L'Internaute > Actualite > 
Le Théâtre de l'Odéon en travaux > Interview d'A.C.Perrot
 INTERVIEW 
Avril 2006

Alain-Charles Perrot : "Etre architecte des monuments de Paris, c'est comme être chef d'orchestre"

Alain-Charles Perrot, architecte en chef des monuments historiques de la Ville de Paris en charge du chantier de l'Odéon, revient sur les spécificités de sa fonction et sur celles de la restauration du Théâtre de l'Odéon.
Envoyer à un ami|Imprimer cet article
Sommaire   Au fil des ans 

Qu'est ce qu'un architecte en chef des monuments historiques ? Comment le devient-on ?
En plus de l'Odéon, Alain-Charles Perrot a notamment supervisé les chantiers de restauration du Grand Palais et de l'Opéra Garnier.

Il y a à peine 50 architectes en chef des monuments historiques en France. C'est une fonction à laquelle on parvient par un concours organisé par le ministère de la Culture, qui teste aussi bien les qualités d'architecte que les connaissances en histoire de l'art et histoire des techniques par exemple. A l'issue de ce concours, l'architecte en chef des monuments historiques peut s'installer à son compte et travailler avec des clients privés, mais il a surtout la responsabilité des monuments classés de la région, avec comme devoir de les suivre. Je suis moi-même en charge de certains monuments de la région parisienne.

Quelles sont les différences de votre métier avec celui d'un architecte "classique" ?
Les exigences de notre métier se rapprochent plus de celles du restaurateur. On nous confie un monument classé, sélectionné par l'Etat comme étant une œuvre d'art inaliénable. On est donc très loin de pouvoir faire n'importe quoi. On est encadrés par des règles éthiques et des valeurs dictées par des codes internationaux (notamment dans le cadre de l'UNESCO).
Mais finalement, être architecte des monuments de Paris, c'est comme être chef d'orchestre. On nous donne une partition, et à partir de là on joue de façon différente, qui évolue avec le temps, avec l'esprit de chaque architecte. Et avec l'utilisation du monument aussi. Pour un théâtre, il faut prendre en compte sa valeur patrimoniale, mais également son rôle, son activité dans la société d'aujourd'hui.

Quels étaient vos objectifs et vos contraintes lors de la restauration du Théâtre de l'Odéon ?
Nous avions trois objectifs principaux. D'abord, créer un lieu contemporain, adapté aux créations d'aujourd'hui. C'est le point le plus "traumatisant" car on part d'un théâtre à l'italienne classique, avec un plateau incliné situé à une certaine hauteur, qu'on doit entièrement modifier pour recevoir des pièces de théâtre créées partout en Europe. Ce qui implique de changer l'inclinaison de l'orchestre, donc celle de la salle. Les nouvelles fonctions du théâtre ont impliqué de très fortes transformations sur le monument.
Deuxième objectif : mettre le théâtre aux normes de sécurité actuelles, notamment créer une tour incendie, c'est-à-dire créer un nouveau volume dans un théâtre déjà très encombré.
Enfin, nous voulions améliorer le confort du public et l'accès aux personnes à mobilité réduite, en intégrant notamment des ascenseurs. Et il fallait faire tout ça en étant le plus respectueux possible de l'esprit d'origine.

Justement, comment concilier modernisation et respect de l'esprit du "théâtre à l'italienne classique" ?
Il faut effectivement être à la fois respectueux et modernisateur, trouver le juste choix entre un monument qui reste vivant, ce qui est très important pour qu'il prospère, et le fait que son intégrité soit respectée. C'est l'art de l'architecte de trouver cet équilibre. Pour le théâtre de l'Odéon, on a fait en sorte que ça ne se voit pas trop. Car il existe aussi un attachement fort, de la part du public, à ses monuments. Il faut donc les préserver, les mettre en valeur, les mettre en état mais sans traumatisme. La personne qui a connu le théâtre avant se rendra à peine compte des différences.

Comment avez-vous l'habitude de travailler ? Par quoi commencez-vous ?

Je commence en percevant le monument de l'intérieur, en percevant son âme, par la connaissance de son histoire, de son architecture, et par une connaissance humaine. Puis nous établissons un projet global de restauration. Les travaux sont ensuite divisés par lots pour lesquels nous faisons appel à différents corps de métiers : bronziers, ébénistes, doreurs etc. En cherchant à préserver le bâtiment on préserve aussi le savoir-faire des artisans, qui sont malheureusement peu reconnus en France.

Vous avez également participé à la restauration d'autre monuments comme le Grand Palais…
Oui, pour le Grand Palais c'était très différent car il n'y avait pas d'aménagement intérieur. On a surtout travaillé sur des problèmes techniques et sur la verrière. On ne pouvait plus utiliser les verres anciens, pour des questions de sécurité. On a donc choisi de revenir à une verrière plus architecturée, avec un verre très proche de l'état d'origine. Tout le monde trouve que la verrière est plus belle… moi je sais pourquoi !

Sommaire Sommaire Au fil des ans 
 
 Maria Pia Medina Luna, L'Internaute
 
Magazine Savoir
Envoyer|Imprimer
Haut de page
 
 
newsletter
Savoir Voir un exemple
Actualité Voir un exemple
Linternaute Voir un exemple
Toutes nos newsletters