L'Internaute > Histoire > Histoire de l'Art > Histoire de la Philosophie

Histoire de la Philosophie

Dates décroissantes    Titres seulement    (66 réponses)

1 | 2 | 3 | 4
-423

Aristophane s’attaque à Socrate


En 423 avant J.-C., Aristophane, connu pour ses comédies satiriques, compose « Les Nuées ». Dans cette pièce, il s’attaque aux sophistes et plus particulièrement à Socrate, dont l’un des personnages porte le nom. Platon vengera son maître à penser en -385 dans « Le Banquet ». Il y décrira un homme ridicule, du nom d’Aristophane, qui est pris de hoquet dès qu’il veut parler. Socrate n’est pas la seule victime d’Aristophane puisque ce dernier s’attaquera également à Euripide dans « Thesmophories » en -411 et les « Grenouilles » -405.
Voir aussi : Platon - Socrate - Euripide - Histoire de la Philosophie

-399

Socrate boit la ciguë


Condamné pour impiété et corruption de la jeunesse, Socrate boit la ciguë après avoir passé ses dernières heures à disserter avec ses amis. Interdit d’enseignement sous le Régime des Trente, Socrate s’était attiré la haine en remettant en cause certaines traditions religieuses. Lors de sa condamnation, il eu la possibilité de proposer une peine alternative à la mort afin de laisser ses juges choisir laquelle serait la plus appropriée. Refusant de compromettre ses idées, il demanda à être honoré par la cité. De même, il n’acceptera pas de s’enfuir, jugeant la soumission à la loi comme un fondement de la justice. Considéré comme le père de la philosophie, Socrate sera rapidement réhabilité et honoré après sa mort tandis que ses accusateurs seront exilés. Sa pensée et son acceptation de la mort au nom de la loi marqueront les esprits pendant des siècles.
Voir aussi : Histoire d'Athènes - Loi - Dossier histoire de la Démocratie athénienne - Socrate - Histoire de la Philosophie

-388

Platon se rend auprès de Denys I


Après la condamnation et la mort de Socrate, son plus fidèle élève décide de quitter Athènes pour parcourir la Grèce. Son parcours l’amène en Sicile, à Syracuse, où il entre dans la cour de Denys. Comme il le démontrera plus tard dans la "République", Platon est convaincu que seul le savoir et l’amour de la vérité doivent gouverner. Il espère alors former le tyran pour en faire l’équivalent de ce qu’on appela au XVIIIème un "despote éclairé". C’est la célèbre thèse du "philosophe-roi", dont la légitimité vient de sa connaissance et non de la force. Mais ce premier séjour à Syracuse est un échec, de même que les prochains séjours qu’il entreprendra dans cette cité. Pour Platon, seul la connaissance peut guider l’homme vers le bien, mais ce trajet est long et difficile, ce qu’évoque en partie la métaphore de la caverne. Mais la possibilité d’un "philosophe-roi" s’amenuise au fil de son expérience.
Voir aussi : Histoire d'Athènes - Dossier histoire de la Démocratie athénienne - Syracuse - Platon - Socrate - Histoire de la Philosophie

-387

Première école de philosophie fondée par Platon


Platon crée à Athènes ce qui semble être la toute première école philosophique, l’Académie. Elle est ainsi nommée car les élèves étaient réunis au cœur du jardin d’Académos, un héro mythique de l’Attique. "Que nul n’entre ici, s’il n’est géomètre". Telle est la formule gravée à l’entrée de l’établissement. Les mathématiques y sont en effet enseignées, au même titre que la rhétorique. En 529, Justinien Ier ordonnera la fermeture de l’école, qu’il considèrera comme "païenne". C’est à l’Académie qu’Aristote reçu son enseignement. Lui-même fondera plus tard sa propre école, le Lycée.
Voir aussi : Histoire d'Athènes - Dossier histoire de l' enseignement - Aristote - Justinien - Platon - Histoire de la Philosophie

