Partager cet article

RSS
L'Internaute > Histoire > Syndicat

Jour par Jour, Syndicat

Dates décroissantes    Titres seulement    (17 réponses)

1791
14 juin

Promulgation de la loi Le Chapelier


La loi Le Chapelier vient renforcer le décret d’Allarde et interdit la formation de tout groupement professionnel. Orienté à l’origine contre les corporations afin de renforcer la liberté d’entreprendre, son extension à toutes les formes de rassemblements de professionnels met fin à toute possibilité de syndicats ou de grève. Elle signe aussi la fin des rassemblements paysans.
Voir aussi : Dossier histoire du droit du travail - Syndicat - Histoire du Droit de grève - Loi Le Chapelier - Histoire du Travail

1884
21 mars

Reconnaissance officielle des syndicats


Sous l’impulsion du ministre de l'Intérieur René Waldeck-Rousseau, les députés votent une loi qui s’inscrit dans une dynamique de réglementation du travail et de la prise en compte des intérêts ouvriers. Ainsi, le Parlement Républicain instaure une certaine liberté syndicale et d’association professionnelle. La loi Le Chapelier s’efface donc devant une volonté d’asseoir les libertés républicaines.
Voir aussi : Loi - Dossier histoire du droit du travail - Syndicat - Waldeck-Rousseau - Histoire du Travail

1886
1 mai

Les origines de la "Fête du travail"


Les syndicats américains organisent une grève pour que la journée de travail soit limitée à 8 heures. Les affrontements entre les manifestants et les policiers font plusieurs morts. En 1889, la 2ème Internationale socialiste réunie à Paris, décide de faire du 1er mai une journée de revendications ouvrières. En France en 1941, le 1er mai est consacré "fête du Travail et de la concorde nationale". En 1947, il devient de droit un jour chômé et payé. Aujourd'hui aux Etats-Unis, bien que le 1er mai soit né dans ce pays, le "Labor Day" est fêté le 1er lundi de septembre.
Voir aussi : Dossier histoire du droit du travail - Syndicat - Fête du travail - Histoire du Travail

1904
10 août

Mort de Pierre Waldeck-Rousseau


Homme politique français né le 2 décembre 1846 à Nantes, Pierre Waldeck-Rousseau est notamment à l'origine de la loi sur les syndicats, dite loi Waldeck-Rousseau de 1884, et a participé à la loi de 1901 relative aux associations. Ministre de Gambetta et de Jules Ferry, il a fondé en 1899, sur la demande d'Émile Loubet, le cabinet à la longévité la plus longue de la IIIe République, alors que l'affaire Dreyfus battait son plein. Il s'est éteint le 10 août 1904 à Corbeil-Essonne.
Voir aussi : France - Décès - Politique - Syndicat - Waldeck-Rousseau - Histoire de la Politique

1905
27 juin

Fondation de l'Industrial Workers of the World


L'Industrial Workers of the World, ou IWW, fut fondé le 27 juin 1905 à Chicago. Il s'agit d'un syndicat à visée internationale créé à l'origine par des socialistes, des anarchistes et des syndicalistes radicaux. Cette organisation comptait plus de 100 000 membres dans les années 1920. Son principe fondamental est de réunir tous les travailleurs en un seul groupe. Dénonçant le fait que les entreprises ne profitent qu'à une poignée de dirigeants, ce syndicat aspire à abolir le salariat. Aujourd'hui, il ne compte plus qu'environ 2 000 membres.
Voir aussi : Fondation - Syndicat - Histoire de Chicago - Histoire de la Politique

1907
4 mai

Fondation de l'Union nationale des étudiants de France


L'Union nationale des étudiants de France, mieux connue sous l'acronyme Unef, a été fondée le 4 mai 1907. Cette organisation étudiante a pour but de permettre aux étudiants de s'exprimer sur la gestion des universités. Elle a connu des scissions dans les années 1960 et en 1971, avant d'être refondée en 2001. Elle est aujourd'hui reconnue représentative par le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche et est la première organisation étudiante si l'on considère le nombre de sièges aux assemblées.
Voir aussi : France - Fondation - Syndicat - Histoire de la Politique

