L'Authentique
 
Al-Bukhârî, al-Sahîh (L'Authentique). Maghreb, 1727 © BNF, Manuscrits orientaux
 

L'attente d'un Mahdi

Pour les sunnites, le cycle de la prophétie est clos. A l'opposé, le chiisme attend et prépare l'arrivée du "Mahdi", sorte de Messie qui "comblera la terre de justice et d'équité autant qu'elle est actuellement remplie d'injustice et de tyrannie". Cette attente, qui implique souvent chez les chiites un rejet de l'ordre actuel et la préparation de l'arrivée du Mahdi, est un facteur de déstabilisation.

 

Imamat contre califat

Pour le chiisme, l'existence dépend de la présence d'un imam, vivant intercesseur entre le monde spirituel et temporel, entre le Prophète et les croyants. L'imam est doté, dans le cadre de l'exégèse du Coran de la "connaissance" et de "l'infaillibilité". Le Coran a un sens évident et un sens "caché" qu'il faut étudier, et que les imams sont chargés de transmettre aux fidèles les plus méritants. Cette importance accordée à l'imam n'a pas d'équivalent dans le sunnisme et explique l'organisation, la hiérarchisation et l'autorité du clergé chiite (par exemple, en Iran).

 

Prédétermination contre action

Le chiisme pratique la méthode du Kalam (raisonnement déductif), qui insiste sur le raisonnement, l'argumentation, le libre arbitre et le caractère créé du Coran, à l'opposé du sunnisme. Les chiites croient en la liberté de la volonté individuelle. Le sunnisme vient en effet de Sunna, c'est-à-dire la Tradition du Prophète, qui comprend ses paroles, ses actes et ses pratiques. Être musulman sunnite revient davantage à perpétuer mimétiquement la Tradition du Prophète. Les sunnites croient que le Coran (la parole divine) n'a pas été créé, et que l'univers et l'Histoire sont prédéterminés.


Magazine Savoir Envoyer Imprimer Haut de page
Votre avis sur cette publicité

Sondage

Êtes-vous fort(e) en orthographe ?

Tous les sondages