Partager cet article

RSS
L'Internaute > Histoire > girondins

Jour par Jour, Girondins

Dates décroissantes    Titres seulement    (6 réponses)

1754
15 janvier

Naissance de Jacques-Pierre Brissot de Warville


Jacques-Pierre Brissot de Warville, révolutionnaire français, est né le 15 janvier 1754, à Chartres. Fils d'un riche rôtisseur, il suit de brillantes études de droit qui ne le passionnent pas. Il écrit des pamphlets politiques qui lui vaudront un tour à la Bastille. Chef de file des Girondins sous la Révolution française, il anime la haine de Robespierre qui fut à l'origine de son exécution. Il meurt guillotiné le 31 octobre 1793.
Voir aussi : Révolution française - Robespierre - Histoire de la Bastille - Girondins - Histoire de la Politique

1759
26 octobre

Naissance de Georges Jacques Danton


Georges Jacques Danton, l'une des figures les plus importantes de la Révolution française, naît en Champagne le 26 octobre 1759. Cet avocat, exceptionnel orateur, est souvent représenté, à tort, comme le grand rival de Robespierre. Vivement attaqué par les Girondins, Danton prôna la paix et la solidarité à une époque où les nouveaux dirigeants de la France préféraient la Terreur. Il meurt guillotiné à Paris le 5 avril 1794.
Voir aussi : Révolution française - Robespierre - Histoire de la Terreur - Danton - Girondins - Histoire de la Politique

1791
septembre

Olympe de Gouges publie un ouvrage "féministe"


La femme de lettres française publie "la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne". Elle y prône l’émancipation féminine, notamment au travers de l’égalité entre les sexes. Selon son ouvrage, la femme devrait être considérée comme citoyenne à part entière. Le préambule du texte s’adresse à Marie-Antoinette, à qui elle implore de défendre jusqu’au bout le "sexe malheureux". Ses actions ne se limitent toutefois pas à la condition de la femme. Olympe de Gouges s’était déjà engagée corps et âme dans la Révolution. Elle soutiendra également les Girondins au travers de ses écrits et ira jusqu’à défendre le roi Louis XVI. Ses agissements lui vaudront d’être guillotinée en 1793. Elle sera considérée plus tard comme l’une des toutes premières "féministes".
Voir aussi : Dossier histoire du féminisme - Louis XVI - Girondins - Histoire des Femmes

1793
23 février

La Convention décide la conscription de 300 000 hommes


Après la défaite de Neerwinden et la perte de la Belgique, l’armée révolutionnaire semble marquer le pas. Paris reste loin des armées autrichiennes ou prussiennes, mais la France risque de perdre confiance et ne souhaite guère laisser un avantage psychologique à ses adversaires, d’autant plus qu’un débarquement anglais est toujours à craindre. Les Girondins, à la tête de la Convention, décident donc de réagir en renforçant les effectifs de l’armée : 300 000 hommes devront rejoindre les rangs à partir du mois de mars. Dans un contexte économique qui reste précaire, cette conscription massive n’est pas du goût de tous. Ainsi, plusieurs régions vont réagir vivement et des foyers insurrectionnels vont fleurir, comme à Lyon. Mais surtout, cette conscription va être l'élément déclencheur de la Guerre de Vendée.
Voir aussi : Histoire de la Convention - Dossier histoire de la Guerre de Vendée - Girondins - Neerwinden - Histoire de la Révolution

1793
31 mai

Les Girondins renversés par les Montagnards


A l'appel de Robespierre, des sans-culottes parisiens guidés par Varlet et Roux, chef de fil des Enragés, encerclent la Convention et réclament la mise en accusation des députés de la Gironde qui gouvernent le pays. Ils leur reprochent leur incapacité à faire face à l'invasion étrangère et les soupçonnent de préparer le retour de la monarchie. Le 2 juin, les 25 députés girondins seront arrêtés et envoyés à la guillotine. A la faveur de ce Coup d'Etat parisien, les députés de la Montagne prendront le pouvoir et installeront la Grande Terreur.
Voir aussi : Dossier histoire de la Guerre de Vendée - Robespierre - Histoire de la Terreur - Girondins - Histoire des Montagnards - Histoire de la Révolution

1794
28 mars

Décès de Marie Jean Antoine Nicolas de Caritat, marquis de Condorcet


Marie Jean Antoine Nicolas de Caritat se distingue tout d'abord pour ses dons en mathématiques. En 1769, il est élu à l'Académie Royale des Sciences. En 1774, il entre au ministère et se tourne vers la politique et la philosophie en écrivant de nombreux pamphlets sur les droits des femmes et des minorités. L'année suivante, il devient inspecteur général de la Monnaie. En 1782, il est nommé secrétaire de l'Académie française. Durant la Révolution, il fait partie du conseil municipal de Paris. Il est élu député en 1791. Suivant les idées des girondins, il finit par perdre le contrôle de l'Assemblée. Opposé à la nouvelle constitution, il est condamné pour trahison. Il se cache mais il est arrêté dans la ville de Clamart. Emprisonné, il est retrouvé mort deux jours plus tard.
Voir aussi : Histoire de l'Académie Française - Girondins - Histoire de la Politique









RECHERCHE
Mot-clé
Un jour
Année  Ex : 1959
Pays
Thèmes


Top des recherches  Recherche avancée
Les grandes rubriques
Art
Economie
Grandes aventures et découvertes
Grandes périodes historiques
Guerres
Médias
Politique
Religions
Rois de France
Sciences et techniques
Société
Sports
L'ACTUALITE EN DIRECT
En images
» Monde Le verdict contre les Pussy Riot sévèrement jugé par les Occidentaux
» France France: Deschamps n'a pas encore dévoilé son jeu

Sondage

Quel est votre roi de France préféré ?

Tous les sondages

Témoignages

Vous êtes fasciné par l'histoire d'un pays ?

Russie impériale ou soviétique, Chine ancestrale ou maoïste, Égypte pharaonique ou contemporaine, Pérou des incas ou des Espagnols... Vous êtes fasciné par l'histoire d'un pays ? Partagez cet intérêt avec les lecteurs de L'Internaute.

Participez | Premiers témoignages | 21 contributions

Vos images anciennes des bains de mer

Participez | Premiers témoignages | 6 contributions

Quel monument historique vous impressionne le plus ?

Participez | Premiers témoignages | 33 contributions

Histoire : tous les témoignages