Partager cet article

RSS
L'Internaute > Science  > Biologie > Comment > Développement musculaire
BIOLOGIE
 
Juin 2006

Comment se développent les muscles ?

Pas de secret, pour arborer des abdominaux en tablette de chocolat, il faut faire travailler ses muscles, c'est à dire leur faire prendre du volume. Mais biologiquement, que se passe-t-il ?

  Envoyer à un ami | Imprimer cet article  

On sait bien qu'il faut faire du sport pour faire saillir ses muscles. A force de se contracter, ils vont finir par prendre du volume. Comment ?

Nous possédons trois types de muscles : le muscle cardiaque, les muscles lisses, sur lesquels notre volonté n'a pas d'action. Et les muscles striés, qui eux, sont sous le contrôle du système nerveux volontaire. Ces fibres forment les muscles de la locomotion, de la statique et du mouvement. C'est eux que nous pouvons faire travailler.

Faisceaux, fibres, fibrilles

Un muscle, c'est un groupement de faisceaux, formés eux-mêmes d'un ensemble de fibres musculaires, serrées les unes contre les autres. Les fibres, ce sont de longues cellules, qui peuvent atteindre plusieurs dizaines de centimètres dans les grands muscles du dos ou des jambes.

A l'intérieur de ces fibres, des protéines organisées en filaments, les myofibrilles, donnent au pouvoir le muscle de se contracter puis de se détendre. Ces filaments sont de deux sortes (actine et myosine), et disposés de façon alternée.

Lors d'une contraction, ces filaments d'actine et de myosine glissent les uns contre les autres puis s'accrochent entre eux : le muscle se raccourcit et s'épaissit. Plus la contraction est forte, plus le nombre d'accrochages entre les filaments est grand, et plus l'énergie nécessaire est importante. Lors de la détente, actine et myosine se séparent et retrouvent leur configuration initiale.

Détail d'un muscle. Lors de sa contraction, les filaments d'actine et de myosine glissent les uns contre les autres, ce qui a pour effet de raccourcir et épaissir le muscle. © DR/L'Internaute

 

Les bienfaits de la musculation

Alors, comment se fait-il qu'un muscle beaucoup sollicité grossisse ? La musculation ne multiplie pas le nombre de fibres musculaires. En effet, les muscles sont constitués d'un nombre donné de fibres. C'est le volume des fibres qui change : surentraînées, elles s'épaississent grâce à l'accroissement du diamètre et de la longueur des myofibrilles. En effet, les fibres musculaires peuvent accélérer leur taux de synthèse des protéines (actine et myosine). Cette augmentation peut être considérable, notamment chez les culturistes : un entraînement vigoureux permet de doubler ou de tripler la taille d'un muscle.

L'inactivité a l'effet opposé. Non sollicitées, comme lorsqu'une personne est confinée au lit, les fibres musculaires peuvent s'atrophier de 20 % en deux semaines seulement. Il ne suffit donc pas de se "fabriquer" de beaux abdos, il faut ensuite s'entraîner pour les garder !

En savoir plus
Les limites du corps humain

Autour du même sujet
Magazine Science Envoyer | Imprimer Haut de page
Votre avis sur cette publicité