A la découverte d’un des grands sculpteurs français du XXème siècle

Evoqué par l’artiste de son vivant, réalisé grâce à la volonté sans faille de ses proches, le musée Bourdelle a ouvert ses portes en juillet 1949. Et quel meilleur endroit que l’ancien domicile de l’artiste pour héberger le musée ! Bien sûr, le musée a été réaménagé et même étendu par deux fois : un premier hall des plâtres d’Henri Gautruche en 1961 puis l’extension de Christian de Portzamparc en 1992.  Si le musée renferme de nombreuses œuvres du maître sculpteur, il livre aussi une vision intime de l’artiste grâce à la visite de son ancien atelier et une partie de sa collection d’objets d’art.

Visite du musée

On pénètre sous des arcades de briques rouges, clin d’œil à la ville d’origine de Bourdelle, Montauban. Celles-ci abritent des bronzes monumentaux du sculpteur. On observe le puissant Héraklès archer avant de se tourner vers cette Pénélope absorbée par ses pensées. Dans le jardin donnant sur la rue Antoine Bourdelle, des œuvres de tailles diverses ont pris place au milieu des parterres. On fait ensuite un détour par le hall des plâtres qui montre les travaux préparatoires de certaines œuvres (Centaure mourant, Héraklès archer, Sapho…).

L’atelier de Bourdelle, préservé dans son intégrité, permet d’entrevoir le lieu de création du sculpteur. La salle où le bois domine semble attendre un retour improbable de l’artiste. Quelques bronzes, plâtres et sculptures en bois peuplent l’antre du sculpteur. On peut même voir une petite statuette autoportrait de Bourdelle. La pièce voisine est dédiée au peintre Eugène Carrière. Une dizaine de bronzes de Bourdelle s’est néanmoins invitée à la présentation comme le Baiser aux volubilis.

Le jardin intérieur, qui se révèle particulièrement agréable les jours de beau temps et où Bourdelle aimait se promener, est parsemé d’autres sculptures. Dans la verdure, ses œuvres se cachent, notamment la Vierge à l’offrande, ou jaillissent de la végétation tels le Centaure mourant et la France. On retrouve dans chacune d’elle le combat et le dialogue entre l’artiste et la matière.

Après avoir passé les salles d’exposition temporaire, on accède à l’extension la plus récente, réalisée en 1992. Une vitrine, qui expose divers documents et livres, évoque le professeur Bourdelle. Celui-ci a en effet enseigné plusieurs années à l’Académie de la Grande Chaumière. Sont ensuite présentés divers fragments des œuvres majeures d’Antoine Bourdelle, le Monument aux Combattants et Défenseurs du Tarn-et-Garonne 1870-1871 et le Monument à Adam Mickiewicz, dernière œuvre du sculpteur. Grand guerrier sans jambe, cuirassier, bas-reliefs… on peut voir les éléments isolés qui constituent ensemble ces chefs-d’œuvre. A voir aussi, les six études intermédiaires pour Héraklès guerrier et la tête d’Apollon sur grande base. On constate ici à quel point la mythologie grecque a inspiré le sculpteur.
 Suite : les photos du musée

Soyez le premier à donner votre avis sur Musée Bourdelle

Adresse 18, rue Antoine Bourdelle
75000 PARIS
Tel 01 49 54 73 73
Fax 01 45 44 21 65
Tarifs Les collections permanentes sont gratuites sauf en période d'expositions.

Expositions temporaires :
- plein tarif : 7 euros
- tarif réduit : 5,50 euros
- tarif jeune (14-26 ans): 3,50 euros
Gratuit jusqu'à 13 ans inclus, pour les handicapés et leurs accompagnateurs ;

Tarif jeune pour les 14-26 ans inclus, les titulaires de la carte Paris-Famille, les familles nombreuses, les enseignants, les animateurs de centres de loisirs de la Ville de Paris, les documentalistes, les chômeurs, les bénéficiaires du RMI, les personnes de plus de 60 ans.
Horaires du mardi au dimanche de 10h à 18h. Le musée est fermé le lundi et jours fériés.
  Mise à jour : Mars 2008
Adresse : 18, rue Antoine Bourdelle , 75000 PARIS

 
Voir tous les articles 
Guide des musées Envoyer Imprimer Haut de page

Annonces Google