Partager cet article

RSS
L'Internaute > Histoire > Terreur

Histoire de la Terreur

Dates décroissantes    Titres seulement    (15 réponses)

1758
6 mai

Naissance de Maximilien de Robespierre


Maximilien de Robespierre naît le 6 mai 1758. Cet avocat, élu député du Tiers-Etat aux Etats généraux de 1789, fut l'une des plus grandes figures de la Révolution française. Défenseur de l'abolition de la peine de mort et de l'esclavage, et défenseur du suffrage universel, ce fut l'instigateur de la Terreur après son entrée au Comité de salut public en 1793. Attaqué de toute part, il est guillotiné à Paris, le 28 juillet 1794.
Voir aussi : Révolution française - Député - Robespierre - Histoire de la Terreur - Avocat - Histoire de la Politique

1759
26 octobre

Naissance de Georges Jacques Danton


Georges Jacques Danton, l'une des figures les plus importantes de la Révolution française, naît en Champagne le 26 octobre 1759. Cet avocat, exceptionnel orateur, est souvent représenté, à tort, comme le grand rival de Robespierre. Vivement attaqué par les Girondins, Danton prôna la paix et la solidarité à une époque où les nouveaux dirigeants de la France préféraient la Terreur. Il meurt guillotiné à Paris le 5 avril 1794.
Voir aussi : Révolution française - Robespierre - Histoire de la Terreur - Danton - Girondins - Histoire de la Politique

1760
10 mai

Naissance de Rouget de l'Isle


Rouget de l'Isle naît le 10 mai 1760 à Lons-le-Saunier. Cet officier du génie, également auteur dramatique, reste célèbre pour avoir composé ce qui est aujou d'hui l'hymne national français, "La Marseillaise", tiré d'un autre chant, "Chant de guerre pour l'armée du Rhin". Emprisonné sous la Terreur pour royalisme, il tente de faire son retour, sans succès, sous la Restauration, et finit sa vie le 26 juin 1836, dans une situation précaire.
Voir aussi : Dossier histoire de la Restauration - Histoire de la Terreur - Génie - Histoire de la Politique

1763
21 janvier

Naissance d'Augustin Robespierre, frère cadet de Maximilien


L'homme politique français Augustin Bon Joseph de Robespierre, né à Arras (Pas-de-Calais) est le frère cadet de Maximilien (1757-1794), dit également Robespierre le jeune. D'une fratrie de cinq enfants, issue de la petite bourgeoisie, avocat comme son aîné, il le rejoignit après les journées révolutionnaires du 10 août 1792. Siégeant ainsi à la Convention en tant que député de Paris (1792-94), au sein des « Montagnards », il accompagna la dictature jacobine, prônée par le Comité de salut public de Saint-Just (1767-1794) et de Maximilien, qui promulgua la Terreur (juin 1793-juin 1794). Partageant le sort de son frère, il fut guillotiné dans la journée du 10 Thermidor an II (28 juillet 1794), avec 21 autres condamnés, sur la place de la Révolution.
Voir aussi : Révolution française - Histoire de la Terreur - Histoire de la Guillotine - Comité de Salut public - Saint-Just - Histoire de la Politique

1763
23 juin

Naissance de Joséphine de Beauharnais, impératrice des Français


Marie-Josèphe Rose Tasler de la Pagerie, future Joséphine de Beauharnais, naît aux Trois-Ilets (Martinique).Veuve du vicomte de Beauharnais, passé sur l'échafaud sous la Terreur (1794), et dont elle a eu deux enfants, c'est sous l'entremise du vicomte de Barras qu'elle rencontre Bonaparte l'année suivante, lequel s'en éprend aussitôt pour l'épouser le 9 mars 1796. D'une grande influence sur Napoléon Ier (1769-1821), elle devient impératrice des Français en 1804, mais fut néanmoins répudiée en 1809, faute d'avoir pu lui donner d'héritier. Elle se réfugia alors à Malmaison, où elle mourut en 1814.
Voir aussi : Révolution française - Histoire de la Terreur - Napoléon Ier - Histoire de la Martinique - Barras - Histoire de la Politique

