Plan du site

Accès membres : merci de vous identifier Mot de passe oublié ?

L'Internaute > Histoire > Magazine > L'affaire Dreyfus > Chat avec Vincent Duclert
CHAT
 
Mai 2006

"Il faut tranférer les cendres de Dreyfus au Panthéon"

A l'occasion des 100 ans de la réhabilitation du capitaine Dreyfus, Vincent Duclert, grand spécialiste de l'Affaire a répondu à vos questions sur l'une des plus sombres affaires d'Etat qu'ait connu la France.

  Envoyer à un ami | Imprimer cet article  

"Il y a un véritable intérêt civique à faire connaître cette histoire."

Ma question n'a rien d'agressif, mais y-a-t-il un intérêt à revenir sur cette affaire, alors que tout le monde est d'accord pour dire que c'est un scandale qui n'aurait jamais dû arriver ?
Vincent Duclert : Très bonne question. D'abord, il y a toujours certaines personnes qui estiment que Dreyfus était coupable (les mêmes qui pensent que les chambres à gaz n'ont pas existé). Ensuite, il est intéressant de savoir comment la France en est arrivée à condamner un innocent et à le maintenir cinq années en prison et au bagne. Enfin, on peut s'interroger sur les enseignements que la France a tiré de cette affaire. Autant de raisons de rouvrir le dossier.

Dreyfus, une victime ou un héros ? Mérite-t-il vraiment d'entrer au Panthéon comme l'a proposé Jack Lang ?
D'abord, petite précision, c'est moi qui ai suggéré ce transfert au Panthéon au terme de ma biographie parue chez Fayard. Jack Lang m'a lu et a repris la proposition. Tant mieux. Dreyfus est certes une victime de la raison d'Etat. Mais il a affronté la conspiration, la prison, l'infamie, avec un exceptionnel courage. Il a voulu la justice, et il l'a eue, grâce à tous les dreyfusards (Zola, Jaurès..) unis pour le défendre et défendre la République contre les antisémites et les nationalistes. De ce point de vue, Dreyfus a été un héros puisqu'il a combattu l'écrasement, la tyrannie. Et il est resté fidèle à la France malgré tout. Transférer les cendres de Dreyfus au Panthéon, c'est rendre hommage à tous les innocents qui ont péri dans les camps, les prisons, et qui n'ont pas été réhabilités comme lui. Enfin, en ces temps de remontée de l'antisémitisme, il ne serait pas inutile d'honorer un juif qui a été un grand patriote. Maintenant, la décision appartient au Président de la République. Il m'a écrit aujourd'hui même et m'a dit qu'il étudiait la question.

"Dreyfus a affronté la tyrannie avec un courage exceptionnel."

Pourquoi un tel emballement contre un seul homme? Les raisons sont-elles avant tout politiques, militaires, ou religieuses ?
Dreyfus était juif (peu pratiquant cependant, laïc), et visé en tant que tel par les antisémites, ulcérés de voir un juif à l'Etat major de l'armée. C'était un officier très brillant, sorti des grandes écoles. Cette voie moderniste, qu'il incarnait, menaçait la majorité traditionnaliste, ultra conservatrice, des officiers. Cette démocratisation de l'armée, dont les juifs étaient le symbole, fut combattue par la droite extrême et les nationalistes.

La crise politique que traverse la France aujourd'hui a-t-elle à voir avec celle des années 1900 ?
C'est toujours difficile, pour un historien, de répondre à cette question. Je ne pense pas qu'une affaire Dreyfus puisse se reproduire aujourd'hui, l'opinion publique est trop attachée à la vérité. Une fois qu'elle est établie, on ne va pas s'amuser à l'étouffer et à remettre une couche de mensonges comme cela a été le cas dans l'affaire Dreyfus, une affaire qui a duré douze ans. Mais c'est vrai qu'il y a aujourd'hui une défiance à l'égard de la politique, de la République, qui est inquiétante.

