Le secteur agricole est le seul à ne pas bénéficier de ce nouveau système de redistribution.
Voir aussi : Histoire du Social

1932
17 juin

Début de la marche de la « Bonus Army »


Environ 20 000 vétérans de la Première Guerre mondiale se réunissent à Washington pour réclamer le versement d’une prime. Pendant plus d’un mois, les vétérans vont manifester dans la ville et s’installer dans un campement. Mais la situation prendra une tournure dramatique lorsque le 28 juillet, deux hommes seront tués par la police. Hoover fera alors appel à l’armée pour mettre fin au campement. Dirigée par MacArthur, celle-ci réprimera avec fermeté les manifestants, occasionnant de nombreux blessés.
Voir aussi : Histoire de Washington - Manifestation - MacArthur - Histoire du Social

1945
4 octobre

Création de la sécurité sociale


Le gouvernement provisoire signe une ordonnance créant la Sécurité sociale obligatoire pour tous les salariés. Le 22 mai 1946, une loi établira le principe d'une généralisation de la sécurité sociale à tous les Français, salariés ou non salariés. La France comble ainsi son retard en matière de protection sociale face aux autres pays industrialisés, Angleterre, Allemagne et Etats-Unis. .
Voir aussi : Histoire du Social

1946
11 décembre

Création de l’Unicef


L’ONU crée le Fonds des Nations Unies pour l’enfance, appelé "Unicef". Son premier rôle consiste à secourir les enfants du monde, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Misant sur l’amélioration de la santé, de l’alimentation, de l’éducation et de l’hygiène, cette agence de l’ONU évoluera rapidement, puisque dès 1950, les pays en développement seront également concernés. Dans le cadre de ce programme pour l’enfance, la Déclaration des Droits de l’enfant sera adoptée par l’Assemblée générale en 1959, suivie trente ans plus tard, par la Convention des Droits de l’enfant.
Voir aussi : Dossier histoire de l' ONU - Histoire du Social

1947
19 décembre

Création de FO


Les syndicalistes fondateurs de la tendance Force ouvrière au sein de la CGT décident de quitter la confédération au nom de l'indépendance syndicale. Léon Jouhaux, Robert Bothereau, Albert Bouzanquet, Georges Delamarre et Pierre Neumeyer remettent leur démission en dénonçant la trop étroite dépendance de la CGT avec le parti communiste. La nouvelle confédération prend le nom de l'hebdomadaire crée pour la CGT en 1945, Force Ouvrière. Les dirigeants de F.O désirent préserver leur neutralité vis à vis du gouvernement, du patronat et surtout du parti communiste.
Voir aussi : Syndicat - Histoire du Social

1949
1 septembre

Fondation d’Emmaüs


L’abbé Pierre recueille dans son auberge de Neuilly-Plaisance un homme désespéré et au bord du suicide, Georges Legay. Celui-ci lui demande son aide mais l’abbé Pierre ne possède rien. Aussi lui propose-t-il plutôt de consacrer sa vie à aider les autres plutôt que de la détruire. L’homme sera le premier compagnon d’Emmaüs. Ensemble, ils organiseront le mouvement. Rapidement, plusieurs compagnons y prendront part et auront l’idée de récupérer des objets usés pour les revendre. Les fonds serviront alors à la construction d’abris provisoires.
Voir aussi : Abbé Pierre - Histoire d'Emmaüs - Histoire du Social

1950
11 février

Création du SMIG


Le Salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG) entre en vigueur en France. Le nouveau dispositif impose le principe d'une rémunération minimale en dessous de laquelle aucun salarié ne peut être payé. Déterminé en fonction du budget type d'un ménage, le SMIG permet aussi de garantir un pouvoir d'achat minimum aux ménages les plus modestes. A partir de 1952, le SMIG sera indexé sur les prix. Le 21 janvier 1970, il sera remplacé par le SMIC (Salaire minimum interprofessionnel de croissance). Mais la loi de 1950 permet aussi de restaurer les conventions collectives supprimées lors du régime de Vichy. Toutefois, des modifications seront instaurées vis-à-vis de la loi de 1936.
Voir aussi : Dossier histoire du droit du travail - Conventions collectives - Histoire du SMIC - Histoire du Social