1766
1 janvier

Naissance d'Antoine-Vincent Arnault


Antoine-Vincent Arnault, homme politique et écrivain français, naît le 1er janvier 1766 à Paris. Après des études de droit, il se passionne pour la poésie. Exilé en Angleterre sous la Terreur, il rentre en France un peu après et se lie d'amitié avec Napoléon. Radié de l'Académie française en 1816, il retrouve son poste en 1829. Mort le 16 septembre 1834, on lui doit "Blanche et Montcassin, ou Les Vénitiens".
Voir aussi : Napoléon - écrivain - Histoire de l'Académie Française - Histoire de la Terreur - Histoire de la Politique

1793
31 mai

Les Girondins renversés par les Montagnards


A l'appel de Robespierre, des sans-culottes parisiens guidés par Varlet et Roux, chef de fil des Enragés, encerclent la Convention et réclament la mise en accusation des députés de la Gironde qui gouvernent le pays. Ils leur reprochent leur incapacité à faire face à l'invasion étrangère et les soupçonnent de préparer le retour de la monarchie. Le 2 juin, les 25 députés girondins seront arrêtés et envoyés à la guillotine. A la faveur de ce Coup d'Etat parisien, les députés de la Montagne prendront le pouvoir et installeront la Grande Terreur.
Voir aussi : Dossier histoire de la Guerre de Vendée - Robespierre - Histoire de la Terreur - Girondins - Histoire des Montagnards - Histoire de la Révolution

1793
13 juillet

Assassinat de Marat


Charlotte Corday qui fréquente les milieux Girondins de Caen, se rend à Paris et obtient une entrevue avec le conventionnel Jean-Paul Marat. Le Montagnard la reçoit dans son bain. Pour la jeune femme, Marat est le principal responsable de l'élimination des Girondins et de l'instauration de "la Terreur" en France. Elle le poignarde dans sa baignoire. "L'Ami du peuple" expirera quelques heures plus tard. Charlotte Corday sera arrêtée et condamnée à mort par le Tribunal révolutionnaire.
Voir aussi : Assassinat - Histoire de la Terreur - Marat - Charlotte Corday - Histoire de la Révolution

1793
17 septembre

La Terreur vote la "Loi des suspects"


Suite à l'instauration de la Terreur le 5 septembre, les Montagnards mettent en place un système visant à arrêter le maximum de contre-révolutionnaires. Cette loi leur permet de rendre les procédures judiciaires plus expéditives et d'élargir les catégories de crimes contre-révolutionnaires. Sont ainsi désignés "suspects", "ceux qui par leur conduite, leurs relations, leurs propos ou leurs écrits se sont montrés partisans de la tyrannie, du fédéralisme et ennemis de la liberté ; ceux qui ne pourront justifier de leurs moyens d'existence et de l'acquit de leurs devoirs civiques ; ceux qui n'auront pu obtenir de certificat de civisme ; les ci-devant nobles qui n'ont pas constamment manifesté leur attachement à la Révolution, les émigrés, même s'ils sont rentrés, les prévenus de délits, même acquittés (...)". L'application de ce texte prendra fin après la chute de Robespierre le 9 thermidor an II (27 juillet 1794).
Voir aussi : Dossier histoire de la Guerre de Vendée - Robespierre - Histoire de la Terreur - Histoire des Montagnards - Histoire de la Loi des suspects - Histoire de la Révolution

1793
10 octobre

Saint-Just déclare la Convention


La Convention provisoire vote un décret selon lequel "le gouvernement de la France sera révolutionnaire jusqu'à la paix". A l'instigation de Louis-Antoine Saint-Just, âgé de 27 ans, cette loi accentue la Terreur inaugurée par les massacres de septembre 1792. Accusé de corruption et de laxisme, le conseil exécutif est placé sous la surveillance de la Convention selon le principe révolutionnaire 'Il est impossible que les lois révolutionnaires soient exécutées si le gouvernement lui-même n'est constitué révolutionnairement".
Voir aussi : Histoire de la Convention - Histoire de la Terreur - Saint-Just - Histoire de la Révolution

1794
21 janvier

Les colonnes infernales de Turreau fondent sur la Vendée


Après la dislocation de l’armée vendéenne à Savenay, la Convention décide de poursuivre la "pacification" de la Vendée. Le soutien apporté à la contre-révolution par la population ayant été puissant, Robespierre et son gouvernement souhaitent appliquer jusqu’au bout leur résolution du 1er août, prônant des mesures extrêmes pour détruire la rébellion : destruction des récoltes et des villages, exécution des suspects, confiscation du bétail. Turreau va mettre en œuvre avec application cette politique de la terre brûlée. Seules quelques villes d’importance doivent être épargnées, le reste peut être rasé… Pendant près de cinq mois, les colonnes infernales vont multiplier exactions et massacres.
Voir aussi : Histoire de la Convention - Dossier histoire de la Guerre de Vendée - Robespierre - Histoire de la Terreur - Histoire de la Révolution

