Partager cet article

RSS
 
L'Internaute > Nature > 
Les piqûres de l'été > Les abeilles
 DOSSIER 
Juillet 2005

Les abeilles

abeilleL'abeille s'incruste à notre table. Amatrice de pollen et de sucre, elle a le don d'animer le repas le plus ennuyeux. Un peu de patience, et vous découvrirez toutes les qualités de cette infatigable travailleuse qui ne prend pas de vacances d'été.
Envoyer à un ami | Imprimer cet article
L'abeille
Sommaire
Les volants
Les terrestres
Araignée
Scorpion
Fourmi
Les marins
Méduse
Oursin

Insecte de l'ordre des hyménoptères, l'abeille est friande de miel, de pollen et de nectar. C'est l'insecte pollinisateur par excellence : elle transporte le pollen en passant d'une fleur à une autre. La vie d'une abeille à miel ouvrière, qui dure environ 6 semaines, est entièrement vouée à la pollinisation et à l'activité de la ruche. Cette Apis mellifera est une espèce sociale. L'organisation hiérarchique de la ruche est articulée autour de la reine, des ouvrières et des faux-bourdons.

Où vit-elle ?
L'abeille vit un peu partout, sauf dans les régions où l'hiver est rude. L'abeille adore particulièrement les arbres.

Pourquoi pique-t-elle ?
La femelle pique. Le mâle, appelé aussi faux-bourdon, ne porte pas d'aiguillon. L'abeille n'est pas un insecte agressif. Mais tout comme la guêpe, elle possède un dard. Elle pique pour défendre sa colonie et la survie de son espèce. L'abeille sera davantage agressive si la récolte est mauvaise, elle tient à protéger ses réserves. Contrairement à la reine, l'ouvrière meurt après avoir enfoncé le dard dans la chaire de son ennemi : elle ne peut le dégager et déchire alors son abdomen. La piqûre de l'abeille revêt ainsi l'aspect d'un sacrifice : elle meurt pour défendre son territoire.

L'utilité de l'abeille
L'abeille joue un rôle essentiel dans la préservation de la biodiversité, en participant à la pollinisation des plantes cultivées comme des plantes sauvages. Certaines cultures dépendent entièrement du processus de pollinisation, comme celles des pommiers ou des abricotiers, sans compter la formidable production de miel des abeilles domestiques.

Le mâle de ces dernières, le faux-bourdon, ne porte pas d’aiguillon : il est donc sans défense. Il meurt après l'accouplement ou est chassé de la rûche, et ainsi condamné à mourir. Avant de tuer une abeille, pensez à la brève existence du faux-bourdon et essayez d'identifier votre victime, le mâle est toujours un peu plus gros que l'ouvrière.

Quelques conseils
Si une abeille vous approche, évitez les mouvements brusques. En cas de piqûre, essayez de raser le dard avec un petit couteau. Il faut à tout prix éviter de faire éclater la poche à venin. Chauffez la plaie avec une source chaude. Vous pouvez ensuite appliquer un peu de vinaigre et de crème apaisante.

Sachez également que l'on peut mourir d'une piqûre d'abeille. Si vous souffrez d'une allergie grave, pensez à la désensibilisation, efficace dans plus de 95% des cas. Sinon, évitez les zones à risques et les couleurs voyantes, les abeilles assimilent les couleurs vives aux fleurs.




En savoir plus

»
Le dossier du journal des Femmes

Les moustiques Les piqûres de l'été Les guêpes
 
 Aude Chardenon, L'Internaute
 
Autour du même sujet
Magazine Nature & Animaux
Envoyer | Imprimer
Haut de page
 
 
newsletter
Nature & Animaux Voir un exemple
Jardins Voir un exemple
Mer & Voile Voir un exemple
Toutes nos newsletters