-340

Aristote fonde le Lycée


Le philosophe rejoint Athènes après avoir accompli sa mission de précepteur auprès d’Alexandre le Grand. Il fonde le Lycée dès son retour et y accueille de nombreux disciples, appelés "péripatéticiens". Il y exposera ses théories sur les sciences et la logique ainsi que sur la métaphysique qu’il a lui-même fondée. Lors de la fermeture du Lycée, les œuvres d’Aristote seront dispersées mais des notes de cours atteindront le troisième millénaire.
Voir aussi : Histoire d'Athènes - Dossier histoire de l' enseignement - Aristote - Métaphysique - Histoire de la Philosophie

-306

Épicure ouvre son école du Jardin


Le philosophe Épicure fonde à Athènes l’école du Jardin, où il enseigne ses théories. C’est au cœur de cet institut que naîtra l’épicurisme, l’un des principaux courants philosophiques de l’antiquité, qui fait naître l'hédonisme de l'ascèse. En effet, Epicure prône la limitation des désirs et des plaisirs pour atteindre le vrai plaisir d'exister. Le savoir a également une grande place puisqu'il doit permettre de supprimer les craintes et superstitions.
Voir aussi : Histoire d'Athènes - Dossier histoire de l' enseignement - Histoire de la Philosophie

90

Domitien bannit les philosophes de Rome


Après la conjuration de 89, l’empereur Domitien décide de faire tomber des têtes et surtout d’exiler les intellectuels de la ville. Il s’en prend en particulier aux philosophes, n’appréciant guère, lui qui se fait nommer "Maître et Dieu", la possibilité d’une critique. Le stoïcien Epictète, opposant à la tyranie, est ainsi contraint de quitter la ville. Six ans plus tard, Domitien sera assassiné.
Voir aussi : Histoire de Rome - Epictète - Histoire de la Philosophie

180
17 mars

Mort de l'Empereur philosophe Marc-Aurèle


Marc-Aurèle meurt à Vienne de la peste au cours d’une campagne pour étendre les frontières de l’Empire Romain vers le nord. Au-delà de son statut d’Empereur, Marc-Aurèle reste dans l’histoire l’homme qui a en quelque sorte accompli les espoirs de Platon d’un "philosophe roi". Grand stoïcien, Marc-Aurèle laisse en effet une œuvre philosophique imprégnée des théories morales des philosophes du Portique et d’Epictète. Le tyran Domintien avait bannit Epictète et ses idées de Rome. Elle seront finalement parvenues à la tête de Rome quelques dizaines d'années plus tard avec Marc-Aurèle.
Voir aussi : Histoire de Rome - Histoire de Vienne - Peste - Epictète - Marc-Aurèle - Histoire de la Philosophie

1195

Averroès en exil


Le philosophe islamique est contraint à l’exil pour avoir exposé ses conceptions. Grand commentateur d’Aristote, il s’est également appuyé sur le néoplatonisme pour établir que la matière est éternelle. Le monde n’a ni début, ni fin. Dieu agit alors comme celui qui concrétise et donne un souffle aux éléments déjà existants. Au travers de ces considérations, Averroès tend à distinguer la raison de la foi, ce qui lui vaut cet exil. Il sera toutefois gracié peu de temps avant sa mort. On lui attribuera plus tard la théorie de la double vérité (révélée et rationnelle). Ses pensées influenceront fortement l’Occident médiéval et la scolastique chrétienne.
Voir aussi : Aristote - Raison - Histoire de la Philosophie

1580
1 mars

Montaigne publie ses "Essais"


La première édition des "Essais" de Michel Eyquem de Montaigne est publiée à Bordeaux. L'œuvre de l'humaniste est très appréciée par le roi de France Henri III. Tout au long de sa vie Montaigne n'aura de cesse de travailler et de retravailler sur les "Essais" jusqu'à sa mort en 1592. Une dernière édition posthume paraîtra en 1595.
Voir aussi : Essais - Montaigne - Histoire de la Philosophie

1641

"Je pense donc je suis"


