Partager cet article

RSS
Un tour du monde des arts céramiques

Le musée national de Céramique fut créé dans les premières années du XIXe siècle par Alexandre Brongniart, alors directeur de la Manufacture de porcelaine de Sèvres, pour y montrer toutes les catégories de céramiques (poterie, faïence, grès, porcelaine) mais aussi des émaux, des vitraux et des verres), de tous les pays et de toutes les époques. Plus de 50 000 pièces y sont conservées, du Moyen Âge à nos jours, de la Renaissance italienne au Japon, de l’Espagne mauresque à l’Europe du XVIIIe siècle.

Institution de référence, le Musée accorde tout au long de l’année de très nombreux prêts pour des expositions temporaires tant en France qu’à l’étranger. De plus le Musée participe activement à l’organisation d’expositions hors les murs.

Les photos illustrant ce musée sont la propriété de la photothèque de la Réunion des Musées Nationaux.
 Suite : les photos du musée

Soyez le premier à donner votre avis sur Musée national de Céramique de Sèvres

Adresse Place de la Manufacture
92310 SEVRES
Tel 01 41 14 04 20
Fax 01 45 34 67 88
Email musee.sevres@culture.gouv.fr
Tarifs Plein tarif : 4,50 €
Tarif réduit : 3 €.
Gratuit le 1er dimanche du mois et pour les moins de 18 ans.
Tarif réduit pour les moins de 25 ans. Billet majoré de 2 euros pendant les expositions temporaires, donnant également accès aux collections permanentes.
Horaires Ouvert tous les jours de 10 h à 17h (fermeture des caisses à 16h45).
Fermé le mardi, le 1er mai, le 25 décembre et le 1er janvier.

> Accès : métro ligne 9, station Pont de Sèvres, Bus, lignes 169, 171 et 179, arrêt Musée de Sèvres. Tramway T2 (La Défense-Issy-Val-de-Seine), arrêt Musée de Sèvres.
  Mise à jour : Juin 2008
Adresse : Place de la Manufacture , 92310 SEVRES

Guide des musées Envoyer Imprimer Haut de page
Musée national Gustave-Moreau
 L’artiste mis en scène par lui-même

Le musée Gustave Moreau est le fruit d’un projet unique. Alors que la plupart des musées consacrés à un artiste doivent leur existence au travail acharné des héritiers ou de passionnés, celui-ci résulte de la volonté et du travail du peintre lui-même. Accordant plus de valeur à l’ensemble de sa production qu’à chaque tableau pris séparément, angoissé par une probable atomisation de son œuvre après sa mort, il a souhaité léguer à tous son « petit univers ». Ainsi, il est donné à chacun de suivre le travail de l’artiste, des esquisses au...

suite