L'Internaute > Savoir
> Grands chantiers > A86 : bouclage autour de Paris > Souterrain
ACTUALITE
 
Juillet 2006

Le plus grand chantier routier souterrain en Europe

Tunnels, échangeurs ou puits de secours : le bouclage de l'A86, autour de Paris, avance au rythme lent mais sûr de la foreuse. Le point sur le plus grand chantier routier souterrain d'Europe.

  Envoyer à un ami | Imprimer cet article  

La lente avancée du tunnelier

5 mai 2005 : arrivée du tunnelier à Viroflay© Cofiroute

Le bouclage de l'A86 se fait dans l'ombre, sous nos pieds. En ce moment, à des dizaines de mètres de profondeur, l'énorme Emma, tunnelier de 11 m de diamètre et 200 m de long, se fraie un chemin entre Pont Colbert (Jouy-en-Josas) et l'échangeur de l'A13 à Vaucresson. Un trajet de 5,5 km, dernière ligne droite pour que l'A86 entoure enfin complètement Paris et double le périphérique, à 6 km de la capitale. Car Emma, partie de Pont Colbert en juin 2005, rejoint un premier tunnel achevé en octobre 2003 entre Rueil-Malmaison et l'échangeur de l'A13.

 

Lorsque le tunnelier réapparaîtra à Vaucresson, "la boucle sera bouclée", certes, mais le chantier sera loin d'être fini. Après le creusement du tunnel viennent les travaux intérieurs (niches de désenfumage, escaliers de transfert entre les deux niveaux de circulation, pose de la dalle de circulation), et les travaux en surface (bretelles de raccordement avec les voieries locales, puits de secours, gare de péage au niveau de l'échangeur de l'A13 ou encore bâtiments techniques).

 

"Boucler la boucle", oui, mais sous terre

Tunnels Est et Ouest de l'A86 © Cofiroute

Le bouclage de l'A86 est attendu depuis plus de 20 ans par les Franciliens. Une patience qui aura payé, car dans les années 70-80, le chantier aurait bien pu se faire en surface. Des propositions en ce sens ont été rejetées par les communes avoisinantes dans les années 70 et 80. Un chantier en surface aurait en effet entraîné une gêne prolongée de la circulation pendant les travaux, mais surtout, des inconvénients majeurs pour les riverains (nuisances sonores, pollution).

C'est finalement les avancées technologiques qui ont permis d'imaginer un tracé souterrain à 90 %, grâce à l'invention du tunnelier. En 1994, l'Etat confie le projet à Cofiroute, qui apportera la totalité des 1,7 milliards d'euros que coûte la construction de ces 10 km d'autoroute.

Une addition élevée, et pour cause : il s'agit de creuser, entre 15 m et 90 m de profondeur, des tunnels comprenant deux niveaux de circulation superposés de deux voies chacun, sur une distance de 10 km. Pas de double-sens donc, dans un souci de sécurité renforcé après les accidents des tunnels du Fréjus, du Gothard ou du Mont-Blanc. On trouvera donc également, dans le tunnel de l'A86, une bande d'arrêt d'urgence sur tout le tracé, des puits de secours tous les 1 000 m ou encore un dispotif de surveillance comprenant 350 caméras vidéos.

 

Premier kilomètre du tunnel Pont Colbert - Echangeur A13 de Vaucresson © Cofiroute

A moyen terme, le projet prévoit également la construction d'un deuxième tunnel entre Rueil-Malmaison et l'A12 à Bailly, qui, contrairement au tunnel "Rueil-Malmaison - Pont Colbert" uniquement accessible aux véhicules légers, sera également ouvert aux poids lourds.

Actuellement, le chantier emploie près de 2 000 personnes. Une première mise en service est prévue en octobre 2007 sur le tronçon qui relie Rueil-Malmaison à l'échangeur de l'A13 à Vaucresson. A terme, le trajet Rueil-Malmaison - Versailles devrait s'effectuer en moins de 10 minutes.

 

» Lire aussi Le point sur l'avancement du chantier

» En savoir plus Grandes étapes du projet, ce qui va changer pour vous pendant les travaux etc.

 

EN IMAGES Maquettes et photos du chantier de l'A86
Voir le diaporama

 

Magazine Savoir Envoyer | Imprimer Haut de page
Votre avis sur cette publicité

Sondage

Êtes-vous fort(e) en orthographe ?

Tous les sondages