Descartes publie ses "Méditations métaphysiques" dans lesquelles il reprend des arguments esquissés dans le "Discours de la méthode". L’ouvrage présente les principales thèses de Descartes et la réponse aux objections. Il cherche à établir une vérité absolue qu’il dit trouver dans la phrase "je pense donc je suis", a priori irréfutable. Pour y parvenir, il a mis en place une méthode du doute qui aboutit au rejet de tout ce qui ne pas être absolument certain, comme le corps, l’existence du monde… Parvenu à cette vérité, le philosophe tente ensuite de prouver incontestablement l’existence de Dieu : c’est l’argument ontologique.
Voir aussi : Descartes - Histoire de la Philosophie

1651

Hobbes publie le Leviathan


Thomas Hobbes publie son ouvrage majeur : "le Léviathan". Il définit la société comme résultant d’un accord entre les hommes pour dominer les passions de chacun. Les hommes, naturellement nuisibles les uns pour les autres, se seraient associés afin de limiter le pouvoir du libre-arbitre. A ce propos, l'expression de Hobbes : "l’homme est un loup pour l’homme" est restée célèbre. Jean-Jacques Rousseau s’attaquera à cette vision tout en conservant et repensant cette idée de contrat social.
Voir aussi : Contrat social - Histoire de la Philosophie

1656
27 juillet

Spinoza est excommunié


S’intéressant aux philosophies de Descartes et Hobbes et fréquentant des Chrétiens, le jeune Baruch de Spinoza s’attire les foudres des fanatiques juifs. Les rabbins d’Amsterdam décident de l’excommunier. Libre penseur ne se souciant guère des traditions, Spinoza poursuivra sa route et développera seul son système philosophique panthéiste, à côté de son travail alimentaire : le polissage du verre. Toutefois, il subit également une tentative de meurtre et ne pourra jamais diffuser librement son savoir. Son œuvre majeure, "l’Ethique", ne sera publiée qu’après sa mort sans mention de son nom et il faudra attendre un siècle pour qu’un apaisement religieux permette de lire ses œuvres.
Voir aussi : Dossier histoire des Provinces-Unies - Histoire d'Amsterdam - Spinoza - Histoire de la Philosophie

1662
19 août

Mort de Pascal


Blaise Pascal s’éteint à l’âge de trente neuf ans et laisse inachevée son œuvre philosophique la plus importante : les "Pensées". Grand mathématicien et physicien, Pascal s’était détourné de la science après une expérience mystique. Outre l’invention d’une machine à calculer (la pascaline), Pascal a fait des travaux importants sur les probabilités. Sa pensée, imprégnée de Jansénisme, met l’accent sur la supériorité de la Foi.
Voir aussi : Jansénisme - Pascal - Histoire de la Philosophie

1679
4 décembre

Mort de Thomas Hobbes


Thomas Hobbes meurt le 4 décembre 1679 à Hardwick Hall. Philosophe anglais très influent, il étudie les concepts de l'état de nature, du pacte de soumission et du contrat social. Il publie en 1651 son ½uvre principale, le Léviathan et est accusé d'athéisme, ce qui lui attire l'hostilité de l'Eglise.
Voir aussi : Mort - Philosophe - Thomas Hobbes - Histoire de la Philosophie

1685
12 mars

Naissance de George Berkeley


George Berkeley naît le 12 mars 1685 à Kilkenny. Philosophe empiriste irlandais, il étudie également des domaines comme la physique, la métaphysique, l'optique, ou encore les mathématiques et la théologie. Il est l'auteur de théories importantes sur l'idéalisme (il théorise l'idéalisme empirique), l'existence de Dieu et la connaissance. Une ville de Californie, siège d'une université importante, porte son nom.
Voir aussi : Naissance - Philosophe - Kilkenny - Histoire de la Philosophie

