Booba, La Fouine, Rohff : autopsie d'un énorme clash

Les rappeurs Booba, La Fouine et Rohff s'adonnent depuis quelques jours à un véritable jeu de massacre par médias interposés. Vrai clash ou simple mise en scène pour faire parler d'eux ?

[Mis à jour le mercredi 30 janvier 2013 à 15h41] La guerre est-elle déclarée dans le monde du gangsta-rap français ? On pourrait le croire tant les "bombes atomiques" pleuvent depuis le début de l'année. Petit récapitulatif pour ceux qui ne seraient pas encore des connaisseurs avertis de cet univers enchanté.

Acte 1 - A l'été 2012, un premier clash oppose violemment Booba à Rohff, deux des rappeurs les plus en vue du moment. En août, sur Skyrock, Rohff commence par comparer Booba à une "zoulette", un qualificatif encore flou, mais manifestement peu amène. Booba réplique vertement dans un single, intitulé "Wesh Morray". Un morceau commençant tout simplement par ces mots : "Tu prends tes cliques, tu niques ta mère / Tu fermes ta gueule, tu dis d'la merde / On s'en bat les couilles, rien qu'tu tonnes-mi / Nous c'est Thug Life, Izi, / All eyez on me". Anthologie de la poésie moderne.

Acte 2 - Rohff réplique à son tour en septembre dans un morceau intitulé ironiquement "Wesh Zoulette" et reprenant l'air du titre de son rival. Le but : moquer le physique, la musique, le style et même les ventes de Booba, qu'il surnomme de nouveau la "zoulette", dans un style toujours aussi frais ("Puisque t'ouvres tes fesses qui n'est pas tenté de t'sodomiser ?")... Un échange pimenté de nombreuses saillies sur les réseaux sociaux.

Acte 3 - Le 23 janvier, Booba balance sur Internet un morceau pas très sympathique pour ses concurrents. "Milan AC" - c'est son titre – étrille dans un langage châtié Rohff, mais aussi La Fouine, un autre de ces paroliers tristement ignorés du grand public. En résumé, Booba entend faire comprendre à ses amis rappeurs, dont une partie s'est exilée aux Etats-Unis, qu'il est le meilleur et entend le rester. Parmi les perles de Milan AC : "Tu croyais quoi, me baiser moi ? J'suis dans l'tur-fu, oublie-moi Mais qui es-tu ? N'intéresses personne" (sic). Chacun a droit à son petit mot doux : "R.O.H.2fesses [Rohff – NDLR], tu n'peux braquer qu'ton petit frelon / TLF ton O.V.N.I. crame / La Fouine n'as-tu pas honte ? Agression sexuelle sur enfant". Puis de conclure : "Il n'en restera qu'un, négro, il n'en restera qu'un à la fin". L'accusation explicite de pédophilie enflamme immédiatement la Toile. Booba ira même jusqu'à poster sur Instagram un montage photo montrant La Fouine dans un sous sol avec des enfants...

Acte 4 - Le 26 janvier, La Fouine (photo), le troisième larron de cette sombre histoire, réplique. Dans "Autopsie 5", il sort littéralement le bazooka : "Mon casier judiciaire sur le net résonne, à part B2O [Booba – NDLR] j'ai violé personne", lâche-t-il. Puis de jouer le jeu de la surenchère grossière : "Négro t'as des tatouages, on a des cicatrices. Maintenant on sait qui tu es B2O Béa-trice / J'ai peur d'Elie Yaffa [le vrai nom de Booba – NDLR] comme j'ai peur d'Elie Semoun / T'es bien balèze, tu ressembles à Gérard des Filles d'à côté / Gangster virtuel, j'ai fait un feat avec Booba, ça prouve que j'ai rien contre les homosexuels". Virilité proche du machisme, égocentrisme, homophobie, violence, vulgarité... Tout y est !

Acte 5 - Rohff semble bien décidé à réagir à son tour. Qualifié de "Saddam des Hauts-de-Seine" sur le morceau de son rival "Milan AC", le rappeur a promis sur Facebook des "représailles". Il conseille à celui qu'il appelle "B2zeub" de marcher à l'ombre. "T'aurais du encaisser", conseille-t-il à Booba égratignant au passage les "prostituées" qui l'auraient poussé à "lacher son truc bidon" (autrement dit les marketeurs qui lui auraient conseillé de jeter de l'huile sur le feu). La menace n'est pas vraiment voilée : Rohff estime que Booba est "le rappeur plus fastoche à détruire" et qu'il peu l'envoyer "en dépression devant [ses] fanatiques". Puis de conclure : "Je vais te montrer comment on fait grand saucisson que tu es".

Acte 6 (à venir) - Dans la nuit du 29 au 30 janvier, Booba a dévoilé qu'une nouvelle chanson se préparait, par le biais de son compte Instagram. Et ce nouveau titre pour lequel Booba fait grimper le suspense doit sortir ce dimanche 3 février et doit s'intituler TLT. Un nouvel épisode du clash en perspective ? Ce morceau pourrait bien être une réponse à La Fouine et au groupe TLF, ce dernier ayant sorti une chanson, Barca, qui visait Booba. Affaire à suivre, donc. Pour le moment, les spéculations vont bon train sur la signification des trois lettres TLT.

Le marketing des gros bras ?

Ces derniers jours, Rohff raillait sur Twitter le buzz provoqué par "Milan AC", considérant que Booba avait un peu exagéré le nombre de visualisations de son clip sur Internet. De fait, les différents morceaux utilisés comme munitions dans se clash à trois bandes ont affiché des chiffres impressionnants : au moment d'écrire cet article, "Autopsie 5" comptait 3 365 491 visualisations sur Youtube, "Milan AC" 4 690 559 visualisations, "Wesh Morray" 5 893 754 visualisations, tandis que Rohff et son "Wesh Zoulette", raflaient la mise avec 7 945 948 vues.

De quoi s'interroger tout de même sur la mise en scène de cette saga qui n'en finit plus. Le buzz provoqué par ce combat sans merci arrive à point nommé, tandis que plusieurs de ces "artistes" annoncent un album à venir. Les clashs ou "battles" sont par ailleurs une grande tradition chez les MC ("Master of Ceremony", l'origine du rappeur).

EN VIDEO - Fin 2011, La Fouine s'affichait avec Jamel Debbouze à Clichy-sous-Bois à l'appel du collectif ACLEFEU, pour inciter les jeunes à s'inscrire sur les listes électorales, en vue de la présidentielle de 2012.

Buzz

Dernière minute