L'Internaute > Histoire > Guerre du Liban

Jour par Jour, Guerre du Liban

Dates décroissantes    Titres seulement    (12 réponses)

1975
13 avril

La guerre civile éclate au Liban


Après l’assassinat d’un garde du corps du phalangiste Pierre Gemayel, les milices de ce dernier provoquent l’incident d’Aï Remmaneh : 27 palestiniens sont massacrés dans un bus. Déjà victime d’un climat de violence quasi-quotidienne, le Liban s’enfonce à partir de cette date dans la guerre civile. Crées par Gemayel en 1936, les Kataëb - phalanges armées maronites d’inspiration franquiste - s’opposent aux nationalistes et aux progressistes arabes. Le territoire se partagera rapidement entre les deux camps qui s’affrontent dans les rues et multiplient les massacres. L’Etat libanais, dont la crédibilité a été déjà affectée ces dernières années par des crises internes, n’est pas en mesure de réagir : une barrière est-ouest va alors s’ériger entre chrétiens et arabes.
Voir aussi : Guerre du Liban - Maronites - Pierre Gemayel - Histoire des Guerres

1976
16 octobre

Conférence de Riyad


Le Liban, l’OLP et les principales nations arabes tiennent une conférence à Riyad pour régler la guerre civile Libanaise. Après l’appel du président libanais Frangié, l’armée syrienne est intervenue pour occuper le Liban et soutenir les chrétiens. La Syrie joue en fait le statu quo, ce qui n’arrêtera pas les violences. En 1978, les relations entre maronites et Syriens seront interrompues.
Voir aussi : Guerre du Liban - Histoire de l'OLP - Maronites - Soleiman Frangié - Histoire des Guerres

1978
14 mars

Israël lance l'opération Litani pour occuper le sud Liban


Alors qu’arabes et chrétiens s’entredéchirent, Israël décide de mettre en place une zone tampon au sud Liban pour se protéger des attaques des feddayins palestiniens. L’opération prend le nom de Litani car Jérusalem veut occuper et contrôler les terres qui se situent au sud du fleuve et en faire une zone de sécurité. Les réactions internationales sont vives et le Conseil de sécurité de l’ONU réclame dès le 19 mars le retrait des troupes israëliennes dans la résolution 425. Finalement, Tsahal se retirera en juin pour laisser place à la FINUL.
Voir aussi : Dossier histoire de l' ONU - Dossier histoire de l' Etat d'Israël - Guerre du Liban - Histoire de l'OLP - Tsahal - Histoire du Conflit Israélo-Palestinien

1978
13 juin

Attentat contre le fils de Soleiman Frangié


Si le Liban souffre de la guerre entre arabes et maronites, ces derniers se scindent également en deux mouvements qui multiplient les attentats. Ainsi, le fils de l’ancien président Soleiman Frangié est assassiné lors d’un attentat perpétré par des phalangistes de Pierre Gemayel. Ces derniers s’opposent aux négociations avec la Syrie prônés par les premiers. Tandis que les grandes puissances occidentales et l’ONU cherchent à rétablir la paix, la Syrie prend le parti d’un jeu ambigu et finit par occuper une partie plus importante du Liban.
Voir aussi : Guerre du Liban - Maronites - Pierre Gemayel - Soleiman Frangié - Histoire des Guerres

1978
7 septembre

Cessez-le-feu proclamé par la Syrie


Suite aux différentes propositions de paix proposées par les grandes puissances occidentales et au cessez-le-feu immédiat demandé par l’ONU, c’est finalement la Syrie qui décrète la fin des combats. En fait, cette proclamation devient lettre morte car aucun des camps n’est vraiment disposé à cesser le combat, et les successions d’attentats et actions militaires ne permettent pas l’existence d’une situation "lisible".
Voir aussi : Dossier histoire de l' ONU - Guerre du Liban - Histoire des Guerres

1979
18 avril

Saad Haddad proclame l'Etat du Liban-Sud


Le général chrétien Saad Haddad décrète la création de l’Etat libre du Liban-Sud. Saad Haddad et sa milice, l’Armée du Liban Sud (ALS), se sont vus confier par Israël une des positions acquises par cette dernière lors de son intervention de mars 1978. Accusé de trahison par le gouvernement Libanais, le général rebelle prolongera sa coopération avec Israël jusqu’à sa mort en 1984. Quant à l'ALS, elle gardera le contrôle de ce territoire jusqu'à sa dissolution lors du retrait des troupes israélienne en 2000.
Voir aussi : Guerre du Liban - ALS - Histoire des Guerres

1982
juin

Fondation du Hezbollah


En retrait dans la guerre civile et dans la politique du Liban en général, partagés entre sunnites et maronites, les chiites forment un nouveau parti avec le Hezbollah. Créé en réaction à l’invasion israélienne, celui-ci se pensera avant tout comme une organisation militaire de résistance au pays hébreu. Soutenu par l’Iran et la Syrie, le "parti de Dieu" s’imposera assez rapidement dans la région comme une force avec qui compter. Il sera considéré comme une organisation terroriste par certaines puissances occidentales, notamment parce que sa stratégie est faite d’attentats et de prise d’otages.
Voir aussi : Guerre du Liban - Hezbollah - Histoire des Guerres

