Le peintre Estève célébré au cœur d’un superbe édifice

Le musée Estève** est situé dans l’hôtel des Echevins, lieu remarquable qui accueille depuis 1987 les quelques 130 œuvres de Maurice Estève (1904-2001), peintre berruyer de la seconde partie du XXème siècle.

L’Hôtel des Echevins

Comme de nombreux édifices de Bourges, l’hôtel des Echevins fut édifié en 1489 sur le rempart gallo-romain. D’abord siège des quatre échevins et du maire, il accueille par la suite les jésuites qui y implantent le “Petit Collège“. L’édifice est ensuite rattaché au lycée Alain Fournier avant d’être classé monument historique en 1886. Il est depuis consacré à la conservation de l’œuvre de Maurice Estève.
Parmi les nombreuses curiosités que recèle l’hôtel des Echevins, on peut noter la magnifique tour octogonale richement sculptée qui orne le corps du logis situé au fond de la cour.

Remarquez également la galerie latérale et les cinq arcades qui la composent. Construite au XVIIème siècle par l’architecte Jean Lejuge, elle interpelle par sa façade ornée de pilastres corinthiens et par son jeu de fenêtres et de niches.
A l’intérieur, notez, au rez-de-chaussée, l’impressionnante cheminée de la grande salle ainsi que la magnifique voûte en pierre de la chambre du Conseil.

Le musée


Les trois étages desservis par l’escalier à vis plongent le visiteur dans un parcours chronologique des œuvres de Maurice Estève, peintre autodidacte né à Culan en 1904.
Dès 1919, “Boulevard de Belleville“ prouve sa vocation pour la peinture. Il s’inspire tour à tour de son Berry natal et de sa jeunesse, comme le prouve “La paysanne endormie aux rideaux verts, qu’il peint en 1924, mais également de la nature, qu’il célèbre dans plusieurs toiles comme la “Châtaigneraie“, datant de1927. Il découvre Cézanne en 1919 et son intérêt pour ce peintre sera présent tout au long de sa vie. Dès 1927, il subit l’influence du Surréalisme et ses œuvres naviguent jusqu’en 1947 entre l’art figuratif, comme le montre “La toilette verte“, et l’art abstrait, courant qu'il adopte définitivement par la suite.

Les œuvres comme “Le Scultpeur“ (1947), “Badour“ (1958), “Samsâra“ (1977) et “Skibet“ (1979) témoignent de l’imagination débordante de Maurice Estève et de son intérêt pour les ensembles colorés.

Au-delà des peintures, la galerie Lejuge présente ses nombreux dessins et aquarelles, ainsi qu’une collection de papiers collés.
 Suite : les photos du musée
1 avis sur ce musée
L'avis de  Nicole Momplay (Friardel) :  lieu exceptionnel pour accueillir CE PEINTRE EXCEPTIONNEL  ****
En bref : Depuis 1997 où j'ai découvert cet immense artiste qu'est Jean Estève au sein de votre Musée, je suis toujours émerveillée par ces oeuvres !
Tout respire en lui la profondeur, la beauté , l'intelligence
BRAVO ET MERCI encore de ne pas l'oublie
J'ai regretté :  
J'ai aimé : la mise en valeur des peintures et des oeuvres de JEAN ESTEVE DANS CE LIEU HISTORIQUE est réussie.....
Le contraste entre les couleurs flamboyantes et la touche très contemporaine de ses oeuvres  et ce lieu d'histoire met en relief la très grande maturité de cet artiste
merci de lui avoir consacré une exposition permanente...
 
Adresse 13, rue Edouard Branly
18000 BOURGES
Tel 02 48 24 75 38
Tarifs Gratuit
Horaires En juillet et août : du mardi au samedi, de 10h à 12h30 et de 13h30 à 18h, et le dimanche, de 13h30 à 18h
De janvier à mars : du mardi au samedi, de 10h à 12h et de 14h à 17h, et le dimanche, de 14h à 17h
D'avril à juin et de septembre à décembre : du mardi au samedi, de 10h à 12h et de 14h à 18h, et le dimanche, de 14h à 18h
Fermé le 1 janvier, le 1er mai, le 1er novembre, le 11 novembre et le 25 décembre
  Mise à jour : Juin 2011
Adresse : 13, rue Edouard Branly , 18000 BOURGES

 
Voir tous les articles 
Guide des musées Envoyer Imprimer Haut de page

Annonces Google