1919
25 mars

Instauration des Conventions collectives


Après un climat autoritaire dû à la Première Guerre mondiale, le droit du travail français subit de nouvelles évolutions plus favorables aux salariés, notamment dans l’année 1919. Ainsi le 25 mars, une loi instaure un cadre général pour conventions collectives. Dans un premiers temps les effets seront limités, mais l’évolution vers ce système va se poursuivre. D’autres lois vont suivre, notamment un an plus tard avec la modification de la loi sur les syndicats, malgré un changement de gouvernement.
Voir aussi : Dossier histoire du droit du travail - Syndicat - Conventions collectives - Histoire du Travail

1936
7 juin

Congés payés et semaine de 40 heures


Dans la nuit du 7 au 8 juin, à l'hôtel Matignon à Paris, sont signés les accords entre le nouveau président du Conseil, Léon Blum, la Confédération générale du patronat français (CGPF) et la Confédération générale du travail (CGT). Consécutifs à l'arrivée au pouvoir du gouvernement du Front populaire, ces accords prévoient la généralisation des conventions collectives, la création des délégués du personnel et une augmentation de 12% des salaires. Mais on retiendra surtout l'instauration de la semaines de 40 heures et l'octroi de 15 jours de congés payés.
Voir aussi : Dossier histoire du droit du travail - Syndicat - Dossier histoire des vacances estivales - Léon Blum - Temps de travail - Histoire du Travail

1946
27 octobre

Les droits sociaux inscrits dans la constitution de la Quatrième République


L’avènement de la Quatrième République transforme à sa manière le droit du travail en France. Désormais, par leur inscription dans le préambule, certains droits et libertés deviennent constitutionnels. Le texte affirme ainsi que « Tout homme peut défendre ses droits et ses intérêts par l'action syndicale et adhérer au syndicat de son choix. », instaure le droit de grève et l’interdiction de la discrimination au travail. Il s’engage aussi sur le respect du droit international. L’attachement à ce préambule et à la déclaration universelle des droits de l’homme sera réaffirmé dans la constitution de 1958.
Voir aussi : Constitution - Dossier histoire du droit du travail - Syndicat - Histoire du Droit de grève - Histoire du Travail

1947
19 décembre

Création de FO


Les syndicalistes fondateurs de la tendance Force ouvrière au sein de la CGT décident de quitter la confédération au nom de l'indépendance syndicale. Léon Jouhaux, Robert Bothereau, Albert Bouzanquet, Georges Delamarre et Pierre Neumeyer remettent leur démission en dénonçant la trop étroite dépendance de la CGT avec le parti communiste. La nouvelle confédération prend le nom de l'hebdomadaire crée pour la CGT en 1945, Force Ouvrière. Les dirigeants de F.O désirent préserver leur neutralité vis à vis du gouvernement, du patronat et surtout du parti communiste.
Voir aussi : Syndicat - Histoire du Social

1964
7 novembre

Naissance de la CFDT


La CFTC (Confédération française des travailleurs chrétiens) change de nom lors de son congrès extraordinaire tenu à Paris. Le syndicat de 800 000 membres devient la CFDT (Confédération française des travailleurs démocratique). Eugène Deschamps le secrétaire général, donne ainsi un nouvelle élan idéologique à la gauche dans le monde du travail.
Voir aussi : Syndicat - Histoire de la CFDT - Histoire du Travail

1968
10 mai

La "nuit des barricades"


La révolte des étudiants atteint son point culminant dans la nuit du 10 au 11 mai au cours de laquelle étudiants et CRS s'affrontent dans de véritables combats de rues : voitures incendiées, rues dépavées, vitrines brisées, centaines de blessés. Le pays est stupéfait et l'agitation étudiante, jusque-là isolée, rencontre alors la sympathie d'une grande partie de l'opinion publique. Le 13 mai, les syndicats manifesteront avec les étudiants pour protester contre les brutalités policières et, le 14 mai, une vague de grèves commencera.
Voir aussi : Syndicat - Dossier histoire de Mai 68 - Histoire des Barricades - Histoire du Social