1794
7 mai

Le culte de l'Etre suprême


La Convention crée par décret une nouvelle religion : le culte de l'Etre suprême. C'est Robespierre, inspiré par les idées des philosophes du XVIIIème siècle, qui fait adopter ce culte. Il y voit un fondement métaphysique des idéaux républicains. Mais la fête de l'Etre suprême mécontente les Montagnards et n'intéresse pas le peuple. Robespierre, à l'origine de la Terreur, sera guillotiné le 28 juillet 1794.
Voir aussi : Histoire de la Convention - Robespierre - Histoire de la Terreur - Histoire de la Révolution

1794
10 juin

La Convention décrète la Terreur


La Terreur, la répression révolutionnaire qui commença avec la création du Tribunal d'exception et des comités de surveillance en mars 1793, se durcit avec la loi du 22 prairial an II. Celle-ci supprime la défense et l'interrogatoire préalable des accusés, ne laissant au tribunal que le choix entre l'acquittement et la mort. En juillet, les députés craignant d'être à leur tour victimes de la Terreur, feront arrêter Robespierre et ses partisans. En octobre 1795, la Convention sera dissoute et laissera place au Directoire.
Voir aussi : Histoire de la Convention - Robespierre - Histoire de la Terreur - Histoire de la Révolution

1794
27 juillet

Fin de la Terreur


A la tribune de la Convention, Maximilien Robespierre se fait huer du haut des gradins aux cris de "A bas le tyran !". Ses opposants lui reprochent d'avoir instauré la loi du 22 prairial (10 juin) qui met en place la "Grande Terreur" et d'avoir organisé un système d'espionnage des députés. La grande majorité des conventionnels rejoint le mouvement. Robespierre "l'Incorruptible" et Saint-Just "l'Archange de la Terreur", Couthon, Robespierre jeune, frère de Maximilien, ainsi qu'une vingtaine d'autres jacobins seront exécutés le lendemain sans avoir été jugés. La Convention fait fermer le club des Jacobins et instaure la République thermidorienne.
Voir aussi : Histoire de la Convention - Robespierre - Histoire de la Terreur - Histoire de la Révolution

1834
8 octobre

Mort de François-Adrien Boieldieu, compositeur français


François-Adrien Boieldieu était un compositeur né en 1775. Il écrivit ses premiers opéras pendant la période de la Terreur et connut un grand succès. Privilégiant les mélodies simples et les instrumentations légères, Boieldieu reçut la Légion d'honneur en 1820, entra à l'Académie des Beaux-Arts de l'Institut de France puis présenta en 1825 son oeuvre la plus connue, "La Dame Blanche". Il mourut en 1834, ruiné par la Révolution de juillet.
Voir aussi : Compositeur - Opéra - Histoire de la Terreur - Histoire des Décès









RECHERCHE
Mot-clé
Un jour
Année  Ex : 1959
Pays
Thèmes


Top des recherches  Recherche avancée
Les grandes rubriques
Art
Economie
Grandes aventures et découvertes
Grandes périodes historiques
Guerres
Médias
Politique
Religions
Rois de France
Sciences et techniques
Société
Sports
L'ACTUALITE EN DIRECT
En images
» Monde Le verdict contre les Pussy Riot sévèrement jugé par les Occidentaux
» France France: Deschamps n'a pas encore dévoilé son jeu

Sondage

Quel est votre roi de France préféré ?

Tous les sondages

Témoignages

Vous êtes fasciné par l'histoire d'un pays ?

Russie impériale ou soviétique, Chine ancestrale ou maoïste, Égypte pharaonique ou contemporaine, Pérou des incas ou des Espagnols... Vous êtes fasciné par l'histoire d'un pays ? Partagez cet intérêt avec les lecteurs de L'Internaute.

Participez | Premiers témoignages | 21 contributions

Vos images anciennes des bains de mer

Participez | Premiers témoignages | 6 contributions

Quel monument historique vous impressionne le plus ?

Participez | Premiers témoignages | 33 contributions

Histoire : tous les témoignages