La saga Lip

En savoir plus

Sujet illustré

Plusieurs documentaires ont été réalisés au sujet de ce mouvement social, dont celui de Christian Rouaud, "Les Lip : l'imagination au pouvoir".

Le film donne à voir et à entendre les hommes et les femmes qui ont mené la grève ouvrière la plus emblématique de l'après 68, celle des usines Lip à Besançon. Un mouvement de lutte incroyable, qui a duré plusieurs années, mobilisé des foules entières en France et en Europe. Des récits entrecroisés, des portraits, une histoire collective, pour essayer de comprendre pourquoi cette grève porta l'espoir et les rêves de toute une génération.

 

Manfestation
 
La marche en action Photo © Pierre Grise Distribution
 

Lip et la résistance ouvrière

En 1973, Lip est au bord du gouffre. Lors de la réunion d'un Comité d'Entreprise extraordinaire, des ouvriers découvrent par hasard que l'actionnaire majoritaire de l'usine, Ebauches SA, compte réduire les effectifs de façon drastique. Les ateliers sont occupés par les salariés sur le champ. Pendant la nuit du 12 juin 1973, ils saisissent 65 000 montres et les cachent. L'occupation continue, d'énormes manifestations sont organisées à Besançon (dont "la marche des 100 000"). Les Lip, comme on les appelle, décident de s'assurer un salaire avec le slogan : "C'est possible, on fabrique, on vend, on se paie" et reprennent la fabrication des montres sur un mode autogestionnaire.

"C'est possible, on fabrique, on vend, on se paie"

En 1974, des accords sont signés. La Compagnie européenne d'horlogerie, dirigée par Claude Neuschwander, reprend alors les activités. 850 ouvriers doivent être réembauchés et la grève prend fin.

Pourtant les difficultés continuent et Claude Neuschwander démissionne deux ans plus tard. L'autogestion par les ouvriers reprend, mais la société est liquidée en 1977. L'usine se transforme alors en six coopératives, Les Industries de Palente, dont les initiales sonnent toujours "LIP".

La renaissance

En 1984, Kiplé reprend la marque, qui sera une nouvelle fois en liquidation en 1990. La même année, le groupe Sensemat rachète Lip et s'installe dans le Gers. La nouvelle politique de marketing qu'il insuffle à la marque redonne vie à Lip. Les ventes se développent par l'intermédiaire de montres cadeaux avec la grande presse nationale, la grande distribution et la vente par correspondance. La montre de Charles de Gaulle est rééditée et offerte au président Bill Clinton. L'image de la marque renaît.

En 2002, le groupe confie la licence internationale de la marque à son ancien directeur général, Jean-Luc Bernerd, aujourd'hui PDG de la Manufacture Générale Horlogère.

 

En savoir plus

"Les Lips, l'imagination au pouvoir", documentaire de Christian Rouaud.
Voir le site du film

"Lip, le rêve et l'histoire", documentaire d'Isabelle Brunnarius et Bertrand Gauthier

"Des heures à conter", de Marie-Pia Auschitzky-Coustan, éditions Libris, 1999.

"Les paroissiens de Palente", roman de Maurice Clavel, Grasset, 1974.


Magazine Homme Envoyer Imprimer Haut de page

Votre avis sur cette publicité

Sondage

Possédez-vous une tablette tactile ?

Tous les sondages