L'Internaute > Histoire > Dossier histoire de la Reconquista
Dossier histoire de la Reconquista
© Roger-Viollet

Histoire de la Reconquista

SommaireEn DétailFriseDates

  En Détail  

La Reconquista, ou Reconquête, désigne les siècles de luttes entreprises par les chrétiens espagnols contre les musulmans pour reconquérir le territoire. En effet, au VIIIème siècle, l’Espagne wisigothique est envahie par les Maures d’Afrique du Nord, qui conquièrent la quasi-totalité de la péninsule. Les quelques bastions chrétiens qui résistent dans le nord montagneux ne tarderont pas à prendre les armes, étendant progressivement leurs frontières vers le sud. Il est fort probable que ces territoires épargnés aient permis de préserver, dans l’esprit des chrétiens, un fort sentiment de légitimité sur l’ancien royaume wisigothique. La Reconquista se prolongera jusqu’en 1492, date à laquelle les Rois Catholiques s’empareront de Grenade. Cette longue période de l’histoire espagnole ne manquera pas de marquer profondément le pays, tant sur le plan politique, social que culturel.

La fin des Wisigoths et l’invasion maure

Depuis le Vème siècle, la péninsule ibérique est occupée par les Wisigoths, peuple germanique qui, au service de l’empereur Honorius, a chassé du territoire les Vandales, les Alains et les Suèves (412). Le centre de leur royaume reste toutefois l’Aquitaine, jusqu’à ce que Clovis parvienne à les chasser en 507. Les Wisigoths se replient alors en Espagne et installent leur capitale à Tolède en 554. Mais après avoir unifié le royaume et instauré le catholicisme, les Wisigoths connaissent des crises successorales et un certain déclin économique qui aboutissent à l’invasion musulmane.

En 711, le lieutenant berbère Tarik franchit le détroit de Gibraltar avec ses troupes et inflige une cuisante défaite au dernier roi wisigoth, Rodrigue. Les musulmans ne tardent pas à conquérir toute la péninsule, à l’exception des régions montagneuses du Nord (monts Cantabriques et Pyrénées occidentales).

L’Espagne musulmane et les premières résistances chrétiennes

Le premier épisode de résistance connu se déroule vers 722, date à laquelle Pélage, un descendant des rois wisigoths, forme un royaume dans les Asturies et prend les armes. La bataille qui se déroule alors à Cavadonga se clôt sur la défaite des Maures. Cette première victoire chrétienne est considérée comme le point de départ de la Reconquista.

L’épisode n’empêche pas le royaume musulman de s’enraciner davantage. En 756, l’omeyyade Abd al-Rahman se proclame émir de Cordoue et rompt ainsi avec le califat de Damas. Toutefois, l’unification des territoires musulmans ne se concrétise qu’en 929, lorsque Abd-el Rahman III fait de l’émirat de Cordoue un califat. Le territoire connaît alors une grande prospérité tant intellectuelle, artistique qu’économique.

Les royaumes chrétiens d’Espagne

Mais les chrétiens sont sortis des montagnes. Le gendre de Pélage, Alphonse, a conquis une grande partie de la Galice et du León. Sous le règne d’Alphonse III (866-910), les frontières du royaume des Asturies sont poussées jusqu’au fleuve du Douro, tandis que la capitale, jusque-là située à Oviedo, est installée à León. À sa mort, ses fils se partageront les terres.

Ailleurs, la résistance chrétienne donne naissance à d’autres royaumes, comme celui de Navarre formé en 830. Rassemblés sous la couronne de Sanche le Grand, roi de Navarre (1000-1035), tous ces territoires sont à nouveau morcelés par un partage successoral entre les fils de ce dernier. Les régions chrétiennes se composent alors des royaumes de León, de Navarre, de Castille et d’Aragon.

Divisée, l’Espagne chrétienne n’est alors pas en position de force face aux Maures. En effet, certains royaumes se combattent les uns les autres et quelques rois n’hésitent pas à s’allier avec les musulmans pour préserver leurs intérêts.

Les grands pas de la Reconquista

Au début du XIème siècle, la situation s’inverse. Le califat de Cordoue se morcelle en différentes petites principautés maures indépendantes, appelées "royaumes de Taifas". Tandis que la domination maure s’affaiblit, le royaume de Castille devient particulièrement puissant avec l’annexion du León en 1037, sous Ferdinand Ier. Les conditions sont donc réunies pour faciliter la conquête du territoire par les chrétiens espagnols. D’autant plus que le pèlerinage de Compostelle ouvre le territoire chrétien au reste de l’Europe et leur apporte le soutien du pape et de la noblesse étrangère.

C’est ainsi que le roi de Castille Alphonse VI, accompagné de quelques chevaliers français, se lance à l’assaut des Maures et parvient à s’emparer de Tolède en 1085. Face à l’ampleur de la progression, les princes musulmans des royaumes de Taifas appellent à l’aide les Almoravides, une dynastie berbère installée en Afrique du Nord. L’intervention de ces derniers aboutira à deux grandes défaites d’Alphonse VI, en 1086 et en 1108. Mais ces nouveaux occupants s’efforcent avant tout de réunifier les territoires sous domination musulmane et se préoccupent peu des royaumes chrétiens.