1688
mars

Parution des "Caractères" de la Bruyère


Jean de la Bruyère publie "les Caractères", un recueil de maximes et de portraits qui s’inspire de l’œuvre de Théophraste. Le but est alors d’exposer les mœurs et surtout les défauts des êtres humains de l’époque. C’est dans le cadre de son poste de précepteur du duc de Bourbon qu’il a eut le temps et le loisir d’observer les gens de la cour. Aucun nom précis n’est donné. Par cette œuvre esthétique, philosophique et moraliste, il espère pouvoir amener l’humanité à corriger ses défauts.
Voir aussi : Jean de la Bruyère - Histoire de la Philosophie

1688
7 juillet

Le problème de Molyneux


William Molyneux, homme de lettres irlandais, est né le 17 avril 1656. Après avoir effectué ses études au Trinity College à Dublin, il entre dans la Royal Society. Il devient célèbre grâce à la publication d'un pamphlet en 1698, "The Case of Ireland being bound by acts of Parliament to England Stated". Il envoie au philosophe John Locke une lettre dans laquelle est évoquée une question philosophique: le problème de Molyneux. Ce dernier soulève la question de ce que pourrait voir un aveugle de naissance s'il retrouvait la vue et s'il serait capable de reconnaitre des objets qu'il ne connaissait que par le toucher.
Voir aussi : John Locke - Histoire de la Philosophie

1689
18 janvier

Naissance de Montesquieu


Charles-Louis de Secondat est né le 18 janvier 1689 à La Brède, près de Bordeaux. Baron de La Brède et de Montesquieu, il fut un célèbre penseur politique et philosophe des Lumières. Après des études de philosophie, il partage sa vie entre sa charge de président du parlement de Bordeaux et son intérêt pour la société et la politique. Il multiplie les voyages à travers l'Europe et observe minutieusement chaque pays visité, notamment l'Angleterre et sa monarchie constitutionnelle qui le fascine. Mais c'est l'écrivain qui laisse une trace, d'abord avec son roman épistolaire "Lettres persannes" en 1721, qui est une satire de la société française, puis "De l'esprit des lois" en 1748, qui pose les principes de la pensée libérale. Montesquieu aura à peine le temps de participer à l'Encyclopédie : il meurt le 10 janvier 1755 de la fièvre jaune, à l'âge de 66 ans.
Voir aussi : Histoire de la Philosophie

1693
23 janvier

Naissance de Georg Bernhard Bilfinger


Georg Bernhard Bilfinger naît le 23 janvier 1693 à Cannstatt. Philosophe, mathématicien et homme d'Etat allemand, il enseigne la philosophie à Halle avant de devenir le conseiller privé de Charles-Alexandre, duc de Wurtemberg. A la mort de celui-ci, Bilfinger prend en charge la réorganisation du duché de Wurtemberg. Il entreprend des réformes fructueuses, devenant ainsi le chef de l'Etat.
Voir aussi : Naissance - Philosophe - Homme d'Etat - Histoire de la Philosophie




Annonces Google






Voir un exemple

Voir un exemple


RECHERCHE
Mot-clé
Un jour
Année  Ex : 1959
Pays
Thèmes


Top des recherches  Recherche avancée
Les autres rubriques «Art»
Art pictural
Bandes dessinées
Chanson
Cinéma
Dessins animés
Jazz
Littérature
Musique
Musique classique
Opéra
Peinture
Poésie
Rock n'roll
Romans
Théâtre
L'ACTUALITE EN DIRECT
En images
» Monde Le verdict contre les Pussy Riot sévèrement jugé par les Occidentaux
» France France: Deschamps n'a pas encore dévoilé son jeu

Sondage

Quel est votre roi de France préféré ?

Tous les sondages

Témoignages

Vous êtes fasciné par l'histoire d'un pays ?

Russie impériale ou soviétique, Chine ancestrale ou maoïste, Égypte pharaonique ou contemporaine, Pérou des incas ou des Espagnols... Vous êtes fasciné par l'histoire d'un pays ? Partagez cet intérêt avec les lecteurs de L'Internaute.

Participez | Premiers témoignages | 24 contributions

Vos images anciennes des bains de mer

Participez | Premiers témoignages | 6 contributions

Quel monument historique vous impressionne le plus ?

Participez | Premiers témoignages | 34 contributions

Histoire : tous les témoignages