Les énigmatiques expériences de mort imminente : Le cerveau : la source des expériences de mort imminente ?

Les neurologues ont cherché à expliquer les expériences de mort imminente par des déficiences neurologiques.

 

en stimulant une partie du lobe temporal droit, le patient peut avoir des
En stimulant une partie du lobe temporal droit, le patient peut avoir des visions. © Jean-Michel Bertasi

Stimulation du cerveau

Le premier à s'y essayer est le Docteur Michael Persinger en 1955. Ce neurologue canadien a soumis plusieurs de ses patients à diverses expériences. Il a stimulé plusieurs parties de leur cerveau et a réussi pour certains à leur déclencher des phénomènes comparables à ceux vécus pendant les EMI.

En stimulant une zone de lobe temporal, il constata que le patient revivait des brides de souvenirs sauf que dans ce cas précis, ces images se présentaient sous forme de flashs continus mais incohérents, ce qui n'est pas le cas dans les témoignages d'EMI.

En activant électriquement une autre zone du lobe temporal, il leur déclencha des visions mystiques ou encore des sensations de décorporation.

 

La paralysie du sommeil

Le Docteur Jean-Michel Jourdan explique très bien ce phénomène dans son livre "Deadline". Pendant la phase de sommeil paradoxale, celle où nous rêvons, il s'opère une totale atonie musculaire sauf pour ceux de la respiration et des yeux. Il y a comme une déconnexion entre le corps et le cerveau. Ce mécanisme peut, parfois, se produire pendant le réveil ou lors de la phase d'endormissement. L'individu a alors l'impression d'avoir son corps paralysé et de voir une partie sortir. Il est totalement conscient de ce qui est train de lui arriver.

Cette expérience de paralysie du sommeil ressemble à une sortie de corps vécue pendant une EMI mais elle diverge sur plusieurs points. Lors d'une décorporation :

 La sortie est complète. La personne voit son corps d'en haut et peut de déplacer.

 La personne voit avec précision tous les détails de son environnement et ils sont vrais en tout point. Il n'y a pas de transformation.

Autour du même sujet