Après la prise de Valence par Rodrigo Díaz, dit le Cid Campeador, en 1094, il faut attendre 1118 pour que la Reconquête chrétienne prenne un nouvel élan : Alphonse Ier le Batailleur, roi d’Aragon, multiplie les combats contre les Maures et parvient à s’emparer de Saragosse, qu’il érige immédiatement en capitale.

Une véritable croisade contre les Maures

Au milieu du XIIème siècle, les Almoravides sont supplantés par la dynastie almohade en Afrique du Nord. Ces musulmans réformateurs imposent alors leur domination sur les territoires maures espagnols. Irrémédiablement, les heurts avec les chrétiens ne tardent pas à se produire. Le plus violent d’entre eux se déroule à Alarcos en 1195, contre le roi de Castille Alphonse VIII, lequel essuie une terrible défaite.

Mais cet épisode a des conséquences plutôt positives pour les chrétiens, qui, pour la première fois, décident d’unir leurs forces contre la présence musulmane. Cette union, à laquelle s’ajoute le soutien de l’énergique pape Innocent III, aboutit à l’éclatante victoire de la bataille de Las Navas de Tolosa en 1212. La puissance almohade ne se relèvera pas d’une telle défaite et les années suivantes seront marquées par les prises de Cordoue, de Valence et de Séville. À la fin du XIIIème siècle, les musulmans n’occuperont plus que le royaume de Grenade.

Une Espagne chrétienne qui se reconstruit

Jamais véritablement unie au cours de la Reconquista, l’Espagne chrétienne de la fin du XIIIème siècle se construit progressivement. Le Portugal, qui s’est rendu indépendant du León en 1139, ne sera plus rattaché à l’Espagne. La Castille et l’Aragon restent les deux plus grands royaumes issus de la Reconquista.

Sur le plan social, les différentes classes sont profondément marquées par ces siècles de reconquête. La noblesse espagnole se veut guerrière, fière, assoiffée d’indépendance tout en faisant preuve de tolérance ; le clergé dynamique voit comme une nécessité le fait de défendre la religion par la force ; et une communauté de petits propriétaires, à qui les souverains ont attribué des fueros, garanties et avantages offerts pour faciliter le repeuplement, défendront longtemps et ardemment leurs privilèges. Par ailleurs, les populations musulmanes et juives ne sont pas chassées du territoire et cohabitent avec les chrétiens.

Cette coexistence favorise l’échange culturel. En effet, les grandes œuvres et pensées sont traduites par les uns et les autres, circulent et deviennent ainsi plus accessibles. C’est le cas par exemple de certains ouvrages d’Aristote ou d’Averroès.

Toutefois, jusqu’au XVème siècle, la péninsule connaîtra plusieurs crises intérieures liées aux successions ou aux mésententes entre la royauté et la noblesse. Les siècles de Reconquête ont en effet abouti à une Espagne politiquement divisée, qui ne sera unifiée qu’avec le mariage de Ferdinand V d’Aragon et d’Isabelle de Castille en 1469. Tant politique que religieuse, l’unification du pays aboutira finalement à la prise de Grenade en 1492, marquant ainsi la fin de la domination musulmane sur la péninsule.

L’Espagne reste profondément marquée par ces sept siècles de combats sporadiques. La durée considérable de la Reconquista et cette irrégularité dans les combats s’expliquent notamment par la division des territoires chrétiens, dont les royaumes arrivent parfois à se combattre les uns les autres. Ce n’est qu’au cours du XIIème siècle que la Reconquête prend réellement des allures de croisade contre la présence musulmane. Après avoir encouragé l’unité religieuse du pays autour du catholicisme, la Reconquista s’achève finalement avec l’unification politique, réalisée au XVème siècle par les Rois Catholiques. 



La Reconquista : Sommaire

La Reconquista : Frise


 
  Envoyer à un ami |  Imprimer  
 







Voir un exemple

Voir un exemple


RECHERCHE
Mot-clé
Un jour
Année  Ex : 1959
Pays
Thèmes


Top des recherches  Recherche avancée
L'ACTUALITE EN DIRECT
En images
» Monde Le verdict contre les Pussy Riot sévèrement jugé par les Occidentaux
» France France: Deschamps n'a pas encore dévoilé son jeu

Témoignages

Vous êtes fasciné par l'histoire d'un pays ?

Russie impériale ou soviétique, Chine ancestrale ou maoïste, Égypte pharaonique ou contemporaine, Pérou des incas ou des Espagnols... Vous êtes fasciné par l'histoire d'un pays ? Partagez cet intérêt avec les lecteurs de L'Internaute.

Participez | Premiers témoignages | 24 contributions

Vos images anciennes des bains de mer

Participez | Premiers témoignages | 6 contributions

Quel monument historique vous impressionne le plus ?

Participez | Premiers témoignages | 34 contributions

Histoire : tous les témoignages