Partager cet article

RSS

Histoire de l'Astronomie

-280

Premiers calculs d'Aristarque de Samos


Aux alentours de cette date, l’astronome grec Aristarque de Samos met au point un moyen de calculer les distances relatives de la Lune et du Soleil par rapport à la Terre. Ses résultats s’avéreront malheureusement faux dans les années futures. Après ses observations, il se serait opposé au système géocentrique établi jusqu’alors. Il aurait en effet affirmé que la Terre tournait bel et bien autour du Soleil et sur elle-même. Mais seuls les écrits d’Archimède traverseront les siècles pour le mentionner.
Voir aussi : Histoire de la Lune - Héliocentrisme - Géocentrisme - Archimède - Histoire de l'Astronomie

-240

Eratosthène calcule la circonférence de la Terre


Directeur de la bibliothèque d’Alexandrie, Eratosthène se concentre sur différents travaux géographiques et mathématiques. Au cours de ses recherches, il parvient à calculer de manière précise la circonférence de la Terre. Pour se faire, il relève certaines données en observant la position du Soleil à Syène, au solstice d’été. Il en déduit que l’astre se trouve en position verticale, étant donné qu’aucune ombre n’est projetée. Il fait de même à Alexandrie, exactement à la même date. En se basant sur la distance entre ces deux points d’observation, il parvient à en déduire mathématiquement la circonférence terrestre : environ 40 000 km.
Voir aussi : Histoire d'Alexandrie - Histoire de l'Astronomie

-128

Hipparque découvre les équinoxes


Le mathématicien et astronome grec Hipparque découvre la précession des équinoxes et établit précisément la valeur de l’année tropicale. La précession est en fait le changement directionnel de l’axe de rotation de la Terre, qui décrit une forme conique. Il aurait été impossible de déterminer la position exacte des étoiles sans tenir compte de ce phénomène. Grâce à ses recherches et ses observations, il établit le premier catalogue d’étoiles, en en rassemblant près de 800, toutes classées selon leur luminosité. Il pose également les fondements de la trigonométrie, qui seront repris par Ptolémée dans "l’Almageste". Enfin, il parvient à déterminer les longitudes.
Voir aussi : Ptolémée - Histoire de l'Astronomie

127

Ptolémée expose sa théorie géocentrique


L’astronome et géographe Claude Ptolémée fait ses premières observations à Alexandrie. Ses recherches l’amènent à exposer, en s’appuyant sur les mathématiques, un système géocentrique du monde. Selon lui, la Terre est fixe et au centre de l’univers. Il tente donc d’expliquer mathématiquement les mouvements des planètes, de la Lune et du Soleil. Ainsi, il établit que les planètes du système tournent en formant un petit cercle, qu’il appelle "épicycle", et dont les centres suivent également un mouvement rotatif autour de la Terre. Par ailleurs, il parvient à lister 1022 étoiles. Il regroupe tous ses constats dans "l’Almageste" ou "Syntaxe mathématique", un traité d’abord écrit en grec puis traduis plus tard en arabe. Le système mis au point par l’astronome restera en vigueur jusqu’au XVIe siècle.
Voir aussi : Histoire de la Lune - Ptolémée - Géocentrisme - Soleil - Histoire de l'Astronomie

1512

Copernic rédige son œuvre majeure "Révolution des sphères célestes"


Copernic commence à rédiger son œuvre majeure, "Révolution des sphères célestes". Ses théories sont en totale contradiction avec la vision de l’univers de son époque. Il avance que la Terre tourne sur elle-même et autour du soleil, que la Lune est un satellite de la Terre, et que les planètes font une rotation autour du Soleil (héliocentrisme). Ses pairs refusent avec vigueur ses théories.
Voir aussi : Copernic - Histoire de l'Astronomie

1543
24 mai

Mort de Copernic


Nicolas Copernic, un chanoine alors inconnu, rend l'âme à Frauenburg (Pologne). Son œuvre va pourtant transformer le monde. En s'interrogeant sur la cosmologie de Ptolémée, un géographe grec du IIème siècle, il découvre que c'est le Soleil, et non la Terre, qui est au centre du système. Il s'oppose ainsi à la doctrine de l'Eglise qui situe la Terre au centre de l'Univers. Il faudra attendre près de 200 ans pour que le système héliocentrique, qui inaugure la révolution scientifique du XVIIème siècle, substitue au monde clos du Moyen Age l'Univers illimité de l'époque moderne.
Voir aussi : Décès - Copernic - Héliocentrisme - Héliocentrique - Histoire de l'Astronomie

