Partager cet article

RSS
Palais Bénédictine
La liqueur de la culture

Le palais Bénedictine **, majestueux bâtiment du XIXe siècle aux allures néogothique et néo-Renaissance,  fait la fierté des Fécampois.

Il s’agit, en outre, du plus haut-lieu culturel de la ville avec ses collections d’Art religieux et d’Art moderne.
Mais, avant même d’être un musée, le palais Bénedictine était, et demeure, bel et bien une distillerie. Dans celle-ci est élaborée la fameuse liqueur à base de plantes et épices, dont la recette exacte demeure jalousement gardée.

Visite

La visite du palais bénédictine s’ouvre sur le musée d’art ancien, et plus exactement la montée d’un bel escalier en pierre qui mène la salle des Abbés, sur la droite, et à la salle Gothique, sur la  gauche. Commencez par cette dernière, dotée d’une charpente sculptée dans le bois. Elle renferme diverses collections d’émaux et d’ivoires, ainsi que la bibliothèque issue de l’abbatiale* de Fécamp.

Dans le prolongement de la salle Gothique, se tient la salle du Dôme, de forme carrée. Elle abrite cinq statues de Saints, de même qu’un vitrail de 1900, représentant Alexandre Le Grand, fondateur de la distillerie.

Cette même salle mène à un Oratoire, surmonté d’un plafond gothique, puis à la salle Renaissance, pourvue d’une remarquable collection de ferronneries.

Enfin, la Pinacothèque expose des peintures, pour la plupart sur bois, attribuées à des artistes français, italiens allemands et flamands.

Puis, il vous faudra repasser par le vestibule afin de poursuivre votre visite par la salle des Abbés, dont l’intérêt principal de la première réside dans son vitrail, représentant l’accueil du roi François 1er par les moines de Fécamp en 1534.

S’ensuit une salle dédiée à Alexandre Legrand. Descendez un petit escalier qui vous mènera au sous-sol, dans la salle des Epices, où vous pourrez voir et humer les différentes plantes et épices rentrant dans la composition de la Bénédictine. Bien que la recette de cette liqueur soit secrète, on connaît les ingrédients qui la composent.  L’angélique, l’hysope et la mélisse en sont les principaux composants. Viennent ensuite la cannelle, le safran, le thym et la vanille.

A ce même niveau se trouve la distillerie et les caves, où est élaborée puis conservée la Bénedictine.

En remontant au rez-de-chaussée, vous arriverez à l’espace contemporain, où des œuvres d’Art moderne sont exposées.

La visite du palais se finit, comme il se doit, par une dégustation de Bénedictine, qui peut se boire pure ou en cocktail.

Les origines de la Bénedictine et son palais

Les origines de la liqueur remontent à 1510, date à laquelle un moine bénédictin, du nom de Dom Bernardo Vincelli, met au point cet élixir, après distillation d’un mélange de plantes locales et d’épices orientales.

Au XIXe siècle, un négociant en vin, Alexandre Le Grand s’inspire de la recette du bénédictin pour élaborer une liqueur qu’il baptisera Bénedictine. Et, c’est ce même entrepreneur, qui décidera de construire le palais grandiose, que l’on connaît actuellement, pour y installer sa distillerie. Ses projets d’ampleur iront  même jusqu’à la création d’un musée d’art ancien, riche de différentes collections d’œuvres et objets religieux.

Le hall d’exposition dédié à l’Art moderne, vint s’ajouter en 1988 uniquement.
 Suite : les photos du musée
4 avis sur ce musée
L'avis de  Jacqueline Croisille (Trappes) :  Proposition de don  ****
En bref : Lors de la visite de votre musée des différentes bouteilles, je me suis souvenue que j'ai récupéré une bouteille de Bénédictine double : "la bouteille du couple" avec l'héritage de mes beaux-parents. Je n'ai pas eu le coeur de m'en séparer car elle représente les dimanches en famille d'autrefois quand à la fin du repas dominical, les adultes prenait une bénédictine et choisissait leur couleur. Mes beaux-parents ont quitté ce monde il y a 20 ans et le niveau de liqueur est resté tel qu'il était. La voulez-vous pour votre musée ? Je quitte prochainement la Région Parisienne et je serai heureuse de la remettre à un de vos correspondants avant mon départ.
J'ai aimé : Intéressant - Tout une époque malheureusement révolue - Une architecture qui fait penser à un décor de conte et légende. accueil très sympa - Dommage que cette liqueur trouve difficilement sa place dans notre monde où la sobriété est de rigueur pour exister pleinement.
 
