Comment lutter contre la transpiration et les mauvaises odeurs ?

Comment lutter contre la transpiration et les mauvaises odeurs ? Comment éviter les auréoles sous les aisselles ainsi que les mauvaises odeurs lorsqu'il fait chaud ? Il y a le déodorant, mais aussi d'autres astuces. On vous les révèle.

La transpiration est un phénomène physiologique normal, qui concerne tout le monde. Il permet de réguler et de maintenir la température du corps à 37°C. Un être humain évacue environ 1 litre de sueur par jour. Ce chiffre peut monter jusqu'à 10 litres en fonction du degré de stress, de la température extérieure ou encore de l'activité physique exercée. Le problème de cette sudation, c'est que l'odeur dégagée est souvent malodorante voire gênante. La sueur en elle-même ne sent rien, c'est son contact prolongé avec la peau qui lui donne cette odeur nauséabonde. En effet, les millions de micro bactéries qui se développent sur les zones humides de notre corps, se nourrissent de cette sueur créant ainsi les mauvaises odeurs. Voici des solutions pour lutter contre les auréoles disgracieuses...

S'habiller et s'aérer

Une des premières choses à faire lorsque vous commencez à transpirer, c'est de refroidir votre corps. Les ventilateurs ou les éventails peuvent faire l'affaire. Afin d'améliorer la ventilation de votre corps, la meilleure solution est de s'habiller en fonction de la température extérieure. Des vêtements légers et amples offrent une meilleure aération et donc une meilleure régulation de la température corporelle. 
Préférez le coton, la laine ou le lin et évitez au maximum les matières synthétiques, qui ont tendance à contenir la chaleur entre votre peau et le tissu.

Avoir une hygiène impeccable

On le dit déjà bien assez souvent mais l'hygiène est extrêmement importante. Elle attaque le problème des mauvaises odeurs à la source, en supprimant les bactéries responsables de celles-ci. Voici quelques conseils pour une hygiène optimale : 

  • prenez une douche une fois par jour. Prendre une douche après une activité sportive permet de limiter la prolifération des bactéries
  • lavez-vous les mains régulièrement, avant chaque repas et après être passé aux toilettes
  • séchez-vous bien la peau, les bactéries prolifèrent plus rapidement dans les zones humides
  • Si l'hygiène ne suffit pas, rasez-vous ou épilez-vous. En effet, les poils sont aussi des nids à bactéries !

Bien manger

Certains aliments donnent des odeurs encore plus fortes à la sueur. C'est le cas de l'ail, des oignons et des épices. D'autres comme les agrumes limitent le développement des bactéries. Véritable remède écolo, il vous suffit de passer un demi citron ou une mandarine sous le bras pour neutraliser les mauvaises odeurs. Autre conseil : ne buvez ni trop froid, ni trop chaud. Cela dérègle le corps, ce qui a tendance à donner le résultat opposé à celui recherché. Préférez plutôt des boissons tièdes. Ce conseil ne s'applique absolument pas, bien entendu, pour la bière... Le café, l'alcool et le tabac favorisent également la transpiration. Il est donc conseillé de les limiter en cas de grande chaleur.

Utiliser du déodorant ou un anti-transpirant

Le déodorant ne lutte pas contre la transpiration mais, comme son nom l'indique, contre les mauvaises odeurs. Privilégiez les sticks qui durent plus longtemps que les sprays. 

Les anti-transpirants, quant à eux, ont pour but de limiter la transpiration. Ils resserrent les pores de la peau et empêchent l'évacuation de la chaleur. Ils sont bien plus efficaces que les déodorants. Malheureusement, comme bon nombre de produits efficaces, ils possèdent leur côté obscur... De nombreuses controverses donneraient aux anti-transpirants des risques de cancers, en raison des substances qu'ils contiennent. L'Agence Française de Sécurité Sanitaire (l'Afssaps) a publié un rapport en octobre 2011 concernant l'évaluation du risque lié à l'utilisation de l'aluminium dans les produits cosmétiques. L'organisme y recommande une restriction de la concentration en aluminium à 0,6 % dans les produits déodorants et anti-transpirants et de ne pas s'en servir sur une peau épilée ou rasée pouvant présentée de micro-lésions, par principe de précaution. En effet, il n'a pas été possible de dresser une liste des risques sanitaires liés à l'utilisation de sels d'aluminium, mais il n'est pas exclu que cela puisse avoir un rapport avec certains cancers et la maladie d'Alzheimer. Les industriels n'appliquent pas la recommandation de l'Afssaps pour l'instant, il ne vous reste plus qu'à être vigilant sur la composition des produits. Nous rappelons par la même occasion que la pierre d'alun, souvent citée comme déodorant naturel, est composée d'alun de potassium soit... du sel d'aluminium à 100 %.

Se relaxer

Le stress est un élément favorisant la transpiration. Si vous êtes sujet à ce genre de situation, apprenez à gérer vos émotions. Calmez-vous et relaxez-vous !

Opter pour des solutions plus radicales

Si ces conseils ne fonctionnent toujours pas pour vous et que la transpiration excessive devient handicapante (on parle alors d'hypersudation), des solutions plutôt radicales peuvent être envisagées. 

  • L'ionophorèse : Utile contre la transpiration excessive des pieds ou des mains, l'ionophorèse consiste à ioniser votre peau par le biais d'impulsions électriques faibles. Il vous suffit de plonger vos mains ou vos pieds dans une bassine d'eau ionisée qui enverra de petits courants électriques pendant 20 minutes et ce, trois fois par semaine. C'est la solution la moins coûteuse et la moins risquée. Malheureusement, tout arrêt prolongé du traitement entraîne à nouveau une hypersudation.
  •  Le botox : Et oui, le botox n'a pas que des "vertus" anti-ride, il est également utilisé pour bloquer les effets de la transpiration sur la peau. Sans vouloir décourager certaines personnes, les injections sont plutôt douloureuses et ne fonctionnent que quelques mois. Le coût de l'opération n'est pas pris en charge par la sécurité sociale.
  •  La chirurgie : Opération irréversible, la chirurgie est réservée aux cas les plus graves. Cette méthode consiste à sectionner les nerfs commandant la sudation des aisselles. Ce procédé est très controversé et peut s'avérer risqué, provoquant notamment une hypersudation d'une autre partie du corps.

Beauté / Bien-être

Annonces Google