Les meilleures chansons engagées

Les meilleures chansons engagées Qu'elle soit écolo, politique ou sociale, la chanson engagée a toujours fait partie du paysage musical français et international. D'hymnes révolutionnaires aux plaidoyers d'artistes contemporains, l'engagement existe par la chanson.

La chanson écolo

Respire, de Mickey 3D

2003 reste l'année Mickey 3D. Comme si de rien n'était, le trio stéphanois balance Respire, petite bombe qui ne tarde pas à tourner en boucle sur les ondes radiophoniques et emporter l'adhésion du grand public. Mickael Furnon s'adresse ici à un enfant, lui raconte l'histoire de l'Homme avant de l'alerter sur l'état du monde actuel et ce qu'il risque de devenir si les humains continuent de détruire égoïstement la nature. La chanson sera récompensée de deux Victoires de la Musique en 2004 dans la catégorie "Chanson de l'année" et "Clip vidéo".

Hey You, de Madonna

En 2007, la reine de la pop mondiale écrit avec l'artiste et producteur Pharrell Williams le titre Hey You. Un message d'espoir plus qu'écologique, une promesse d'amour et d'équilibre, malgré les différences : "Hé toi, n'abandonne pas/ Cela ne va pas si mal/ On a encore notre chance" 

L'hymne de nos campagnes, de Tryo

"Si tu es né dans une cité HLM/ Je te dédicace ce poème/ En espérant qu'aux fonds de tes yeux ternes/ Tu puisses y voir un petit brin d'herbe..." Véritable "monstre" scénique, voilà plus de dix ans que Tryo traîne ses guêtres, et ses chansons tendrement engagées, sur les plus grandes scènes de France. Quitte à devoir faire un choix dans la discographie du combo, autant partir du début, en 1998 avec le premier succès de Tryo, à savoir L'hymne de nos campagnes, qui devient par la suite l'hymne du groupe.

Aux arbres citoyens, de Yannick Noah

Issu de son album Charango, la chanson "Aux arbres citoyens" est un véritable hymne à l'écologie. "Puisqu'il faut changer les choses/ Aux arbres citoyens !/ Il est grand temps qu'on propose/ Un monde pour demain !" Car si tout le monde doit se sentir concerné par la question de l'environnement et l'écologie, à chacun de donner un coup de main à sa manière. Pour Noah, c'est en musique. Pari tenu ! 

What I've done, de Linkin Park

Plus rock, plus mélodique, plus pessimiste le nouveau Linkin Park ? Au regard du clip de What I've done, premier extrait de l'opus, on serait tenté de dire oui. Un titre en forme de pardon universel pour une vidéo où se succèdent catastrophes naturelles mais aussi humaines. Produit par Rock Rubin et Mike Shinoda, l'album Minutes to Midnight fait référence à l'horloge de l'Apocalypse, représentant les minutes avant minuit, heure fatidique correspondant à la destruction de la Terre par une guerre atomique. Pessimiste nous disions ?

La chanson anti-guerre

Sunday Bloody Sunday, de U2

Titre d'ouverture de l'album War de U2, Sunday Bloody Sunday est sans conteste l'une des chansons les plus "politiques" et les plus représentatives de la carrière du groupe irlandais. Un morceau qui est empreint de contexte historique également puisqu'il relate les événements survenus le dimanche 30 janvier 1972 à Londonberry, en Irlande du Nord, où 14 manifestants pacifiques (pour les droits civiques) furent abattus par l'armée britannique. Un "dimanche ensanglanté"...

99 Luftballons, de Nena

En 1983, en pleine guerre froide et alors que la course aux armements s'intensifie, la chanteuse allemande Nena sort le titre 99 Luftballons. Ou l'histoire de 99 ballons flottant dans le ciel qui, parce qu'identifiés comme dangereux par les forces militaires, vont être abattus. Seulement voilà, leur destruction va provoquer une explosion qui va dévaster la planète. Ici, la chanteuse se moque des dirigeants de l'époque et leur facilité à vouloir déclencher une guerre. 99 Lufballons sera le succès le plus important de toute la carrière internationale de Nena.

Zombie, de The Cranberries

En mars 1993, alors qu'ils sont en tournée en Angleterre, les Cranberries apprennent que deux bombes de l'IRA ont explosé dans un centre commercial à Warrington, au nord du pays. Deux enfants ont été tués. Dès lors, la chanteuse du groupe, Dolores O'Riordan, prend la plume et va écrire Zombie : "Encore une tête qui pend/Un enfant est évacué lentement/Qui sommes-nous, trompés." Si le morceau ne sort qu'un an plus tard, en 1994, après que l'IRA ait signé un cessez-le-feu, Zombie va connaître un immense succès et l'album No Need To Argue s'écoulera à plus de 15 millions d'exemplaires.