1950
18 mars

3 millions de signatures pour l'appel de Stockholm


Lancé par le communiste Frédéric Joliot-Curie et le Mouvement mondial pour la paix, l'appel de Stockholm contre la bombe atomique recueille 3 millions de signatures en France. Le texte stipule: "Nous exigeons l'interdiction immédiate de l'arme atomique, arme d'épouvante et d'extermination des populations.[...] Nous considérons que le gouvernement qui, le premier, utiliserait contre n'importe quel pays l'arme atomique, commettrait un crime contre l'humanité et serait à traiter comme un criminel de guerre. Nous appelons tous les hommes de bonne volonté dans le monde à signer cet appel." L'appel de Stockholm sera signé par plus de 150 millions de personnes dans le monde entier.
Voir aussi : Dossier histoire du nucléaire - Histoire de la Bombe atomique - Histoire de Stockholm - Joliot-Curie - Histoire de l'Appel de Stockholm - Histoire du Social

1952
14 août

L'expression "tiers-monde"


Le démographe Alfred Sauvy, dans un article intitulé "Trois mondes, une planète" et publié dans l'hebdomadaire l'"Observateur" (l'actuel "Nouvel Observateur"), emploie pour la première fois l'expression "tiers-monde". Selon lui, l'opposition du monde occidental et soviétique, nie l'existence d'un troisième monde, l'ensemble des pays sous-développés, d'ailleurs convoités par les deux blocs. Il le compare au tiers-état de l'Ancien régime, ordre "exploité et méprisé (...) qui veut lui aussi être quelque chose".
Voir aussi : Tiers-monde - Histoire du Social

1953

Roland Barthes publie "le Degré zéro de l’écriture"


Roland Barthes fait paraître son premier ouvrage d’importance, "le Degré zéro de l’écriture". Cet essai cherche à montrer le rapport entre la littérature et l’histoire dans le contexte social. L’auteur y établit plusieurs catégories d’écriture et met en avant les difficultés auxquelles est confronté l’écrivain dans son choix littéraire, face aux divisions sociales. Grand sémiologue et linguiste, Roland Barthes réalisera par la suite de nombreux ouvrages. Il mêlera alors la psychanalyse à l’anthropologie moderne pour donner naissance à de nouvelles formes de critique.
Voir aussi : Psychanalyse - Roland Barthes - Histoire du Social

1954
1 février

Hiver 54 : l'appel de l'Abbé Pierre


Henri Grouès, plus connu sous le nom de l'abbé Pierre, lance un cri d'alarme contre la misère, sur Radio Luxembourg (RTL). Cet appel à "l’insurrection de bonté" intervient juste après le décès d’une femme, morte de froid dans la rue. Cette année-là, l’hiver est particulièrement rigoureux et s’apprête à faire d’autres victimes. Le fondateur d’Emmaüs incite tous les Français à recueillir les sans-logis chez eux, à donner des couvertures, de la nourriture et du temps afin de sauver la vie de dizaine de milliers de personnes. L’appel est entendu et la France assiste à l’un des plus grands élans de générosité de son histoire. Le mouvement aboutira au vote d’une loi interdisant l’expulsion des locataires en hiver. Quant à Emmaüs, l’association prendra de plus en plus d’ampleur et s’étendra sur le monde entier.
Voir aussi : Abbé Pierre - Histoire de RTL - Histoire d'Emmaüs - Appel - Histoire du Social




Annonces Google






Voir un exemple

Voir un exemple


RECHERCHE
Mot-clé
Un jour
Année  Ex : 1959
Pays
Thèmes


Top des recherches  Recherche avancée
Les autres rubriques «Société»
Alimentation
Architecture
Catastrophes naturelles
Environnement
Faits divers
Femmes
Institutions
Justice
Loisirs
Mœurs
Racisme
Terrorisme
Travail
L'ACTUALITE EN DIRECT
En images
» Monde Le verdict contre les Pussy Riot sévèrement jugé par les Occidentaux
» France France: Deschamps n'a pas encore dévoilé son jeu

Témoignages

Vous êtes fasciné par l'histoire d'un pays ?

Russie impériale ou soviétique, Chine ancestrale ou maoïste, Égypte pharaonique ou contemporaine, Pérou des incas ou des Espagnols... Vous êtes fasciné par l'histoire d'un pays ? Partagez cet intérêt avec les lecteurs de L'Internaute.

Participez | Premiers témoignages | 24 contributions

Vos images anciennes des bains de mer

Participez | Premiers témoignages | 6 contributions

Quel monument historique vous impressionne le plus ?

Participez | Premiers témoignages | 34 contributions

Histoire : tous les témoignages