Partager cet article

RSS
L'Internaute > Nature > 
En images > Les chevaux > Interview
 INTERVIEW 
Octobre 2005

Gérard Buthaud : "il faut respecter l'animal"

Gérald ButhaudGérald Buthaud débute sa carrière de reporter photographe en 1969, à l'occasion d'un reportage sur la guerre en Angola. Il nous restitue ici en images sa véritable passion, les chevaux, née au Botswana, dans le désert du Kalahari.
Envoyer à un ami | Imprimer cet article

D'où vient votre passion pour les chevaux ?
J'ai toujours vécu entouré d'animaux et à l'âge de 14 ans je voulais être éleveur de chevaux Connemara, sans doute mon préféré chez les doubles poneys. Aujourd'hui, je suis reporter photographe.

Quelle place accordez-vous aux animaux dans les sujets que vous traitez ?
La vie en a décidé autrement : je suis devenu reporter-photographe de presse et depuis 1969, j'ai couvert de nombreux conflits en Afrique et au Moyen-Orient, alternant ces coups chauds avec des sujets magazines (humains, sociaux, ethno, touristique) et les chevaux pour de nombreux magazines français et étrangers. J'ai ainsi traversé le désert du Kalahari au Botswana, à cheval pendant 1 mois, accompagnant 600 têtes de bétail, j'ai travaillé avec les cow-boys du Montana pour un cattleya drive, j'ai couvert la grande joute équestre "La Paola" sur l'Île de Sumba en Indonésie, la Fantasia de Tissa dans le nord du Maroc où se réunissent plus de 600 cavaliers… Depuis 2001, date de ma première grande exposition de photos de chevaux au Salon du cheval de Paris, la photographie équestre occupe 70% de mon temps.

Quel matériel utilisez-vous ?
Pour ce qui est de l'argentique, j'utilise des boîtiers et optiques de la marque Minolta avec laquelle je suis en contrat depuis 1981 et pour le numérique, je suis équipé avec des boîtiers et optiques Nikon.

Quels conseils donneriez-vous à un jeune photographe qui souhaite photographier cet animal ?
Il faut bien connaître le cheval, le sens de l'observation, la patience, être capable de rester au milieu des chevaux toute une journée et accepter de ne pas faire d'image. Il faut par contre savoir déclencher très rapidement, comme un véritable reporter, et au bon moment. Et surtout, il faut respecter l'animal. Le photographe ne doit pas agresser le cheval pour pouvoir faire une image : cela se voit tout de suite au résultat car le cheval montre facilement qu'il est détendu ou stressé.

Avez-vous d'autres projets animaliers ?
J'ai d'autres projets chevaux : des expositions, un autre ouvrage et des reportages à l'étranger mais que je ne peux pas les dévoiler !

En savoir plus sur Geraldbuthaud.fr

EN IMAGES Les plus belles photos de chevaux
 
 Aude Chardenon, L'Internaute
 
Magazine Nature & Animaux
Envoyer | Imprimer
Haut de page
 
 
newsletter
Nature & Animaux Voir un exemple
Jardins Voir un exemple
Mer & Voile Voir un exemple
Toutes nos newsletters