Partager cet article

RSS
L'Internaute > Savoir
> Grands chantiers > Lyon Confluence > Histoire de Perrache
DOSSIER
 
18/08/2006

Perrache, un quartier gagné sur l'eau au XVIIIe siècle

De la création de la presqu'île qui accueille le quartier Perrache au projet contemporain La Confluence, l'histoire du quartier Perrache est étroitement liée aux évolutions et à la croissance de Lyon.

  Envoyer à un ami | Imprimer cet article  

La création du quartier Perrache pour l'industrie

Entourées en rouge : les îles raccordées à la presqu'île pour créer le quartier Perrache - Extrait de la carte de Cassini (1784)

A la fin du XVIIIe siècle, la ville de Lyon est une cité prospère qui bénéficie, depuis le XVe siècle, de l'attractivité de grandes foires et de l'industrie de la soie. Une industrie qui a peu à peu déplacé le centre productif de la ville vers la presqu'île existante entre le Rhône et la Saône, derrière la place Bellecour. Mais dès le début du XVIIIe siècle, il devient évident que les remparts ne peuvent plus contenir les 120 000 habitants de la cité. L'architecte Guillaume-Marie Delorme imagine alors une extension de la ville vers le sud, idée reprise quelques décennies plus tard par son confrère Michel-Antoine Perrache.

Le projet présenté en 1769 par l'architecte Perrache est audacieux : afin de déplacer le confluent Rhône-Saône plus au sud, les remparts seront détruits, et la superficie de la presqu'île existante sera doublée grâce à un pont-digue qui la raccordera à quelques îles proches, notamment l'île Moniat (voir la carte ci-contre). Un chantier gigantesque qui débute en 1772 avec le détournement du lit du Rhône, et qui dure près de sept décennies, ralenti par maints rebondissements, ruines, épidémies, désaccords et troubles politiques. En 1840, le quartier Perrache était né, pour accueillir les activités industrielles de la cité et les services municipaux comme la gare Perrache (1857), le Port Rambaud pour le stockage et le transit de marchandises ou encore, beaucoup plus tard, le marché de gros en 1961.

De la périphérie au centre-ville

Comme les quartiers périphériques ouvriers de nombreuses villes en France (le XIIe arrondissement parisien par exemple), le quartier Perrache s'est peu à peu dégradé dans la seconde moitié du XXe siècle et a pâti depuis d'une image négative encore perceptible aujourd'hui. Ce n'est qu'à la fin des années 90 que la communauté urbaine de Lyon, le Grand Lyon, envisage de redynamiser la presqu'île pour agrandir le centre de la deuxième ville de France. Objectif : donner les moyens à une ville dynamique de se faire sa place au niveau national et international, grâce à un quartier contemporain offrant aussi bien logements et bureaux qu'espaces verts, loisirs et commerces.

La Confluence

Ainsi, comme à la fin du XVIIIème siècle, Lyon au futur se décline dans le quartier Perrache. Un futur proche, d'abord, avec une première phase à l'horizon 2015 qui concerne 360 000 m² de terrain dans le sud de la presqu'île. Un futur plus lointain, dans un deuxième temps, qui complétera la réhabilitation du quartier jusqu'à la gare de Perrache. Au total, 70 hectares seront reconvertis pour accueillir plus de 25 000 habitants (7 000 actuellement) et 22 000 emplois. L'autoroute sera supprimée et les voies ferrées réduites pour intégrer pleinement le nouveau quartier au centre-ville. Une fois de plus, la presqu'île du quartier Perrache aura été centre du développement lyonnais.

 
Vue aérienne de la presqu'île en 2001 © Desvigne Conseil pour Lyon Confluence Plan du projet à long terme © Lyon Confluence

 

» Lire aussi : L'interview de l'architecte du projet, François Grether
» En savoir plus : Historique du projet, calendrier des travaux, chiffres, etc.
» Lire aussi : Balade sur la passerelle Simone de Beauvoir au cœur d'un quartier nouveau : le XIIe arrondissement parisien


EN IMAGES Le futur quartier La Confluence
Voir le diaporama

Magazine Savoir Envoyer | Imprimer Haut de page
Votre avis sur cette publicité

Sondage

Êtes-vous fort(e) en orthographe ?

Tous les sondages