L'avis de  Jacqueline Croisille (Trappes) :  Proposition de don  ****
En bref : Lors de la visite de votre musée des différentes bouteilles, je me suis souvenue que j'ai récupéré une bouteille de Bénédictine double : "la bouteille du couple" avec l'héritage de mes beaux-parents. Je n'ai pas eu le coeur de m'en séparer car elle représente les dimanches en famille d'autrefois quand à la fin du repas dominical, les adultes prenait une bénédictine et choisissait leur couleur. Mes beaux-parents ont quitté ce monde il y a 20 ans et le niveau de liqueur est resté tel qu'il était. La voulez-vous pour votre musée ? Je quitte prochainement la Région Parisienne et je serai heureuse de la remettre à un de vos correspondants avant mon départ.
J'ai aimé : Intéressant - Tout une époque malheureusement révolue - Une architecture qui fait penser à un décor de conte et légende. accueil très sympa - Dommage que cette liqueur trouve difficilement sa place dans notre monde où la sobriété est de rigueur pour exister pleinement.
 
L'avis de  Brigitte Cavelier (Chauvigny) :  Magnifique  *****
En bref : Je recommande cette visite. La dégustation gratuite à la fin est un régal.
J'ai regretté : Le parking est un peu loin du musée.
J'ai aimé : La diversité, tout est a découvrir.
Lui écrire
 
Donnez votre avis | Voir tous les avis 
Adresse 110, rue Alexandre Le Grand
76400 FECAMP
Tel 02 35 10 26 10
Tarifs Plein tarif : 5,80 €
Gratuit pour les moins de 12 ans
Horaires D’avril à juillet et en septembre : de 10h à 13h et de 14h à 17h30 ;
En juillet et août : de 10h à 18h ;
D’octobre à décembre et de février à mars : de 10h30 à 11h45 puis de 14h à 17h.
  Mise à jour : Août 2014
Adresse : 110, rue Alexandre Le Grand , 76400 FECAMP

