Quand Ingres nous est conté…

Après avoir été une construction défensive puis un palais épiscopal au XVIIe et le siège de l’hôtel de ville, le bâtiment massif de brique rouge, qui surveille le Pont Vieux, abrite désormais le musée Ingres **. Comme son nom l’indique, le musée est dédié en grande partie au peintre Jean-Auguste-Dominique Ingres. Un autre artiste Montalbanais est à l’honneur, le sculpteur Antoine Bourdelle.

Histoire du musée

Le musée voit le jour en 1820. Sa petite collection d’œuvres est enrichie en 1843 lorsque le baron Pierre-Joseph Vialètes de Mortarieu, ancien maire de la ville, fait don d’une soixantaine de tableaux. Ingres l’imite en 1851 en donnant au musée 54 tableaux dont un seul de sa main, au grand damne des administrateurs du musée. A sa mort en 1867, il lègue toutes les œuvres de son atelier dont de nombreux cartons de dessins. Le musée, qui est rebaptisé musée Ingres, récolte également quelques œuvres de l’Etat et de riches particuliers.

Visite du musée

Commencez par descendre les escaliers. Les salles du deuxième sous-sol, qui constituent la partie la plus ancienne du bâtiment (XIVe siècle), présentent les collections archéologiques. On peut voir des objets datant de l’époque gallo-romaine, notamment des bronzes. Dans la salle voûtée du Prince Noir ont pris place diverses sculptures, vases et chapiteaux datant du Moyen-Age et provenant des abbayes cisterciennes de la région. La mise en valeur de ces pièces disposées ça et là pourrait être revue…

Au premier sous-sol, deux salles accueillent des expositions temporaires. Ensuite, un ensemble de faïences de la région, dont une belle série de pots de pharmacie, est exposé. Quelques céramiques d’autres pays (Chine, Japon, Italie…) complètent la collection. Dans la salle du four, qui correspond à l’ancienne boulangerie du palais, on peut voir des objets révélateurs de la vie à Montauban.

De retour au rez-de-chaussée, la première salle montre un bel aperçu du travail du sculpteur Bourdelle. A voir notamment Le Baiser, ce visage figé dans une attente éternelle, l’énorme Heraklès archer et le pensif Beethoven. Les portraits de Rodin, d’Auguste Quercy et du penseur hindou Krishnamurti reflètent la fin de sa carrière. On passe rapidement dans le salon doré qui renferme quelques œuvres d’Ingres père et d’Armand Cambon, peintre et premier directeur du musée.

Au premier étage, entièrement consacré à Ingres, on entre dans le vif du sujet. Ce qui est intéressant, c’est qu’il y a à la fois des tableaux de ses débuts lorsqu’il était dans l’atelier de David, des œuvres qu’il a peintes lorsqu’il était à Rome ou à Florence, ainsi que des peintures de la fin de sa carrière.
Parmi les œuvres exposées, les plus illustres sont Jésus remettant les clefs du Paradis à saint Pierre, où l’on sent nettement l’inspiration de Raphaël, peintre qu’il admirait beaucoup, Le songe d’Ossian, œuvre commandée pour décorer le palais du Quirinal à Rome, et Le portrait de Madame Gonse. Une vitrine, intitulé « Ingres intime » expose des objets qui reflètent instantanément la vie du peintre : son meuble à peinture, son chevalet, son violon avec la partition de Don Giovani de Mozart, un fauteuil Voltaire. Puis, une série de dessins montre les travaux préparatoires menés par le peintre en amont de la réalisation de certaines œuvres. On remarque la recherche de perfection dans le rendu du corps humain.

Quelques salles du 1er étage et la première salle du 2ème étage sont l’occasion de découvrir les goûts d’Ingres et sa personnalité. Y sont regroupés des œuvres et objets d’art qui lui ont appartenu et qui ont inspiré son travail. On imagine très bien l’artiste en train de contempler longtemps chacune de ces œuvres, les passer sous son œil expert et en tirer une certaine substance… Ingres appréciait tout particulièrement la peinture italienne et flamande. Il avait acquis quelques tableaux de Poussin, du Tintoret, des copies d’après Raphaël, de Jan Van Eyck. Dans les autres salles du 2ème étage, on évoque la peinture française, italienne, et hollandaise du XVIe au XVIIIe siècle. Quelques rares pièces de mobilier accompagnent la présentation des peintures. De la dernière salle, belle vue sur le Pont Vieux.
 Suite : les photos du musée
1 avis sur ce musée
L'avis de  Dominique Bruckert (Chartres) :  Un musée très beau et très dynamique !!!  ***
J'ai aimé : J'ai eu l'occasion d'y voir une expo-rencontre entre les oeuvres de Ingres et celles de l'artiste contemporain Ernest Pignon Ernest : c'était tout simplement extraordinaire !!!
 
Adresse 19, rue de l'hôtel de ville
82000 MONTAUBAN
Tel 05 63 22 12 91
Fax 05 63 92 16 99
Tarifs Plein tarif : 4 €
Tarif réduit : 2 € (groupes d'au moins 10 personnes, demandeurs d'emplois, plus de 60 ans.
Gratuit pour les scolaires, les étudiants et les handicapés
Horaires D'avril à octobre : tous les jours, sauf le lundi, de 10h à 12h et de 14h à 18h
En juillet et août : tous les jours de 10h à 18h
De novembre à mars : tous les jours, sauf le lundi et le dimanche matin, de 10h à 12h et de 14h à 18h
Fermé le 1er janvier, le 1er mai, le 14 juillet, le 1er novembre et le 25 décembre
  Mise à jour : Juin 2008
Adresse : 19, rue de l'hôtel de ville , 82000 MONTAUBAN

 
Voir tous les articles 
Guide des musées Envoyer Imprimer Haut de page

Annonces Google