1576
février

Tycho Brahé construit Uraniborg


La construction d’un grand observatoire astronomique sur l’île de Hveen – future Ven – commence sous la direction de Tycho Brahé. L’astronome s’est vu confier par le roi du Danemark, Frédéric II, les fonds nécessaires à cette installation. L’astronome avait découvert quelques années plus tôt une supernova dans la constellation de Cassiopée, avec pour seule aide des instruments basiques. Avant l’apparition de la lunette ou du télescope, il parviendra, au cœur de son "palais d’Uranie", à faire de nouvelles observations conséquentes. Tycho Brahé ne sera pas tout à fait en accord avec la théorie de Copernic sur l’héliocentrisme, car selon lui, la Terre reste au centre de l’univers et ce sont les autres planètes qui tournent autour du Soleil. Il y étudiera les astres durant vingt ans, jusqu’au jour où sa pension lui sera retirée, l’obligeant à quitter l’île. Il reprendra toutefois son travail au début du XVIIe siècle, en compagnie de Kepler, et observera notamment la planète Mars.
Voir aussi : Copernic - Héliocentrisme - Observatoire - Tycho Brahé - Histoire de l'Astronomie

1609

Johannes Kepler publie ses deux premières lois


L’astronome allemand expose ses théories sur le mouvement des planètes dans "Astronomia Nova" ("Nouvelle astronomie"). Assistant puis successeur de Tycho Brahé à la cour de Rudolf II, il s’était lancé dans le calcul de l’orbite de Mars. C’est en se penchant sur cette étude qu’il découvre ses deux premières lois. La première démontre que l’orbite des planètes est une ellipse, dont l’un des foyers est le soleil. Autrement dit, lorsqu’une planète du système solaire suit son parcours elliptique, elle se rapproche du soleil pour ensuite s’en éloigner. La seconde loi se trouve dans la continuité de la première. Elle fait mention d’un rayon-vecteur liant de manière imaginaire le soleil à l’une de ces planètes. Lorsque la planète suit son parcours, le rayon balaie la surface de l’ellipse. Kepler démontre alors que les aires balayées sont proportionnelles au temps nécessaire pour les décrire. Dix ans plus tard, l’astronome formulera une troisième loi dans "Harmonice Mundi" ("Harmonie du monde"). Elle établira une relation mathématique entre la durée de l’orbite et la distance, en moyenne, entre le Soleil et la planète. Ses démonstrations sur le mouvement des corps célestes serviront de base aux travaux de Newton.
Voir aussi : Newton - Soleil - Kepler - Tycho Brahé - Histoire de l'Astronomie

1609
25 août

Galilée offre sa lunette astronomique au sénat


Après avoir entendu parler de la lunette hollandaise de Hans Lippershey, Galilée décide d’en construire une lui-même. Après plusieurs essais satisfaisants, il la présente au sénat de Venise et la lui offre. Cette invention bouleversera ses observations. En pointant l’instrument vers la Lune, il en apercevra les cratères et ses reliefs. De même, il étudiera les quatre plus grands satellites de Jupiter, la planète Vénus et remarquera que la voie lactée est faite d’étoiles. Ses observations seront publiées dans le "Message céleste". Au fil de ses recherches, il se tournera de plus en plus vers la théorie héliocentrique de Copernic et sera finalement contraint d’abjurer.
Voir aussi : Histoire de Venise - Histoire de la Lune - Copernic - Galilée - Histoire de Jupiter - Histoire de l'Astronomie

1633
22 juin

Procès de Galilée : "Et pourtant elle tourne"


Le savant italien Galileo Galilei, alors âgé de 70 ans, est condamné à la prison à vie par la congrégation du Saint-Office, le bras judiciaire de l'Inquisition. Il a été obligé d’abjurer le système héliocentrique de Copernic, dont l'oeuvre a été mise à l'Index 15 ans plus tôt. Mais Urbain VII, qui avait au départ soutenu Galilée, transmue cette peine en assignation à résidence. Après avoir renié ses convictions scientifiques et en particulier le fait que la terre tourne sur elle-même, Galilée aurait murmuré "Et pourtant elle tourne". Cependant il est fort probable que cette phrase ne soit qu’un mythe. L'Eglise le réhabilitera en 1992.
Voir aussi : Dossier histoire de l' Inquisition - Galilée - Saint-Office - Urbain VIII - Histoire de l'Astronomie