Wake Me Up When September Ends, de Green Day

Trois ans après Warning, Green Day sort en 2004 son cinquième album, American Idiot. Un disque ambitieux, politique, salué par la critique et le public. Conçu à la manière d'un opéra-rock, le disque raconte l'histoire de Jesus of Suburbia et par lui, celle de l'Amérique actuelle, entre joie, peine, amour, rébellion, et guerre... Un thème abordé dans la chanson Wake Me Up When September Ends. D'ailleurs, le trio punk ne cesse de réaffirmer son engagement contre la guerre puisqu'il vient de publier la chanson Working Class Hero (reprise de John Lennon) contre la guerre au Darfour.

No Bravery, de James Blunt

Troisième single de l'album Back To Bedlam, la chanson No Bravery a été écrite par James Blunt alors qu'il était soldat pour l'OTAN dans les Balkans. S'inspirant de la situation au Kosovo, le chanteur proteste ici, non seulement contre la guerre, mais aussi contre les réactions que peut avoir l'homme face au danger, face à l'horreur. "Des maisons réduites en cendres/ Une odeur de mort flotte dans l'air/ Une femme pleurant de désespoir dit :/ Elle est passée par ici".

La chanson politique et sociale

Hexagone, de Renaud

Engagé Renaud ? Anarchiste ? C'est en tout cas un jeune artiste profondément énervé qui débarque en 1975. En effet, son premier opus, Amoureux de Paname, dévoile un artiste qui ne mâche pas ses mots. Société tu m'auras pas, Camarade Bourgeois, ou Hexagone, sont autant de titres dans lesquels Renaud s'aventure sur le terrain politique. Dans Hexagone, il dresse un portrait drôle et peu flatteur de la société française de l'époque, celle des années 1970, à la lumière de Mai 68.

Aux armes et caetera..., de Serge Gainsbourg

Tant provoc' que touche-à-tout, Serge Gainsbourg nous a laissé pléthore de titres et n'a certainement pas volé sa place au panthéon de la chanson française. En 1979, Gainsbourg sort Aux armes et caetera, l'un des premiers reggae français... Et un sacré pavé dans la mare puisque le morceau n'est autre qu'une reprise de la Marseillaise. La chanson fait scandale mais s'avère être un grand succès. Normal, lorsqu'on s'appelle Gainsbarre...

Un jour en France, de Noir Désir

"F.N, souffrance/ Qu'on est bien en France/ C'est l'heure de changer la monnaie/ On devrait encore imprimer le rêve de l'égalité/
On n'devra jamais supprimer celui de la fraternité". Dans Un jour en France, le groupe rock français Noir Désir réaffirme ses positions contre l'extrême droite et principalement le Front National. Quatuor militant, Noir Désir montre aussi du doigt des idéologies comme la mondialisation à vocation capitaliste dans L'homme pressé.

Quitte le pouvoir, de Tiken Jah Fakoly

Choisir une chanson plutôt qu'une autre pour décrire l'engagement politique du reggaeman Tiken Jah Fakoly serait hérésie.
Néanmoins, certaines viennent naturellement à l'esprit : Quitte le pouvoir, Tonton d'America, Françafrique, Le pays va mal... En 2007, le chanteur ivoirien ne s'est pas assagi. Loin de là. Plus que des cibles politiques, il démantèle dans L'Africain, des coutumes et mœurs établies comme le mariage forcé, l'excision ou l'immigration...

Antisocial, de Trust

En 1980, le hard rock débarque dans l'Hexagone. Et il porte un nom : Trust. Issu du mouvement punk, dont il a toujours évité les clichés, le groupe connaît le succès grâce au morceau Antisocial. Allez, on en remet une couche : "Antisocial, tu perds ton sang froid/ Repense à toutes ces années de service/ Antisocial, bientôt les années de sevices/ Enfin le temps perdu qu'on ne rattrape plus".

Jeune et con, de Saez

A l'aube de l'an 2000 déboule sur les ondes Jeune et con, titre qui va, si ce n'est bouleverser, dérouter la France. Son interprète s'appelle Damien Saez et sa chanson, politico-sociale, dénonce l'indifférence. "Puisqu'on est jeune et con/ Puisqu'ils sont vieux et fous/ Puisque des hommes crèvent sous les ponts/ Mais ce monde s'en fout..." L'artiste ira plus loin en 2002, en livrant Fils de France, au lendemain du 1er tour des élections présidentielles. Une chanson anti FN où "au royaume des aveugles tu sais bien ce qu'on dit les borgnes sont les rois".