Quels enseignements faut-il tirer de cette affaire ? Pensez-vous que les politiques du XXème et du XXIème siècle ont bien retenu la leçon ?
Justement non, et c'est pour cela qu'il faut continuer à étudier l'affaire Dreyfus. C'est pour cela que la proposition de panthéonisation a été lancée : pour que les politiques, et aussi tous les citoyens aient toujours devant les yeux ce passé durant lequel la justice a été violée, la vérité niée et un innocent écrasé. Bref, il faut sans cesse rappeler des valeurs dans la société (pas seulement celles de l'argent ou de la force).

Affaire Dreyfus, Affaire Clearstream, un parallèle, des leçons à tirer ?
Le seul parallèle que l'on puisse établir entre les deux affaires, c'est l'opacité des services de l'Etat et l'obscurité des agissements politiques. L'affaire Dreyfus s'est également développée ainsi. L'important, c'est donc de contraindre à la légalité, et au besoin de condamner pénalement les acteurs de l'Etat ou les politiques qui auraient violé les procédures, elles-mêmes définies par la loi, la loi votée par les représentants du peuple. Que les juges agissent, mais aussi les parlementaires.

 

"Il est toujours intéressant de savoir comment la France est arrivée à condamner un innocent."

Qui, au final a permis de faire éclater la vérité au grand jour ?
Lui, Dreyfus, notamment parce qu'en survivant, il permettait à l'action publique (c'est-à-dire à la justice) de casser les jugements de condamnation. Les juges en second lieu, dont certains très courageux quand le pouvoir et l'opinion ont tenté de les abattre. Les dreyfusards, les intellectuels, les jeunes, la mobilisation du monde libéral, et enfin, l'arrivée de républicains décidés à vaincre les nationalistes, comme Waldeck-Rousseau soutenu par Jaurès, Clemenceau…

Qu'est-ce qui vous fascine chez Dreyfus?
Fasciner...Ce n'est pas tout à fait cela. Il m'intéresse en tant que personne luttant contre les ténèbres et sortant victorieux pour finir. Il permet de plonger au coeur de l'Etat, de voir le côté sombre de la République, mais aussi de suivre la marche de la justice et l'engagement des dreyfusards.
Comme historien, j'ai constaté que l'on connaissait assez peu de choses sur Dreyfus, sur les services de l'Etat impliqués dans l'Affaire et sur le rôle de la justice. J'ai donc beaucoup travaillé avec les archives. Je pense qu'il y a un véritable intérêt civique à faire connaître cette histoire, notamment aux jeunes, en France comme dans le monde. Cette affaire a une portée internationale car le monde entier s'est mobilisé pour Dreyfus et continue de s'intéresser à la postérité de l'Affaire.

Dreyfus a-t-il encore pour vous des zones d'ombres, des choses que vous aimeriez savoir et que vous ne trouvez pas ?
Il n'y a pas beaucoup de zones d'ombres dans le dossier militaro-judiciaire. L'essentiel est connu grâce au recoupement d'une immense documentation. Les questions qui continuent à se poser, c'est pourquoi des généraux et des ministres ont fabriqué un coupable, pourquoi le chef du gouvernement et les parlementaires ont laissé faire et même applaudi, pourquoi la presse a multiplié les mensonges contre Dreyfus. Et de savoir aussi comment des intellectuels se sont engagés pour lutter contre la violence et la calomnie. L'analyse de l'Affaire reste ouverte.
Cela sera ma dernière réponse, car que je dois partir préparer un grand colloque ouvert à tous le 19 juin 2006 à la Cour de Cassation pour commémorer la réhabilitation totale de Dreyfus par la Cour le 12 juillet 1906. A bientôt, et merci pour vos questions, très stimulantes.

En savoir plus sur Vincent Duclert

Le livre : "Dreyfus est innocent ! Histoire d'une affaire d'Etat"


Envoyer | Imprimer Haut de page

Annonces Google


Voir un exemple

Voir un exemple