 
  • Lyon, sites et monuments - Le palais Saint-Pierre
    Le palais Saint-Pierre, ancien couvent de bénédictines transformé en musée des Beaux-Arts en 1803, abrite l'une des plus riches collections d'Europe. Voir
  • Fécamp : guide de voyage
    Située au c?ur d'une vallée entourée des plus hautes falaises de Normandie, Fécamp tire son nom de Fiscanunum, signifiant « poisson ». À ce sujet, la ville portuaire de 21 000 habitants, fut d'ailleurs, jusque très récemment, considérée comme la capitale des terre-neuvas français pour la pêche à la morue. Fécamp est désormais davantage tournée vers l'industrie de transformation du poisson et le tourisme. Les bateaux de plaisance ont, à cet effet, remplacé ceux des pêcheurs. Quoi qu'il en soit, la ville perpétue le souvenir de ses activités maritimes à travers le musée des Terre-Neuvas et de la Pêche notamment. Fécamp est par ailleurs le berceau de la célèbre liqueur Bénédictine, dont la distillerie, établie dans le majestueux palais Bénédictine, peut être visitée. Ce même édifice renferme d'ailleurs musée d'Art ancien et une exposition d'Art moderne. Enfin, la ville s'est distinguée par son abbaye. L'abbatiale de la Trinité, qui en faisait partie, demeure un des monuments principaux de Fécamp. Ces trois lieux constituent les principales curiosités de Fécamp. Histoire de la ville En possession de la relique du Précieux Sang, Fécamp était, à partir du Ie siècle après JC, un important lieu de pèlerinage. Son abbaye de la Trinité fut construite en suivant. Dès le Xe siècle, les ducs de Normandie s'établirent à Fécamp et en firent leur capitale. Dans le même temps, la ville développa ses activités de pêche. Ainsi, au Moyen Age, Fécamp représentait le principal port de commerce de hareng. Jusque dans les années 1980, la ville est restée le point de départ des terres-neuvas, pêcheurs fécampois qui partaient pour de longs mois pour pêcher la morue dans les eaux lointaines de Terre-Neuve. Voir
  • Que faire a fecamp
    Située au c?ur d'une vallée entourée des plus hautes falaises de Normandie, Fécamp tire son nom de Fiscanunum, signifiant « poisson ». À ce sujet, la ville portuaire de 21 000 habitants, fut d'ailleurs, jusque très récemment, considérée comme la capitale des terre-neuvas français pour la pêche à la morue. Fécamp est désormais davantage tournée vers l'industrie de transformation du poisson et le tourisme. Les bateaux de plaisance ont, à cet effet, remplacé ceux des pêcheurs. Quoi qu'il en soit, la ville perpétue le souvenir de ses activités maritimes à travers le musée des Terre-Neuvas et de la Pêche notamment. Fécamp est par ailleurs le berceau de la célèbre liqueur Bénédictine, dont la distillerie, établie dans le majestueux palais Bénédictine, peut être visitée. Ce même édifice renferme d'ailleurs musée d'Art ancien et une exposition d'Art moderne. Enfin, la ville s'est distinguée par son abbaye. L'abbatiale de la Trinité, qui en faisait partie, demeure un des monuments principaux de Fécamp. Ces trois lieux constituent les principales curiosités de Fécamp. Histoire de la ville En possession de la relique du Précieux Sang, Fécamp était, à partir du Ie siècle après JC, un important lieu de pèlerinage. Son abbaye de la Trinité fut construite en suivant. Dès le Xe siècle, les ducs de Normandie s'établirent à Fécamp et en firent leur capitale. Dans le même temps, la ville développa ses activités de pêche. Ainsi, au Moyen Age, Fécamp représentait le principal port de commerce de hareng. Jusque dans les années 1980, la ville est restée le point de départ des terres-neuvas, pêcheurs fécampois qui partaient pour de longs mois pour pêcher la morue dans les eaux lointaines de Terre-Neuve. Voir
  • Abbaye de Cluny : guide de voyage
    Quel dommage que l'Abbaye de Cluny ne se réduise aujourd'hui qu'à une infime partie de sa construction originelle ! Quand on pense que l'édifice religieux était le plus important de tout l'Occident à l'époque médiévale…. Quoi qu'il en soit, une visite de l'abbaye de Cluny s'impose lors d'une petite escapade en Bourgogne. Histoire Fondée en 910, l'abbaye de Cluny est directement rattachée à Rome et dirigée par de brillants abbés. Arrivée à son apogée au XIIe siècle, elle est à la tête d'une confrérie de 10 000 moines bénédictins. A peu près à la même époque (vers 1088), débute la construction de la troisième église abbatiale de Cluny (Cluny III ou maior ecclesia). L'abbé Hugues de Semur (1049-1109) décide alors de faire bâtir un édifice gigantesque, long de 177 mètres. Ce qui en fait l'église la plus longue de la chrétienté et ce jusqu'à la construction de Saint-Pierre de Rome au XVIe siècle. Cluny III compte alors un narthex, cinq nefs, deux transepts, cinq clochers, deux tours et 301 fenêtres. Mais le prestigieux destin de l'Abbaye de Cluny est brisé à la Révolution française. Devenue bien national, elle est utilisée comme carrière de pierre et donc démantelée, jusqu'en 1823. De l'abbatiale, ne subsiste depuis qu'une partie du bras sud du transept. Fort heureusement, les vestiges de Cluny III sont visibles. Demeurent également des bâtiments abbatiaux construits au XVIIIe siècle. Enfin, un musée d'Art et d'Archéologie complète la visite. Visite La visite de l'Abbaye de Cluny commence généralement par sa partie musée. L'accueil s'effectue d'ailleurs dans ce même bâtiment, l'ancien palais abbatial Jean de Bourbon situé tout près de l'hôtel de ville. Sur trois niveaux, le musée présente des fragments architecturaux de l'abbaye, quelques maquettes et objets d'art religieux ainsi qu'une magnifique bibliothèque composée de 4 500 ouvrages dont la moitié provient de Cluny. Après cette petite mise en contexte, il ne reste plus qu'à partir à la découverte de l'abbaye. Pour cela, vous avez le choix entre visite libre et visite commentée. Le prix d'entrée est le même, vous auriez donc tort de vous en priver. Entre