Les aventures du célèbre navigateur albigeois

Que vient faire un musée dédié au célèbre navigateur Lapérouse dans une ville où il n’y a pas la mer ? Lapérouse est tout simplement né à Albi avant d’avoir le prestigieux et tragique destin qu’on lui connaît, celui d’avoir explorer le Pacifique Sud au XVIIe siècle, sous le règne de Louis XVI, et d’y avoir péri lors du naufrage de la Boussole en 1788.

Quelques mots sur Lapérouse


Jean-François de Galaup, Comte de Lapérouse, naît le 23 août 1741 dans une famille noble d’Albi. Encouragé par un membre de sa famille, lui-même marin, Lapérouse devient Garde de la Marine à Brest à l’âge de 15 ans. Un an plus tard, il combat les Anglais au large de Quiberon. Puis il passe 5 ans dans l’Océan Indien et participe aux combats de la guerre d’Indépendance américaine jusqu’en 1783.

Et, c’est à partir de 1785, que son destin bascule. Il se décide alors à monter une expédition scientifique dans le Pacifique, sur les traces de Bougainville et de Cook. Lorsque le roi Louis XVI lui confie l’expédition dont il rêve, le navigateur-explorateur peut enfin embarquer sur la Boussole, navire qui le mènera dans les eaux du Pacifique Sud. Pendant deux ans et demi, il va observer la vie des populations locales jusqu’à son naufrage au large de Vanikoro (Salomon Island) estimé en 1788.

La visite du musée


Ouvert en 1988, le musée, qui lui est consacré, présente ses aventures au travers de maquettes, instruments de navigation, armes, uniformes et surtout des vestiges retrouvés sur les lieux de son naufrage au large de l’île Vanikoro (Salomon Island). Plusieurs pièces présentées au musée ont en effet été rapportées par les membres de l’association Salomon Nouméa lors de leurs recherches à Vanikoro en 1999.

L’établissement se divise en trois parties : l’entrée, la salle haute et la salle basse.

Dans l’entrée, on remarque tout d’abord la maquette de l’île Vanikoro, les portraits de Lapérouse et quelques vestiges retrouvés sur les épaves de Vanikoro.

La salle haute évoque la connaissance du monde avant Lapérouse, c'est-à-dire jusqu’à Cook, puis l’après-Lapérouse. C’est ici que l’on peut admirer la plupart des vestiges récupérés pas l’association Salomon Nouméa. Mis en valeur dans un décor de navire, ces objets se composent, entre autres, de porcelaines de Makao en très bon état de conservation. Dans une vitrine, on peut également voir quelques objets fabriqués par les populations du Pacifique Sud.

La salle basse s’attache quant à elle à retracer le voyage d’exploration de Lapérouse, divisé en cinq séquences. Y sont également évoqués sa famille, sa jeunesse à Albi, son goût pour l’herboristerie, l’île de France (Maurice) où il a rencontré sa femme et l’indépendance américaine. On peut aussi y voir des armes, des uniformes ou encore des maquettes de bateau. Enfin, ne manquez pas le tableau le présentant aux côtés de Louis XVI.
 Suite : les photos du musée
2 avis sur ce musée
L'avis de  Nicole Coste (Albi) :  la critique est aisée  ***
En bref : ne serais ce que pour la maquette imposante des lieux du naufrage c'est passionnant
J'ai regretté : la critique dityranbique d Olivier
ce gerçois sait il que dans son département à l'ile jourdain il y a une musée des Cloches...?.fabuleux! tant de curiosités m'ont ravie et enrichie
Nicole  64 ans albi
J'ai aimé : l'évolution de ce musée parti de la volonté du docteur Amalric , ophtalmologiste mondialement connu dans sa spécialité, enrichi au fil des ans  où les visiteurs
peuvent avoir une approche très complète des MARINS EXPLORATEURS de 18eme
 
L'avis de  Olivier Lucas (Goux 32400) :  Musée des erreurs 
En bref : Ce musée est à revoir complètement de façon à coller avec son sujet et à ne pas induire le visiteur non initié en erreur.
J'ai regretté : Ce musée est truffé d'erreurs en ce qui concerne les armes et uniformes présentés. Par exemples :
- sabre d'abordage An IX présenté comme un modèle 1833
- Habit de grande tenue d'époque Restauration surmonté d'un chapeau d'une époque antérieure et orné d'épaulettes vraisemblablement étrangères
- Autre tenue Restauration présentée avec un chapeau Second Empire
De plus, un grand nombre d'objets présentés n'ont strictement rien à voir avec Lapérouse ou son époque, si ce n'est éventuellement la Marine.

Enfin, les livres et les documents proposés à la boutique sont très peu nombreux et parfois sans rapport avec le sujet du musée.
J'ai aimé : Pas grand chose !
 
Adresse 41, rue Porta
81000 ALBI
Tel 05 63 46 01 87
Fax 05 63 46 01 87
Email musee-laperouse.albi@orange.fr
Tarifs Plein tarif : 3 €
Tarif réduit : 2 €
Horaires De mars à juin : tous les jours, sauf le lundi, de 9h à 12h et de 14h à 18h
En juillet et août : du lundi au vendredi, de 9h à 12h et de 14h à 18h, et le week-end, de 10h à 12h et de 14 h à 19h
De novembre à février : Tous les jours, sauf le lundi, de 10h à 12h et de 14h à 17h
Fermé le 1er janvier, le 1er mai, le 1er novembre et le 25 décembre.
  Mise à jour : Juin 2011
Adresse : 41, rue Porta , 81000 ALBI

 
Voir tous les articles 
Guide des musées Envoyer Imprimer Haut de page

Annonces Google