Des prothèses auditives ultra sensibles

les oreilles d'ormia ochracea se situent sur son thorax.
Les oreilles d'Ormia ochracea se situent sur son thorax. © Christelle Milesi

Qui peut croire qu'une mouche parasite puisse faire progresser la recherche sur les prothèses auditives ? Et pourtant, Ron Miles, ingénieur à l'université de Binghamton (Etats-Unis) développe une toute nouvelle génération d'appareils auditifs en se basant sur la structure unique des "oreilles" d'Ormia ochracea. Celles-ci peuvent entendre les stridulations de son criquet hôte même s'il est situé à plusieurs mètres. Son oreille est composée de deux tympans séparés par une membrane qui amplifie le son, le presternum.

Miles recrée cette membrane de manière à ce que le patient puisse entendre les sons avec justesse et puisse participer aux conversations. Les prothèses auditives actuelles sont souvent peu efficace en cas de bruit de fond. L'Institut américain de la surdité et des autres désordres de communication finance ce prototype.