1968
13 mai

Grande manifestation contre de Gaulle


Les syndicats ouvriers (CGT, CFDT) déclenchent une grève générale et appellent à rejoindre les étudiants qui manifestent depuis le début du mois. Une foule de 800 000 personnes (170 000 selon la police) envahit les rues de Paris aux cris de "10 ans, ça suffit !", en allusion au dixième anniversaire du retour au pouvoir de De Gaulle. Les manifestants dénoncent aussi la société de consommation et le chômage inhérent au régime capitaliste.
Voir aussi : Histoire de Paris - De Gaulle - Syndicat - Manifestation - Dossier histoire de Mai 68 - Histoire de la Cinquième République

1980
14 août

La grève éclate à Gdansk


Les 17 000 ouvriers des chantiers navales de Gdansk se mettent en grève à la suite de licenciement d'un des leurs, membre d'un syndicat indépendant. La grève s'étendra à tout le pays et la crise sociale débouchera en crise politique à la fin du mois avec la démission du premier ministre Edward Babiuch. Le gouvernement communiste finira par négocier avec Lech Walesa, le chef du syndicat indépendant.
Voir aussi : Soulèvement - Histoire du Parti Communiste - Histoire du PC - Syndicat - Grève - Histoire de la Guerre froide

1980
31 août

Les accords de Gdansk


Après les troubles de juillet, consécutif à la hausse des prix de la viande, et les grèves, partis des chantiers navals de Gdansk, le gouvernement communiste polonais finit par céder. Il signe les accords de Gdansk avec Lech Walesa, ouvrier-électricien et leader du syndicat indépendant Solidarnosc. celui-ci sera dissout par le général Jaruzelski en 1982, puis relégalisé en 1989. Lech Walesa deviendra alors le premier président polonais élu au suffrage universel direct.
Voir aussi : Soulèvement - Histoire du Parti Communiste - Histoire du PC - Syndicat - Grève - Histoire de la Guerre froide

1981
13 décembre

Etat de guerre en Pologne


Le général Jaruzelski, chef de l'état polonais et chef du parti communiste, proclame l'état de guerre en Pologne. Un conseil militaire prend les commandes du gouvernement. 6 000 syndicalistes et opposants au régime communiste sont arrêtés. Le syndicat ouvrier "Solidarnosc" est dissous et son leader, Lech Walesa, arrêté. Ce coup de force de Jaruzelski participe à l'isolement de la Pologne de la scène internationale. .
Voir aussi : Syndicat - Grève - Lech Walesa - Histoire de la Guerre froide

1982
8 octobre

Solidarnosc est interdit en Pologne


Le parlement polonais interdit le syndicat indépendant présidé par Lech Walesa, constitué à l'occasion de l'occupation des chantiers navals de Gdansk en 1980. Immédiatement éclatent partout en Pologne de violentes manifestations visant le régime communiste. "Solidarité" continuera d'exister dans la clandestinité. Il sera de nouveau autorisé en 1989.
Voir aussi : Syndicat - Grève - Lech Walesa - Histoire de Solidarnosc - Histoire de la Guerre froide









RECHERCHE
Mot-clé
Un jour
Année  Ex : 1959
Pays
Thèmes


Top des recherches  Recherche avancée
Les grandes rubriques
Art
Economie
Grandes aventures et découvertes
Grandes périodes historiques
Guerres
Médias
Politique
Religions
Rois de France
Sciences et techniques
Société
Sports
L'ACTUALITE EN DIRECT
En images
» Monde Le verdict contre les Pussy Riot sévèrement jugé par les Occidentaux
» France France: Deschamps n'a pas encore dévoilé son jeu

Sondage

Quel est votre roi de France préféré ?

Tous les sondages

Témoignages

Vous êtes fasciné par l'histoire d'un pays ?

Russie impériale ou soviétique, Chine ancestrale ou maoïste, Égypte pharaonique ou contemporaine, Pérou des incas ou des Espagnols... Vous êtes fasciné par l'histoire d'un pays ? Partagez cet intérêt avec les lecteurs de L'Internaute.

Participez | Premiers témoignages | 21 contributions

Vos images anciennes des bains de mer

Participez | Premiers témoignages | 6 contributions

Quel monument historique vous impressionne le plus ?

Participez | Premiers témoignages | 33 contributions

Histoire : tous les témoignages