L’histoire au cœur de la cité

En travaux pendant quinze ans (de 1989 à 2007), le château des ducs de Bretagne a fait peau neuve et renferme aujourd’hui un musée d’Histoire des plus modernes à la scénographie très soignée.
Ce grand projet est le fruit d’une longue réflexion culturelle destinée à mettre l’histoire de la cité à la portée de tous, petits et grands, nantais et étrangers. Et, le résultat dépasse toutes les espérances.
Il s’agit, en effet, d’une rencontre réussie entre un édifice urbain symbolique et séculaire, d’une part, et une collection constituée tout au long du XXe siècle, d’autre part.

Histoire du château des Ducs de Bretagne

Les premières traces du château remontent au XIIIe siècle. Mais ça n’est qu’à partir du 15ème siècle qu’a été construit l’actuel édifice. François II, dernier duc de la Bretagne indépendante, sera à l’origine de la construction de ce château, destiné à une double vocation. En effet, il devait à la fois servir de résidence ducale et de forteresse militaire.

Après la mort du Duc, sa fille Anne de Bretagne – deux fois reine de France suite à ses mariages avec Charles VII et Louis XII – continuera d’agrandir l’édifice. Aussi, après le rattachement de la Bretagne à la France en 1532, le château des ducs de Bretagne deviendra la résidence bretonne de tous les souverains français et ce jusqu’au XVIIe siècle.

Après cela, le château sera utilisé comme prison et caserne militaire. Il obtiendra son titre de Monument historique en 1862, sera racheté à l’Etat par la ville de Nantes et 1915 et sera le siège d’un musée municipal à partir de 1924.

Dans les années 1980, compte tenu de la vétusté des lieux et du manque de cohérence de la présentation des collections du musée, un projet de rénovation sera entrepris.

Visite du musée d’histoire

La visite du château s’articule autour de quatre parcours de découverte : trois parcours en extérieurs – les douves, la cour, les remparts – et le parcours muséographique.

Le jardin des douves, totalement repensé, promet quelques balades hors du temps.

Depuis la cour, on bénéficie d’un panorama sur tous les bâtiments constituant le château à commencer par le Grand Logis. Les pierres ont été blanchies – un peu trop selon l’avis de certains. Les douves ont par ailleurs été assainies puis, en partie, remplies d’eau ou bien réaménagées en jardin.

Les 500 mètres du chemin de rondes des remparts – pour la première fois accessibles au public – permettent de bénéficier de différents points de vue sur le château et la ville.

Le musée offre un bien bel aperçu de l’histoire de Nantes au travers 7 séquences et 32 salles à la muséographie résolument contemporaine. Ce parcours chronologique et thématique entraîne ainsi petits et grands à la découverte de tous les faits historiques qui ont façonné la ville de Nantes que l’on connaît aujourd’hui. Et, quelque soit la période décrite, les collections sont accompagnées de cartes en relief, de bornes interactives ou encore de grands livres d’or explicatifs.

Tout débute par l’évocation de la naissance de Nantes en tant que ville marchande. C’est ici que sont présentés le château, les ducs de Bretagne – Anne de Bretagne notamment – et la Nantes médiévale plus généralement.

Plus géographique que chronologique, la seconde séquence expose la topographie de Nantes – ville de fleuve et d’estuaire. Il est ainsi possible de visualiser des plans de la ville et de l’estuaire de la Loire, au 18ème, au 19ème siècle et de nos jours. Y sont également exposés des tableaux de Turner, peintre anglais venu s’installer à Nantes.

La thématique suivante, le Négoce et l’Or noir, aborde le sujet sensible du passé esclavagiste de Nantes. Sont aussi bien exposés du mobilier de riches négociants que des instruments de torture utilisés sur les esclaves Africains.

Vient ensuite la Nantes révolutionnaire, notamment au travers d’une évocation de la terreur nantaise.

La cinquième séquence présente les activités portuaires et industrielles de Nantes, au travers de maquettes, de tableaux et autres plans.

Puis, des éléments relatifs à l'urbanisation de la ville après-guerre ainsi qu'aux conflits sociaux liés au déclin industriel alimentent la sixième et avant-dernière séquence. On relèvera notamment des cartes indiquant les travaux de comblement de l’Erdre, une maquette du fameux pont Transbordeur ou encore des extraits de film de Jacques Demy.

