L'Internaute > Histoire > censure

Histoire de la Censure

Dates décroissantes    Titres seulement    (8 réponses)

1535
13 janvier

François Ier censure les livres


Se sentant menacé par les idéologies luthériennes, le roi de France fait interdire toute impression de livres. Il annule sa décision quelques jours plus tard mais conserve le principe de la censure qu'il confie à une commission du parlement de Paris.
Voir aussi : François Ier - Histoire de la Censure - Histoire des Romans

1548
18 novembre

Le parlement de Paris interdit la représentation des Mystères


Les Confrères de la Passion sont interdits de représentation par le Parlement de Paris, ce qui marque le début du déclin des Mystères au profit du théâtre Renaissance. Les Mystères représentaient généralement la Passion du Christ, en se nourrissant également de légendes et d'histoires populaires. Ils étaient écrits pour plusieurs dizaines, voire plusieurs centaines de personnes qu'ils mettaient en scène.
Voir aussi : Histoire de Paris - Parlement - Histoire de la Censure - Histoire du Théâtre

1752
7 février

L'Encyclopédie est censurée


Un arrêté du conseil du roi Louis XV interdit l'impression et la diffusion des deux premiers volumes de "L'Encyclopédie" ou "Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers". L'œuvre collective dirigée par Denis Diderot et d'Alembert est jugée subversive par les Jésuites qui la qualifie "d'athée et matérialiste". Le contenu politique et philosophique, plus que les parties techniques et scientifiques, est décrié. Les thèses développées par l'abbé de Prades, un des contributeurs de l'Encyclopédie, sont, selon les membres du conseil, "contaminées par l'esprit voltairien".
Voir aussi : Louis XV - Diderot - Histoire de la Censure - Histoire de l'Encyclopédie - Histoire de la Philosophie

1852
17 février

Louis-Napoléon censure la presse


Le président de la République Louis-Napoléon Bonaparte établit un ensemble de mesures préventives et de sanctions visant à museler la presse. Par décret, il est interdit aux journaux de rendre compte des débats parlementaires et des procès autrement qu'en reproduisant les procès-verbaux officiels. La censure des images est rétablie. Les journaux ne respectant pas ce décret pourront être suspendus après un avertissement et définitivement supprimés s'ils récidivent. Entre mars 1852 et juin 1853, 91 avertissements seront délivrés par le ministre de la Police, Maupas.
Voir aussi : Napoléon III - Histoire de la Censure - Histoire du Second Empire

1913
21 novembre

La censure tsariste s'attaque aux manuscrits de Tolstoï


Trois ans jour pour jour après la mort de l’écrivain, la censure tsariste décide de détruire les manuscrits de Tolstoï. Ce dernier avait toujours été en rupture avec la politique de son pays malgré son engagement militaire. Il avait notamment abandonné ses études après la lecture des œuvres de Jean-Jacques Rousseau. Mais surtout, il avait fortement condamné le pouvoir autocratique de son pays et le rôle de l’Eglise orthodoxe, ce qui lui avait valu l’excommunication.
Voir aussi : Histoire de la Censure - Tolstoï - Histoire des Romans

1919
12 octobre

La censure est levée un an après la fin de la guerre


Le sénat français ratifie le traité de paix du 11 novembre, un an après sa signature. La censure préventive qui avait été instaurée par le ministère de la Guerre le 4 août 1914, est levée.
Voir aussi : Histoire de la Censure - Histoire de la Presse

1970
17 novembre

Hara-Kiri disparaît des kiosques


Le journal créé dix ans plus tôt par le professeur Choron subit une énième interdiction. Misant sur la provocation, ce dernier s’est encore illustré dernièrement en titrant « Bal tragique à Colombey : 1 mort ». Cette approche ironique de la mort de De Gaulle et du traitement journalistique de la tragédie du dancing de Saint-Laurent-du-Pont dépasse les bornes aux yeux de la censure. Hara-Kiri disparaît ainsi en tant que quotidien, mais il paraîtra encore jusqu’en 1985 en tant que mensuel.
Voir aussi : Histoire de la Censure - Histoire de Hara-Kiri - Colombey - Histoire de la Presse

1988
octobre

Ken le survivant fait scandale


TF1 débute la diffusion de « Ken le survivant », dessin animé adapté du manga de Tetsuo Hara et Buronson et qui évoque un univers post-apocalyptique violent. Initialement destinée à des adolescents âgés de plus de 16 ans, la série est diffusée dans le « Club Dorothée », émission pour enfants. Les scènes de violences ponctuées par la célèbre réplique « Tu es déjà mort » provoquent un scandale et une censure progressive. Finalement, Ken sera retiré des écrans français avant la fin des épisodes. Il avait également été interdit dans certaines régions japonaises.
Voir aussi : Histoire de TF1 - Histoire de la Censure - Série - Club Dorothée - Histoire des Dessins animés




Annonces Google






Voir un exemple

Voir un exemple


RECHERCHE
Mot-clé
Un jour
Année  Ex : 1959
Pays
Thèmes


Top des recherches  Recherche avancée
Les grandes rubriques
Art
Economie
Grandes aventures et découvertes
Grandes périodes historiques
Guerres
Médias
Politique
Religions
Rois de France
Sciences et techniques
Société
Sports
L'ACTUALITE EN DIRECT
En images
» Monde Le verdict contre les Pussy Riot sévèrement jugé par les Occidentaux
» France France: Deschamps n'a pas encore dévoilé son jeu

Témoignages

Vous êtes fasciné par l'histoire d'un pays ?

Russie impériale ou soviétique, Chine ancestrale ou maoïste, Égypte pharaonique ou contemporaine, Pérou des incas ou des Espagnols... Vous êtes fasciné par l'histoire d'un pays ? Partagez cet intérêt avec les lecteurs de L'Internaute.

Participez | Premiers témoignages | 24 contributions

Vos images anciennes des bains de mer

Participez | Premiers témoignages | 6 contributions

Quel monument historique vous impressionne le plus ?

Participez | Premiers témoignages | 34 contributions

Histoire : tous les témoignages