"120, rue de la Gare" de Tardi, d'après Léo Malet

Couverture de 120, rue de la Gare © Casterman

Fiat Lux

 L'histoire : Nestor Burma, revenu de captivité, croise à la gare de Lyon Perrache, un ancien ami qui, avant de mourir assassiné, lui crie "120 rue de la Gare". C'est le début d'une énigme complexe et captivante.

 Pourquoi est-ce une BD marquante ? Tardi est d'abord un des plus grands auteurs de BD contemporain (C'était la guerre des tranchées, la série Adèle Blanc-Sec...), et cette adaptation de Léo Malet, loin d'être mineure, est la quintessence de son style alliant décors ultra-fouillés et simplicité des traits des personnages.

 

Suggestions de contenus