La chanson d'immigration

L'émigrant, de Charles Aznavour

Si Charles Aznavour squatte le "haut de l'affiche" depuis plus de 60 ans, il n'a jamais pour autant oublié ses racines.
En 1986, ce fils d'immigrés arméniens chante le titre "L'émigrant". Un morceau nostalgique et émouvant : "Il traverse des murs de haine/ Des gouffres d'incompréhension/ A chaque nouvelle frontière/ Espérant enfin se fixer/ Il fait une courte prière/ Vers ce ciel qui l'a oublié..." Du grand Charles...

Noir et blanc, de Bernard Lavilliers

De tout temps, Bernard Lavilliers a toujours revendiqué son affection pour l'Afrique, sa culture et la source d'inspiration que le continent africain sait lui procurer.
En 1986, le chanteur sort l'album Voleurs de feu. Figure sur le disque la chanson Noir et blanc, interprété en duo avec le chanteur Nzongo Soul. "C'est une ville que je connais/ Une chanson que je chantais..."

C'est déjà ça, d'Alain Souchon

"...et je rêve/ Que Soudan, mon pays, soudain, se soulève.../ Oh, oh, Rêver, c'est déjà ça, c'est déjà ça". En 1993, la chanson, aux sonorités très orientales, évoque le pays du Soudan. L'album C'est déjà ça remportera un succès commercial (plus d'un millions d'exemplaires vendus) et artistique puisqu'il compte notamment deux "tubes" de Souchon, Foule sentimentale et L'amour à la machine.

Le bruit et l'odeur, de Zebda

Deuxième album du groupe Zebda sorti en 1993, Le bruit et l'odeur ne fait qu'accentuer les préoccupations sociales de la formation française. La chanson-titre donne le ton d'ailleurs puisqu'elle reprend les propos très controversés d'un discours de Jacques Chirac, prononcé en juin 1991 et plus connu sous le nom de "Discours d'Orléans". "Le bruit et l'odeur", mentionné dans ce discours, faisait référence aux nuisances soi-disant causées par les personnes immigrées en France.

Ma France à moi, de Diam's

En 2006, Diam's sort son troisième album, Dans ma bulle. Pour la rappeuse française, c'est la consécration. Les ventes explosent, les tubes s'enchaînent, de La boulette à Jeune demoiselle, en passant par Confessions nocturnes et le fameux Ma France à moi.
Sa France à elle ? "Elle se mélange/Tel un arc en ciel/Elle te dérange je le sais/Car elle ne te veut pas pour modèle". Un titre poignant, vindicatif et venimeux.

La chanson sur la pauvreté

Talkin' Bout A Revolution, de Tracy Chapman

Artiste éminemment reconnue et respectée, Tracy Chapman livre en 1988 son premier album, éponyme. Parmi les onzes titres qui composent le disque, on retrouve Talkin'Bout A Revolution, l'un des morceaux les plus célèbre de l'artiste, connue pour avoir chanté le racisme, la pauvreté ou encore la condition de la femme. "Dont you know/ They're talkin' bout a revolution/ It sounds like a whisper..."

La chanson sur l'homosexualité

Adam & Yves, de Zazie

En 2001, Zazie sort son quatrième opus, intitulé La Zizanie. La voix est fluette, les mélodies accrocheuses et les textes originaux, bourrés de jeux de mots et toujours engagés. Parmi les titres figurant sur le disque, il y a Adam & Yves. Ou l'histoire de deux hommes ayant "commis le péché original". Evoquant l'homosexualité, Adam & Yves fut un beau succès. Et Zazie d'entrer dans une nouvelle "famille musicale", celle des chanteuses gay friendly.

La chanson contre la peine de mort

L'assassin assassiné, de Julien Clerc

La chanson L'assassin assassiné de Julien Clerc a été écrite par le parolier Jean-Loup Dabadie. Une chanson poignante sur la peine de mort, avec pour seul instrument le piano. "Lorsque le couteau est tombé/ Le crime a changé de côté/ Ci-gît ce soir dans ma mémoire/ Un assassin assassiné..." L'ironie veut que la même année, Michel Sardou ait chanté "Je suis pour" (la peine de mort).

La chanson évoquant la drogue

Not An Addict, de K'S Choice

Groupe rock d'origine belge, K'S Choice sort en 1996 son deuxième opus, Paradise in me. Sur l'album figure l'un des plus grands tubes du groupe : Not an addict. Un titre rock, qui parle des dangers de la drogue et sa dépendance, où la voix cassée et déchirante de Sarah, chanteuse de la formation, apporte une ampleur et une gravité déroutantes. "It's not a habit, it's cool/
I feel alive/ If you don't have it your on the other side/ I'm not an addict (maybe that's a lie)"

Autour du même sujet

Annonces Google