explications historiques et anecdotes, le guide vous conduit des vestiges de l'abbatiale au cloître en passant bien sûr par le bras sud du transept, seul élément de l'abbatiale encore debout. Le parcours débute à l'emplacement même où se trouvait Cluny III. Un plan de pierre et des marquages au sol aident les visiteurs à imaginer l'ampleur de la basilique. Le film en 3D Maior Ecclésia, projeté à mi-parcours de la visite, permet justement de visualiser l'immensité de Cluny III au XIIIe siècle. Mais le mieux reste d'aller au pied du bras sud du transept. On se sent vraiment bien petit à côté de cette vertigineuse construction. Vous passerez ensuite dans le cloître et les bâtiments conventuels qui, pour l'anecdote, accueillent les étudiants de l'ENSAM - Ecole Nationale Supérieure d'Arts et Métiers -depuis 1901. Enfin, vous irez jusqu'au « farinier » où sont présentées les colonnes de marbres du sanctuaire de l'abbatiale et leurs chapiteaux, chefs-d??uvre de la sculpture romane. Voir
  • Munich : guide de voyage
    Si Munich est la deuxième ville la plus visitée d'Allemagne, après Berlin, elle est parfois désignée comme "la capitale secrète de l'Allemagne". Elle est appréciée pour ses nombreux monuments, pour ses musées prestigieux et pour ses boutiques. Les monuments construits au XVIIIe siècle sont des chefs d'oeuvres du rococo, tandis qu'au XIXe siècle la ville se tourne vers le néo-classicisme, comme en témoigne la Königsplatz. La ville a été profondément marquée par son passé sous la souveraineté des Wittelsbach. Leur résidence d'été, le château de Nymphenburg, tout comme le palais de la Résidence, en plein coeur de Munich, sont des témoins éloquents de la richesse et de l'importance de cette famille princière. La renommée culturelle internationale de Munich remonte au XIXe siècle, sous cette dynastie, et a perduré jusqu'à aujourd'hui. Les collections conservées dans les musées locaux sont particulièrement riches et d'une grande qualité, ce qui attire à Munich les amateurs d'art. Cette ville se caractérise également par une certaine joie de vivre, comme en témoigne l'évènement majeur que constitue la Fête de la bière (Oktoberfest). Un autre atout de Munich, et non des moindres, est son cadre exceptionnel au pied des Alpes bavaroises. La ville n'est en effet qu'à une heure de route des premières stations de ski. Munich constitue également un important pôle scientifique, comme en témoigne le musée Allemand, le plus important musée de la technique au monde. De nombreuses entreprises allemandes ont installé leur siège social à Munich (BMW, Siemens), profitant ainsi de son cadre de vie exceptionnel et de son potentiel économique. La recherche dans les nouveaux secteurs, liés aux nouvelles technologies, continue à donner une certaine dynamique à la ville, appuyée par l'université Ludwig-Maximilians-Universität, l'une des plus importantes d'Allemagne. Munich est par ailleurs le principal pôle national dans les secteurs de l'édition et des médias. La ville compte en effet 300 maisons d'édition et on y édite le journal allemand possédant le plus gros tirage : le Süddeutsche Zeitung. Enfin, les programmes des principales chaînes de télévision nationales sont produits dans la région de Munich. Histoire La ville de Munich (München en allemand) trouve son origine dans un village fondé au IXe siècle, à proximité d'une abbaye bénédictine. Ce village fut donc nommé Munichen, qui signifie "chez les moines" en allemand ancien, d'où le nom actuel. L'emblème de la ville, un moinillon, rappelle ces origines. La ville ne commence réellement à se développer qu'en 1158, lorsque le duc de Saxe Henri le Lion aménage la ville et la dote d'un marché et de fortifications. Le duché de Bavière est ensuite donné, en 1240, au comte palatin Otto von Wittelsbach, par l'empereur Barberousse. La dynastie des Wittelsbach règnera sur la Bavière pendant près de 740 ans ! Munich devient la capitale du duché de Bavière en 1504. Durant la guerre de Trente Ans (1618-1648), la ville devient le bastion du catholicisme en Allemagne. Au cours du XIXe siècle, Munich devient une ville culturelle de renommée internationale, notamment sous l'impulsion des Wittelsbach, qui dirigeront la Bavière jusqu'en 1918. On fait appel à des architectes prestigieux, tels Leo von Klenze, et Friedrich Gärtner pour aménager de nouvelles rues et places, comme la Ludwigstrasse et la Königsplatz, et de nouveaux bâtiments, telle l'Ancienne Pinacothèque. L'apogée artistique de la ville est atteinte sous le règne de Louis II, par exemple avec les créations de Richard Wagner, qui séjourna à Munich et y composa certaines de ses oeuvres. En 1928, Hitler échoue dans sa tentative de putsch visant à renverser le gouvernement bavarois. Il sera emprisonné pour cela. En 1938, les accords de Munich sont signés entre la France, l'Allemagne et la Grande-Bretagne, cédant aux Allemands la région des Sudètes, dans le but de préserver une paix illusoire. La ville est à moitié détruite pendant la Seconde Guerre mondiale. Les reconstructions sont massives et la ville ne renaît réellement que lorsqu'elle organise les Jeux Olympiques de 1972. Les années 80 et 90 furent marquées par une importante croissance économique, qui fait aujourd'hui de Munich un pôle d'activité majeur. Voir
Voir tous les articles 
Guide des musées Envoyer Imprimer Haut de page
Musée d'histoire de Saint Malo
 A la découverte de la cité malouine

Le premier musée a vu le jour dans le donjon du château en 1927. Il s'agissait alors d'un petit musée municipal. Il n'est devenu le musée d'histoire de Saint Malo qu'après la restauration du château par les Monuments historiques en 1950. Il présente l'histoire de la fondation de la cité malouine à travers les siècles, en s'attachant notamment aux grands hommes - intellectuels ou marins – qui y ont participé : Jacques Cartier, Duguay Trouin,...

suite