1982
14 septembre

Assassinat de Bachir Gemayel


Alors que les Etats-Unis ont obtenu un cessez-le-feu entre Israël et l’OLP et qu’une force multinationale contrôle le départ des Palestiniens, les Libanais voient leur nouveau président de la République assassiné trois semaines après son élection. Immédiatement, Israël réagit en occupant une partie de Beyrouth, rompant ainsi le cessez-le-feu. La responsabilité est certainement syrienne, mais les Palestiniens paieront cet acte lors du massacre de Sabra et Chatila. Bachir Gemayel, dirigeant phalangiste intransigeant, fils de Pierre Gemayel, mais aussi homme fort du pays qui a su négocier le départ des Palestiniens, est alors remplacé par son frère Amine, moins connu mais plus modéré.
Voir aussi : Guerre du Liban - Histoire de l'OLP - Histoire de Beyrouth - Histoire du Conflit Israélo-Palestinien

1982
16 septembre

Massacre de Sabra et Chatila


Deux jours après l’assassinat de Béchir Gemayel, les phalanges chrétiennes pénètrent le 16 septembre dans les camps palestiniens et Sabra et Chatila. Pendant trois jours, les "forces libanaises" se livrent aux exactions sans être inquiétées. Le bilan s'élèvera à 3 000 morts. Le rôle de Tsahal est d’ailleurs ambigu : les soldats qui stationnaient à proximité ont laissé les mains libres aux phalangistes. L’armée se défendra d’avoir su ce qui se passait alors dans les camps mais beaucoup accuseront les chefs militaires, et notamment Ariel Charon, d’avoir facilité ces crimes.
Voir aussi : Dossier histoire de l' Etat d'Israël - Guerre du Liban - Tsahal - Sharon - Histoire du Conflit Israélo-Palestinien

1983
17 mai

Accord de paix israélo-libanais


Israël et le Liban concluent un accord de paix, notamment grâce à l’action diplomatique menée par les Etats-Unis en la personne de George Schultz. Mais cet accord n’est reconnu ni par l’OLP, ni par la Syrie, ni par l’URSS. En fait il n’aura aucun effet, et sera annulé par le gouvernement libanais le 5 mars 1984. Quant aux troupes israéliennes, elles quitteront le Liban en 1985 et stationneront encore dans le sud jusqu'en 2000.
Voir aussi : Dossier histoire de l' Etat d'Israël - Guerre du Liban - Histoire de l'OLP - Histoire des Guerres

1988
22 septembre

Michel Aoun Premier Ministre du Liban


Alors que, incapable de désigner un nouveau Président, le Liban traverse une crise institutionnelle, Amine Gemayel désigne Michel Aoun au poste de Premier Ministre et lui demande de réaliser un gouvernement de coalition. Mais le poste de Premier Ministre est normalement réservé à un sunnite alors qu’Aoun est maronite. La majorité des arabes se range alors derrière un deuxième gouvernement prosyrien, celui de Selim Hoss. Michel Aoun s’engage alors dans une guerre de libération contre la Syrie.
Voir aussi : Guerre du Liban - Michel Aoun - Histoire des Guerres

1989
23 octobre

Accord de Taëf


Les députés libanais signent en Arabie Saoudite l’accord de Taëf qui doit mettre fin à la guerre civile qui fait rage depuis 1975. Les diplomaties Syrienne, Jordanienne et américaine supervisent cet accord qui redéfinit en partie la répartition des pouvoirs entre les différentes communautés du Liban. Toutefois, chiites et druzes ne sont pas convaincus, pas plus que Michel Aoun qui poursuit sa guerre de libération contre la Syrie. Toutefois les deux communautés minoritaires accepteront cet accord, tandis que Michel Aoun sera battu un an plus tard. Le Liban retrouve la paix, même s’il reste occupé par la Syrie et par Israël tandis que le Hezbollah et l’ALS ne sont pas désarmés.
Voir aussi : Guerre du Liban - Hezbollah - ALS - Michel Aoun - Histoire des Guerres




Annonces Google






Voir un exemple

Voir un exemple


RECHERCHE
Mot-clé
Un jour
Année  Ex : 1959
Pays
Thèmes


Top des recherches  Recherche avancée
Les grandes rubriques
Art
Economie
Grandes aventures et découvertes
Grandes périodes historiques
Guerres
Médias
Politique
Religions
Rois de France
Sciences et techniques
Société
Sports

Témoignages

Vous êtes fasciné par l'histoire d'un pays ?

Russie impériale ou soviétique, Chine ancestrale ou maoïste, Égypte pharaonique ou contemporaine, Pérou des incas ou des Espagnols... Vous êtes fasciné par l'histoire d'un pays ? Partagez cet intérêt avec les lecteurs de L'Internaute.

Participez | Premiers témoignages | 24 contributions

Vos images anciennes des bains de mer

Participez | Premiers témoignages | 6 contributions

Quel monument historique vous impressionne le plus ?

Participez | Premiers témoignages | 34 contributions

Histoire : tous les témoignages