L'Internaute > Nature > 
Animaux domestiques > Interview > Bernard Toma
 INTERVIEW 
Mars 2006

"Abandonner son chat pour cause de H5N1 est aberrant"

Le professeur Bernard Toma est spécialiste des maladies contagieuses à l'Ecole nationale vétérinaire d'Alfort. Face à l'augmentation des abandons de chats, il a répondu aux questions de L'Internaute Magazine.
Envoyer à un ami | Imprimer cet article
En savoir plus
Le dossier complet
Toute l'actualité
Sur le Web : www.grippeaviaire.gouv.fr

Le cas d'un chat atteint de la grippe aviaire, sur l'île balte de Rügen, a été très relaté dans les médias. Quelles conclusions principales ont été tirées ?
Hormis les expérimentations, ce n'est pas la première fois qu'un félin est atteint du virus H5N1, puisque 150 tigres vivant en captivité sont morts en Thaïlande en octobre 2004. En revanche, c'est la première fois que l'on constate le décès d'un chat vivant dans des conditions naturelles, à l'état sauvage, avec des informations précises et officielles.

"Les inquiétudes des personnes qui pensent aujourd'hui à abandonner leur animal à cause de la grippe aviaire sont infondées."

Quel est le risque de contamination des animaux de compagnie ?
Pour le chat, le risque est présent si celui-ci consomme des carcasses d'oiseaux atteints par le virus. Les voies de contamination sont diverses, puisque le virus se propage par la voie digestive, par les voies nasale et respiratoire. Donc, si la truffe est en contact avec de la nourriture infectée, l'animal sera contaminé, sans aucun doute. Ceci explique la forte atteinte des tigres dans le zoo thaïlandais.

Chien, chat ou autre, existe-t-il des différences de symptômes ?
Les symptômes sont généraux et les conclusions qui y sont liées demeurent pour l'instant approximatives. Les cas expérimentaux ont montré que la présence du virus H5N1 félin se traduisait par de la fièvre, des difficultés respiratoires, une certaine léthargie. Pour le chien, ceci est très différent dans le sens où à ce moment même, seul un cas a été rapporté en Azerbaïdjan. Aucun cas documenté ne prouve une transmission du H5N1 aviaire au chien. On peut seulement imaginer des symptômes identiques à ceux observés chez les chats.

"Il n'y a eu aucune suspicion sur des mammifères non carnivores."

Les animaux d'élevage sont-ils susceptibles d'être contaminés ?
Ces animaux, dont l'appellation exacte est "animaux de production", ne sont pas apparemment susceptibles d'être contaminés. Encore une fois, il n'y a eu aucune suspicion sur des mammifères non carnivores. Les seuls cas décrits concernent des mammifères carnivores qui ont ingurgité des cadavres infectés, comme le chat, le tigre ou le léopard.

Existe-il un danger pour l'homme ?
L'homme ne court aucun danger vis-à-vis des animaux de compagnie. S'il s'agit d'un homme dont le métier implique un contact avec des animaux domestiques, comme le propriétaire d'un élevage par exemple, des précautions sont à prendre. Mais dans le cas du propriétaire d'un animal de compagnie, cela reste tout simplement hors de propos.

"L'homme ne court aucun danger vis-à-vis des animaux de compagnie."

Que souhaiteriez-vous dire aux personnes qui craignent de garder leur animal et pensent à l'abandon ?
Abandonner son chat est aberrant. Les gens prennent le métro, la voiture, le train et l'avion. Dans ces circonstances, les risques, si risques il y a, sont beaucoup plus élevés ! Cette attitude est irrationnelle. Les inquiétudes des personnes qui pensent aujourd'hui à abandonner leur animal à cause de la grippe aviaire sont infondées.

 
 Aude Chardenon, L'InternauteNature
 
Magazine Nature & Animaux
Envoyer | Imprimer
Haut de page
 
 
newsletter
Nature & Animaux Voir un exemple
Jardins Voir un exemple
Mer & Voile Voir un exemple
Toutes nos newsletters