Les dernières salles du musée sont consacrées à la Nantes contemporaine, sa métropole d’aujourd’hui et de demain. Périodiquement, tous les deux à trois ans, un artiste sera choisi pour donner sa propre vision et représentation de l’histoire de Nantes.
Pierrick Sorin, vidéaste nantais, ouvre le bal avec une projection à 180° où défilent différents symboles de l’histoire nantaise incarnés par le seul et même personnage déguisé et mis en scène de différentes manières.
 Suite : les photos du musée
7 avis sur ce musée
L'avis de  Gérard Guillard (Nantes) :  Disparition du musée d'art populaire 
En bref : Je ne ferais pas éloge du musée. Il y a plein de salles vides que l'on ne peut visiter vous auriez pu mettre en évidence l'architecture.
J'ai regretté : J'ai regretté : La disparition du  musée d’art populaire de Bretagne, magnifique collection permanente nantaise. C’était je pense ce qu’il y a de plus remarquable à Nantes. Il était installé dans le bâtiment dit « Grand Gouvernement » au Château et se consacre au folklore des cinq départements bretons. Vous imaginerez bien au premier étage, la première salle contenait une documentation concernant l’habitat rural avec des maquettes de maisons et des scènes de la vie d’autrefois. Le premier étage est le lieu d’exposition des objets issus de l’habitat rural avec des maquettes de maison ouvertes dans lesquelles sont montrés  des objets historiques découverts dans l’Ancienne cité ducale. Le deuxième étage exposait des collections de costumes dont la classification est faite avec le plus grand soin. On trouve méthodiquement présentée toute l’histoire du costume breton. : Vêtements, coiffes et objets de parure. En particulier une superbe seconde salle est entièrement affectée à cette présentation de la variété des costumes de l’homme et de la femme.
J'ai aimé : La disparition des pièces d'art populaire breton.
 
L'avis de  Hammond Didier (Nantes) :  Disparition du musée d'art populaire du chateau 
En bref : En visitant ce musée, les visiteurs avait l’occasion de
découvrir de patrimoine culturel matériel et immatériel de Nantes, de mieux
comprendre les traditions historiques, ainsi que la fierté nantaise.

Le Musée de Nantes aurait pu devenir  une destination attirante pour les touristes
français et étrangers. Mais l’homme nouveau, le ligérien, adepte de l’hygiène
et de la propreté n’aime pas qu’on rappelle qu’ici vivaient des bretons
ombrageux et méfiants. Alors on a retiré les collections du musée et on peut
voir maintenant les  engins de l’Ile , la
grande girafe…
J'ai regretté : La disparition du  musée d’art populaire de Bretagne, magnifique collection permanente nantaise .


C’était je pense ce qu’il y a de plus remarquable à Nantes. Il
était installé dans le bâtiment dit « Grand Gouvernement » au Château
et se consacre au folklore des cinq départements bretons.

Vous imaginerez bien au premier étage, la première salle
contenait une documentation concernant l’habitat rural avec des maquettes de
maisons et des scènes de la vie d’autrefois.

Le premier étage est le lieu d’exposition des objets issus de
l’habitat rural avec des maquettes de maison ouvertes dans lesquelles sont
montrés  des objets historiques
découverts dans l’Ancienne cité ducale.



Le deuxième étage exposait des collections de costumes dont la classification est
faite avec le plus grand soin. On trouve méthodiquement présentée toute
l’histoire du costume breton. : Vêtements, coiffes et objets de parure. En
particulier une superbe  seconde salle
est entièrement affectée à  cette
présentation de la variété des costumes de l’homme et de la femme.

 
J'ai aimé : Belle restauration
 
L'avis de  Annick Genin (Lyon) :  il est impressionnant  ****
En bref : A voir absolument !
J'ai regretté : Je n'ai pas eu le temps de visiter l'intérieur car nous étions un groupe et malheureusement le temps pressait mais je reviendrai...
J'ai aimé : j'ai visité Nantes au mois de mai dernier et moi qui adore les châteaux et l'histoire de France j'ai vraiment adoré. Il est très impressionnant et très beau.
Lui écrire
 
Donnez votre avis | Voir tous les avis 
Adresse Place Marc Elder
44000 NANTES
Tel 02 51 17 49 00
Email musee.chateau@chateau-nantes.fr
Site www.chateau-nantes.fr
Tarifs Plein tarif : 5 €
Tarif réduit : 3 € pour les 18-25 ans
Gratuit pour les moins de 18 ans, etc.
Horaires Du 15 mai au 15 septembre :
Site : tous les jours de 9h à 20h
Musée : tous les jours de 9h30 à 19h30
Du 16 septembre au 14 mai :
Site : de 10h à 19h
Musée : tous les jours sauf le mardi, de 10h à 18h
Fermé les 1er janvier, 1er mai, 1er novembre et 25 décembre
  Mise à jour : Février 2016
Adresse : Place Marc Elder , 44000 NANTES

 
Voir tous les articles 
Guide des musées Envoyer Imprimer Haut de page

Annonces Google