1655
25 mars

Christian Huygens découvre Titan


Le plus gros satellite de la planète Saturne est découvert par l’astronome néerlandais Christian Huygens. En travaillant sur l’amélioration des lentilles d’optique, il réussit à mettre au point un instrument suffisamment précis pour lui permettre de contempler le fameux Titan. Il observe également plus en détail les anneaux de la planète et remarque qu’ils en sont bel et bien séparés. Plus tard, on attribuera une lettre de l’alphabet à chacun d’eux et Jean-Dominique Cassini découvrira une distinction entre deux d’entre eux, la division de Cassini.
Voir aussi : Dossier histoire des Provinces-Unies - Satellite - Cassini - Histoire de Saturne - Huygens - Histoire de l'Astronomie

1667
21 juin

Fondation de l’Observatoire de Paris


Sous l’impulsion de Louis XIV, l’observatoire royal est fondé et deviendra plus tard l’Observatoire de Paris. L’année précédente, le roi avait mis en place, en compagnie de Colbert, l’Académie royale des sciences, qui décida du projet. C’est ainsi que le jour du solstice d’été, les scientifiques de l’Académie décident de l’emplacement du monument, en fonction du méridien de Paris. Claude Perrault en assurera la construction et Jean-Dominique Cassini la direction. Ce dernier découvrira d’ailleurs deux satellites de Saturne et étudiera la division qui portera son nom. Au cours du XXe siècle, les observatoires de Meudon et de Nancay y seront rattachés.
Voir aussi : Histoire de Paris - Louis XIV - Colbert - Cassini - Histoire de Saturne - Histoire de l'Astronomie

1676

Première mesure de la vitesse de la lumière


L’astronome danois Ole Christensen Rømer parvient à évaluer pour la première fois la vitesse de la lumière à l’Observatoire de Paris. Pour cela, il se base sur l’observation des éclipses des satellites de Jupiter. Il découvre en effet que ses prévisions mathématiques reposant sur les lois Kepler ne correspondent pas toujours aux observations réelles. En tenant compte des distances que doit parcourir la lumière entre la Terre et Jupiter, il parvient à effectuer un premier calcul approximatif.
Voir aussi : Histoire de Jupiter - Kepler - Histoire de l'Astronomie

1682

Edmund Halley observe sa comète


L’astronome britannique Edmund Halley commence à étudier la trajectoire des comètes. Il en observe une en particulier cette même année et parvient à en calculer l’orbite. Pour ces recherches, il se réfère aux travaux réalisés par Newton sur la gravité. C’est ainsi qu’il met en évidence la périodicité des parcours des comètes et montre que ces dernières suivent une trajectoire elliptique, dont l’un des foyers est le Soleil. Au terme de ses observations, il annonce le retour de la comète observée pour la fin de l’année 1758. Ce sera en 1759 qu’elle fera une nouvelle apparition. On lui donnera alors le nom de "comète de Halley". Elle sera ainsi visible tous les 76 ans.
Voir aussi : Comète - Newton - Soleil - Edmund Halley - Histoire de l'Astronomie

1728

Bradley publie sa théorie de l’aberration de la lumière


L’astronome britannique James Bradley fait paraître le résultat de plusieurs années d’observations des étoiles. Dés 1725, il s’était lancé dans l’étude de la position de ces astres, notamment de "y Draconis". Les astronomes ne pouvaient expliquer les apparentes variations de position des étoiles par rapports aux observateurs. Penché sur la question, Bradley eut une révélation lorsqu’il observa un drapeau accroché au mât du bateau sur lequel il se trouvait. Ce dernier subissait à la fois les forces du vent et celles du déplacement du bateau. Il comprit alors que le mouvement de la planète jouait un rôle sur l’émission de la lumière d’une étoile. En effet, il faut un certain temps avant que cette lumière ne parvienne à l’homme. Pendant cette période, la Terre tourne. C’est la raison pour laquelle il subsiste un décalage entre la position réelle d’une étoile et sa position apparente sur Terre. Cette découverte permettra de déterminer précisément la vitesse de la lumière.
Voir aussi : Relativité - Lumière - Histoire de l'Astronomie

1730
26 juin

Naissance de l'astronome français Charles Messier


Charles Messier (1730-1817) est un astronome d'origine française. Il est particulièrement réputé pour sa chasse aux comètes. Entre 1760 et 1801, seul ou entouré, il étudiera 40 comètes et en découvre une vingtaine. Il a aussi rédigé un catalogue de tous les objets non identifiés (110 amas, nébuleuses, galaxies...) mais qui ne sont pas des comètes afin de faciliter les recherches. Il obtient la Légion d'honneur en 1806.
Voir aussi : France - Astronome - Histoire de l'Astronomie

1781
13 mars

Découverte d'Uranus par William Herschel


L'astronome anglais William Herschel détecte la septième planète du système solaire, Uranus. Il croit d'abord avoir découvert une comète mais comprend rapidement que l'astre est une planète qui parcourt une orbite presque circulaire au-delà de Saturne. Uranus est la première planète découverte à l'aide d'un télescope.
Voir aussi : Découverte - Histoire de l'Astronomie - Uranus - Histoire de l'Astronomie

1846
23 septembre

Découverte de Neptune


L'astronome allemand, Johan Galle, découvre la huitième planète du système solaire. Le français Urbain Le Verrier avait quelques temps plus tôt déterminé mathématiquement la position de la planète à partir des irrégularités de l'orbite d'Uranus. Transmis à Johan Galle, ce calcul a orienté le télescope de ce dernier en lui donnant une zone précise dans laquelle observer. Pendant la même période, l'Anglais John Adams avait aussi mathématiquement déterminé la position de Neptune sans jamais être en contact avec Le Verrier. Cette découverte simultanée annonce l'avènement de la mécanique céleste.
Voir aussi : Découverte - Neptune - Le Verrier - Histoire de l'Astronomie

1846
10 octobre

Découverte de Triton


L'astronome anglais William Lassell découvre la lune de la planète Neptune, Triton. Pensant apercevoir un anneau autour de la planète, il tombe en réalité sur son satellite. En 1851, il découvrira aussi les satellites d'Uranus Ariel et Umbriel.
Voir aussi : Découverte - Satellite - Neptune - Histoire de l'Astronomie

1924
30 décembre

Découverte d'une autre galaxie


Depuis l'observatoire de Mont Wilson en Californie où est installé le plus grand télescope du monde, l'astronome américain Edwin Hubble annonce la découverte d'un autre système galactique en dehors de notre voie lactée. En mesurant la distance de cette galaxie par rapport à la grande nébuleuse d'Andromède il affirme que ce système stellaire immense est aussi grand que la voie lactée mais bien plus éloignée. Le cosmos est donc plus vaste que ne l'imaginait les scientifiques.
Voir aussi : Découverte - Hubble - Galaxie - Histoire de l'Astronomie









RECHERCHE
Mot-clé
Un jour
Année  Ex : 1959
Pays
Thèmes


Top des recherches  Recherche avancée
Les autres rubriques «Sciences et techniques»
Aéronautique
Armement
Automobile
Chemins de fer
Grands travaux
Informatique
Médecine
Physique
Télécommunications
L'ACTUALITE EN DIRECT
En images
» Monde Le verdict contre les Pussy Riot sévèrement jugé par les Occidentaux
» France France: Deschamps n'a pas encore dévoilé son jeu

Sondage

Quel est votre roi de France préféré ?

Tous les sondages

Témoignages

Vous êtes fasciné par l'histoire d'un pays ?

Russie impériale ou soviétique, Chine ancestrale ou maoïste, Égypte pharaonique ou contemporaine, Pérou des incas ou des Espagnols... Vous êtes fasciné par l'histoire d'un pays ? Partagez cet intérêt avec les lecteurs de L'Internaute.

Participez | Premiers témoignages | 19 contributions

Vos images anciennes des bains de mer

Participez | Premiers témoignages | 6 contributions

Quel monument historique vous impressionne le plus ?

Participez | Premiers témoignages | 31 contributions

Histoire : tous les témoignages